Partagez | 
 

 Nouveau village pour une nouvelle vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Mer 16 Sep - 19:59

Contexte temporel:
 

- Gallwynn renvois une bière ici !
- Ici aussi !
- Hey Gallwynn, sers nous une de tes bonnes tourtes !!
- Gallwynn !
- J’arrive j’arrive ! Du calme ! Je peux pas être partout !
- HAHAHAHAHA !!

L’auberge du Renard Peinard était une fois encore bien animée ce soir-là. Ce n’était pas pour déplaire à sa propriétaire, mais elle avait bien du mal à contenir tous ces clients affamés et ayant grand soif.

*Ils vont me tuer à la tâche ces espèces de soiffards !*

Gallwynn se pressait de servir des bières à cette table-ci, des tourtes à cette-là et encore des bières à une autre table, elle n’avait pas le temps de souffler. Mais l’ambiance était joyeuse, bon enfant, car ses clients, pour la plupart des pêcheurs du village, étaient en grande majorité des habitués de son établissement depuis qu’elle l’avait ouvert voilà 5 ans. Ils étaient de plus en plus nombreux et Gallwynn sentait qu’un jour où l’autre elle ne pourrait plus gérer cette cohue seule. Il lui fallait de l’aide.

*Demain j’irai mettre une annonce sur le panneau de l’auberge, ça ne peut pas continuer comme ça….*


Entre deux accalmies elle en profite pour passer un coup de chiffon sur les tables sales libérées, retourner en cuisine vérifier la cuisson de ces plats, aller derrière le comptoir laver quelques choppes qu’elle remplit dans la foulée et retourne une fois de plus en salle servir ses clients impatients.

Son quotidien depuis l’ouverture de son auberge était harassant mais la remplissait de joie, elle était bien entourée et avait trouvé une certaine sérénité dans ses habitudes nouvelles, elle ne l'aurait changé pour rien au monde.

C'est dans cette ambiance chaleureuse pleine de rires qu'il entra, une nouvelle tête, un nouveau voyageur faisant escale à Horizons-sur-Mer.

*Je ne le connais pas celui-là, il va sûrement rester pour la nuit... Est-ce qu'il me reste des chambres....*

Il était grand, bien bâti, avec une allure de guerrier assez intimidant. Son air sombre contrastait incontestablement avec l'ambiance régnant dans l'auberge, et l'aura sinistre qui l'entourait jeta un souffle glacial dans celle-ci.
Les rires et les discussions animées se turent et l'ensemble de la clientèle dévisageait maintenant le nouvel arrivant.
D'un pas direct il alla au-devant de Gallwynn qui se tenait au comptoir, le visage toujours fermé.

-Je vous sers quelque chose voyageur ? Vous aurez besoin d'une chambre pour la nuit peut-être ?

C'est lorsqu'il leva la tête vers elle pour lui répondre qu'elle remarqua ses yeux argentés, son regard aussi perçant que vide de vie lui glaça le sang et un frisson parcouru lentement son dos.


Dernière édition par Gallwynn Liyeon le Mar 22 Sep - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Jeu 17 Sep - 20:36

Les yeux fermés, le corps allongé à même le sol, je roupillais à moitié conscient en plein millieu des bois. Ma pause durait depuis maintenant deux heures, je vais bientôt devoir continuer ma marche si je ne voulais pas qu'il me rattrape. Je commençais d'abord par réveiller tous mes sens avant de finalement me remettre sur pieds. Tout autour, il n'y avait qu'arbres et verdure à perte de vu. Ce n'était pas le meilleur endroit pour se reposer, l'ennemi pouvait me tomber dessus à chaque instant sans que je ne puisse le remarquer s'approcher. Mais ce n'était pas par choix que je m'étais arrêté ici, mais surtout par besoin. Ma jambe droite saignait comme un boeuf et le reste de mes organes avaient été poussés jusqu'à leurs limite. J'étais littéralement à bout de force.

« Il ne t'as pas raté, dis donc. »

La moitié de mon mollet droit était flambé, impossible de courir dans cette état. Et de toute évidence, mes deux heures de repos n'avaient eu aucun effet sur ma fatigue. On dirait même que j'avais commencé à suer beaucoup plus qu'auparavant. Il allait falloir que je trouve un endroit pour me ravitailler et vite.

« Il y a quelqu'un, à proximité ? »

« Non. Enfin, je crois... Pourquoi ? »

Une négation. J'allais m'en tenir à cela. Tout d'abord, je commençai par me mettre à genou pour ensuite saisir la  pierre sur laquelle j'avais déposé ma tête tout à l'heure et l'utiliser pour creuser un trou de taille moyenne. Dix minutes plus tard, j'avais devant moi un petit abri suffisament grand pour acceuillir en son sein mon sac ainsi que toutes les affaires qu'il y avait dedans. Ce qui revenait à pas grand chose, en vérité. Des habits de rechanges, un morceau de pain, de l'eau et une petite dague en argent... Ainsi que toutes mes économies. Alors, autant dire que je tenais à retrouver mes affaires à leur place quand j'allais revenir.

« Et on va où comme ça ? »

Me remettant sur pied, je pris deux secondes pour inspecter les parages avant de me décier à revêtir la forme de mon animal totem. Durant l'intervalle de quelques secondes, mon corps donnait l'impression de se retracter sur lui même. Petit à petit, l'humain disparaissait et le corbeau apparaissait. Des plumes impreignées par la couleur de la nuit commençaient à prendre place au centre gravitationnel de mon ancien corps. Un bec, des yeux et des pattes orangâtres vinrent achever l'être que j'étais devenu.

« Oh, mon dieu ! Ça chatouille ! Préviens-moi avant de faire ça, la prochaine fois ! »

Sans laisser de temps à mon nouveau corps pour tomber au sol, je déployais déjà mes deux ailes puis les faisait battre de toutes mes forces afin de décoller vers les cieux. Une fois arrivé à une bonne distance de la terre, je me mis à concentrer toute mon attention sur le siage puis me mis en route vers les batiments éclairés que je voyais au loin. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, c'est un village de pêcheur qui se trouvait là-bas. Ça ne faisait pas partit de mon plan d'y faire escale, mais je ne pouvais désormais plus faire autrement. Avant de faire quoique ce soit d'autre, je devais tout d'abord commencer par soigner mes blessures à la jambe. Ce n'est qu'ensuite que j'irais trouver un moyen pour lui régler son compte à ce samourai. Chaque battement d'aile me rapprochait un peu plus de ma destination. Après plus ou moins trente minutes de vol, je fini par déposer mes pattes devant ce qui, à priori, était le batiment le plus animé dans les parages. J'allais tenter d'y accéder.

Mais détrompez-vous, je n'étais pas dupe. Je voyais bien que ce n'était pas un centre de soin. J'avais juste favorisé ce lieu car il me semblait contenir le plus de personne. Après tout, je n'allais tout de même pas aller me balader dans le noir tout en étant dans cet état. Les chances de m'en sortir étaient d'autant plus grande si je reçevais l'aide de ces gens-là pour retrouver une personne compétante dans le domaine de la médecine. Alors, j'allais bien en profiter. Espérons juste que je n'allais pas tomber sur une bande d'egocentrique qui auraient dans l'idée de profiter de ma faiblesse pour me dépouiller de mes biens.

« Haha. Ils vont être bien déçu dans ce cas-là. » Rias-je tout seul à voix basse.

Une petite flaque de sang avait commencée à prendre place en dessous de mes pieds. Et pour mon malheur, l'hémoragie n'était pas l'unique manifestation de ma blessure. Ma vision commençait à légèrement se brouiller tandis que mes muscles s'étaient mis à trembler de manière bien visible. On dirait bien que j'étais arrivé à ma limite. Il n'y avait plus une seconde à perdre, ma main se posa doucement contre la portière puis l'ouvrit de façon à produire le plus de bruit que possible.

L'effet fut immédiat, toute l'assemblé s'était tu afin de se retourner vers ma direction. Le silence. Accouplé à plusieurs regards confus et des chuchotements. J'entrepris ma marche dans la direction de ce qui me semblait être le comptoire d'une taverne et ne m'arrêta qu'une fois arrivé à mi-chemin. Jusqu'ici, j'avais tout fait pour ne regarder que devant, sans jamais détourner des yeux vers les autres spectateurs. J'évitais de me montrer agressif, en gros. Mais là, il m'était devenu impossible d'éviter le contact visuel. Mes yeux, dilués dans un mélange entre faiblesse et indifférence, déscendirent calmement se poser sur ceux de la brune qui venait de m'adresser la parole.

Essouflé, je pris tout de même la peine de ne pas sauter les politesses. Après tout, à quoi ressemblerait notre monde si ses enfants n'étaient pas bien éduqué ?

« Hrm, bonsoir, j'aimerais savoir où se trouve le docteur. » Lachais-je entre deux grognements.

Ma voix, elle, ne trahissais nullement ma fatigue physique. A croire que mes mots voulaient tellement sortir de ma bouches qu'ils se sont bousculés à la sortie. C'était peut-être même un peu trop agressif pour quelqu'un qui demandait de l'aide. Mais, je n'avais plus de force de rajouter un "s'il vous plait" à la fin. J'espèrais juste reçevoir une réponse le plus vite possible. Ce serait bien, si je ne mourrais pas ce soir.

« Hop hop hop ! C'est quoi, ces manières ? Et puis d'abord, pourquoi est-ce qu'on viendrais en aide à un foutu étranger comme toi ? Tu ne semble même pas avoir une piécette dans les poches. Ce serait du gâchis d'user de nos réserve pour un gredin dans ton genre. Allez, du balai ! »

La réponse me vint de la part d'une tierce personne, arrivant depuis ma gauche. Un jeune homme qui était jusque là assis contre le comptoir, était venu se mettre entre moi et la femme à qui je parlais un instant plus tôt. Dans le but de, semblerait-il, me remballer. Charmant.

A première vu, le petit bonhomme devait être à peine sortit de l'adolescence, sa voix était encore celle d'un enfant, seul un début de barbe était là pour témoigner de sa majorité. Ses cheveux, eux, étaient chatain virant vaguement vers le rouge écarlate. Mais le point qui attirait le plus l'attention chez lui devait bien être sa cicatrice. Une balafre peu profonde qui était situé juste au dessus de son oeil gauche. Une sequel d'un combat à l'épée... Un épéiste dans un village de pêcheur. Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ici ? L'hypothése selon laquelle il serait un voyageur était à bannir, ses mots bien clair. Ce village était sa demeure et il se donnait tout les droits du monde de m'en congédier.

Léssivé, je me contenta de tourner mon visage vers lui et de le regarder droit dans les yeux en silence.


Dernière édition par Amon Raven le Dim 11 Oct - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Ven 18 Sep - 18:27

*Non mais pour qui il se prend celui-là !*

Gallwynn sortit de derrière son comptoir pour se rapprocher du jeune homme qui venait d’intervenir et du voyageur, offusquer par sa prise de parole intempestive.
À y regarder de plus près le voyageur était dans un sale état. Du sang coulait le long de ses membres de plusieurs plaies ouvertes, on pouvait voir qu’il tentait de ne pas laisser voir qu’il tremblait mais ses faibles forces le quittant il lui était impossible de s’arrêter complètement, ses yeux étaient en fait en train de révéler la vie qui s’échappait progressivement de son corps.

Le sentiment de peur qu’il lui avait inspiré en entrant dans son établissement s’était effacé au profit d’un sentiment d’urgence d’aider cet homme mal en point. Sentant la rixe arrivée si elle ne faisait rien, elle se pressa d’intervenir.

- Espèce de freluquet, tu vois donc pas qu’il est à moitié mort ! Aller va donc chercher le doc au lieu de dire des âneries plus grosses que toi !

- Mais c’est un étranger ! Et pis il s’est forcément battu, il s’est pas mis dans cet état tout seul, vu son allure c’est pas un enfant de cœur ! On veut pas de types dans son genre ici, les gueux dans son genre ça attire que les ennuis ! Il aura même pas de quoi te payer, pourquoi tu prends sa défense ?!

- Et moi alors ?! T’as la mémoire bien courte gamin, rappelle-moi dans quel état j’étais quand je suis arrivée ici, hein ? Et depuis quand d’ailleurs, hein ? T’aime pas les étrangers, alors pourquoi tu passes ton temps dans une auberge ! Tu devrais plutôt trouver du travail et me payer ton ardoise !! Et tu vas tout de même pas le laisser mourir ! Aller fait ce que je te dis maraud !

*Gallwynn calme-toi, le petit ne t’as rien fait*
*Oui mais il m’énerve ! C’est la vie d’un homme qui est en jeu bon sang !*


Elle poussa le jeune homme en le frappant le bras et le dos hors de l’auberge tandis qu’il courait forcé d’aller chercher le médecin du village.
Elle s’empressa ensuite de retourner auprès de l’étrange voyageur et arriva juste à temps pour le rattraper alors qu’il s’écroulait dans ses bras. L’altercation entre le jeune homme et Gallwynn n’avait durée qu’une minute mais c’était bien plus que ce que le blessé pouvait endurer.

- Dites donc vous autres, ça vous embêterait de me prêter la main !

Les autres clients de l’auberge, en grande majorité des hommes plus ou moins bien bâtis, qui avaient observé silencieusement la scène se levèrent alors en hâte pour l’aider à relever le voyageur trop lourd pour elle.
Ils l’assirent sur une chaise libre avant de se rendre compte qu’il n’était déjà plus conscient, la douleur engendrée par ses nombreuses blessures lui ayant provoqué un malaise qui l’avait entrainé dans les limbes.

- Gallwynn, on en fait quoi maintenant ?


- Bah on va pas le laisser là… Emmenez-le dans ma chambre, passez par derrière ce sera plus simple…. Allez dépêchez-vous enfin ! Faudrait pas qu’il nous claque entre les doigts avant l’arrivée du doc !


Alors que les hommes les plus costauds s’occupaient de transporter le blessé dans la chambre de Gallwynn, les autres clients un peu dépassés par la situation, qui n’était encore jamais arrivée dans ce petit village tranquille, ne savaient désormais que faire de leur soirée brutalement interrompue.

- Bon tout le monde rentre chez soi, je ferme pour ce soir !

- Mais ! Gallwynn !


- Quoi ? L'un d'entre vous veut rester m’aider à veiller le blessé et à nettoyer tout le sang qu’il m’a fichu partout dans l’auberge ?


- Euh….


- C’est bien ce que je pensais ! Aller les gars rentrez chez vous, ne vous en faites pas j’ouvrirai normalement demain. Bonne nuit à tous.


Les clients habitués quittèrent donc l’auberge et les clients pour la nuit retournèrent dans leurs chambres. Un brouhaha de discussion allait bon train pendant que l’auberge se vidait et retrouvait petit à petit son calme.

*Tu n’avais pas à leur parlé de la sorte, calme toi Gallwynn, paniquer ne fera qu’empirer les choses*
*Certes, je sais bien que tu as raison, mais je suis inquiète et impuissante face à la situation, que voulais-tu que je fasse…*

Une fois celle-ci vide Gallwynn se précipita à sa chambre attendre le médecin. Elle y trouva les trois hommes qui avaient transportés l’inconnu, qu’elle renvoya chez eux en leur promettant une bière et un repas gratuit chacun le lendemain.

En attendant le médecin elle observait cet homme dans un état lamentable, se demandant si le jeune homme qui s’était interposé plus tôt n’avait pas un peu raison, si elle faisait bien d’essayer de l’aider malgré son apparence caractéristique de guerrier, et réfléchissant à ce qu’il allait bien pouvoir se passer par la suite.
Il ne fallut que quelques minutes supplémentaires au médecin pour arriver, seul, le jeune homme étant allé le chercher n’ayant pas souhaité se frotter à Gallwynn une seconde fois dans un laps de temps si court.
Gallwynn expliqua la situation très rapidement au médecin puis s’effaça pour lui laisser la place de pratiquer ses soins.

*Bon eh bien j’ai du ménage qui m’attend…. Ah le sagouin il m’en a fichu partout, même devant ma porte ! Eh bien j’en ai pour un moment….*


Elle était en train de nettoyer la flaque laissée par son visiteur inattendu sur son palier quand le médecin vint vers elle après avoir fini de s’occuper de son patient.
Il avait tout ce qu’il fallait mais maintenant l’homme allait avoir besoin de repos, de beaucoup de repos, et de ces capacités de récupérations allait dépendre le temps qu’il allait rester. Ce qui était sûr pour le médecin c’est qu’en attendant encore un peu et il aurait été trop tard pour lui.

Gallwynn le remercia et le paya, avant de remonter à sa chambre voir comment se portait son invité.
Elle le vit étendu sur son lit, plein de sang, couvert de bandages. Il respirait de manière régulière et paisible, aussi après lui avoir apporter de l'eau qu'elle posa sur sa table de nuit, elle décida d'aller continuer son ménage, qui dura jusque tard dans la nuit.
Une fois terminé elle s’attela en cuisine, incapable de fermer l’œil après les événements survenus plus tôt, aussi elle ne rendit pas compte que la lumière du jour avait déjà percée à travers les fenêtres. Alors qu'elle s'affairait, d'allers et venues de la cuisine au comptoir, à préparer le petit déjeuner des pensionnaires qui n'allaient pas tarder à se lever, ce qui la sortie de ses pensées fut assez inattendue une fois de plus.

*Gallwynn, nous ne sommes pas seul*

- Oh ! Bonjour ! Vous êtes levez, vous ne devriez pas ! Vous êtes sûr que ça va aller ?
Asseyez-vous là, je vais vous chercher à manger, vous devez être affamé.


Dernière édition par Gallwynn Liyeon le Mar 20 Oct - 22:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Sam 19 Sep - 20:44

Le noir. Mes sens commençaient à se remettre en marche. Petit à petit, je reprenais conscience de ce qui m'entourait. Je visionnais mon corps, allongé. Et ma tête qui était légèrement plus soulevée que le reste. Sûrement que je ne me trouvais pas à même le sol, le meuble sur lequel je me trouvais était plus douillet que cela. C'était un lit, peut-être ? Réflexion faite, je me décida enfin d'ouvrir mes yeux pour inspecter les parages. Un regard à droite, un autre à gauche et je comprenais la situation dans laquelle je me trouvais.

A priori, j'étais blessé au genou et je me trouvais sous le toit d'un bâtiment que je ne reconnaissais pas. Deux hypothéses étaient plausibles. La première est que j'ai été kidnappé après un combat qui m'aurait valu à la fois cette blessure à la jambe et la mémoire. La seconde est que je suis tout simplement amnésique et que je connais cet endroit mais que je l'ai oublié. Un mélange des deux est également possible.

« Tobi, un résumé de la situation ? ...Tobi ? »

Ça ne me plait pas du tout. Normalement, il aurait dû être le premier à me harceler pour que je me réveille. Pourquoi ne me répond-t'il pas ? Bon, dans tout les cas, son raport ne m'aurait été d'aucune utilité. Je n'ai qu'à aller découvrir ce qui se passe par moi-même. Après tout, je n'allais pas rester éternellement dans cette pièce. Puis, ma situation n'était pas aussi critique qu'elle le parraissait. J'étais libre de mes mouvements et mes blessures avient été guéris il n'y a pas si longtemps que cela. Conclusion, si je quitte cette piéce maintenant, j'ai plus de chances de tomber sur des alliés que des ennemis. Cependant, ce n'était pas mon genre de ne regarder que les bons côtés des choses. Le fait est que je suis en territoire inconnu et que ma mémoire a été altérée. Je dois rester sur mes gardes si je ne veux pas avoir de mauvaise surprise. Constamment rester sur ses gardes, c'était la base même de mon éducation. Le sentiment d'insécurité était important pour ne pas être pris de court.

Dès que je me suis remis sur pied, je décida tout d'abord de me diriger vers la fenêtre et de pencher ma tête vers l'extérieur. Plusieurs pâtés de maisons étaient visibles, ainsi que quelques personnes qui marchaient dans la rue. Cela me soulageait un peu de savoir qu'il y avait des gens normaux tout autour, mais ne sachant pas encore quelles étaient leurs intentions, je ne pouvais pas me sentir tout à fait à l'aise. Un fois que mon inspection de la pièce avait été concluse, je me résigna finalement à quitter la chambre par l'unique point de sortie que j'avais retrouvé. Une porte en bois, construite assez récemment. Dehors, je me retrouvais dans un couloir plutôt long qui menait vers d'autres pièces similaires à celle dans laquelle je me trouvais auparavant. L'architecture me rappellait en quelques sorte celle des auberges. Un couloir, des chambres. Si mon intuition était bonne, il devrait y avoir des escaliers quelque part menant vers l'étage inférieur.

Je longea le couloir à pas de loup et fini assez vite par tomber sur ce que je recherchais. En bas, je remarqua une silhouette féminine qui me donnait de dos. Je ne savais pas quoi faire. L'appeler ? L'attaquer ? Ne sachant pas que faire, je restais tout simplement debout, au millieu de la pièce à attendre que quelque chose se passe. Jusqu'à ce qu'elle remarque ma présence et se retourne vers moi.

Je fis un léger pas en arrière au moment où elle m'avait interpellé. Je ne savais toujours pas comment réagir face à elle. Mais je savais au moins une chose, elle ne m'avait pas encore sautée dessus. Elle n'était donc pas une ennemie... Pour le moment.

« Qui êtes vous ? » Lui demandais-je pour commencer.

Je baissa ensuite mes yeux vers le sol pour y remarquer quelques tâches de sang par-ci et par-là. La piéce brillait de mille feu, prouvant ainsi que le ménage avait été fait il y a tout juste quelques heures de cela. Certains verraient là, une qualité, le symbole qui prouve que la gérante était amatrice de propreté. Mais moi, je ne voyais pas du tout les choses comme ça, ce que je voyais en face de moi était une dame qui avait des choses à cacher. Du sang qu'elle voulait faire disparaitre le plus vite possible.

« Où somme nous ? » Me contentais-je de lui demander, après quelques secondes de réflexions.

Mémoire défaillante, traces de sang sur le sol, blessure au genou, Tobi qui ne répondait plus. Qu'est-ce que tout cela pouvait bien signifier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Mar 22 Sep - 1:10

L'inconnu se tenait devant Gallwynn, le regard hagard, il avait l'air complètement perdu et ne semblait pas savoir où il se trouvait.
Alors qu'elle lui avait parlé, étonnée qu'il soit déjà debout, il avait légèrement reculé, signe de sa méfiance envers elle.

*Il se réveille dans un lieu inconnu, après avoir perdue connaissance suite à ses blessures, c'est normal qu'il se sente menacé.*
*Oui, j'entends bien, mais que puis-je y faire ? Que dois-je faire ? Tsutsu, toi aussi tu as vu ses blessures, il n'a pas pu se faire ça tout seul... Moi aussi je me méfie, il est louche...*
*Et faible, il a besoin de ton aide.*

Ne sachant comment se comporter envers lui, Gallwynn resta derrière son comptoir mais stoppa ses préparatifs pour le petit déjeuner de ses pensionnaires.


- Euh, je suis la propriétaire de cette auberge. Nous sommes à Horizons-sur-Mer. Vous....vous êtes sûr que ça va ?

Elle sortit doucement de derrière son comptoir et tenta un pas vers l'inconnu qui recula de nouveau. Comprenant qu'elle ne pourrait pas l'approcher tant qu'il ne serait pas rassurer qu'elle n'était pas une menace pour lui, elle retourna derrière son comptoir.
Elle aussi était méfiante envers cet homme dont elle ne savait rien, mais force est de constaté qu'il ne pouvait pas être dangereux dans son état actuel.

*Quoique... Les animaux blessés et acculés sont les plus hargneux et les plus dangereux...*
*Gallwynn voyons, tu en parles comme s'il s'agissait d'un animal sauvage. C'est un homme.*
*Un guerrier, il a l'allure d'un guerrier. C'est un homme dangereux, je dois faire attention, je suis responsable de cet établissement et de ceux que j'y fais entrer..... Regarde-le, il me fait mal au cœur tout cabossé comme ça.*
*Et maintenant on dirait que tu parles d'une pauvre bête abandonnée....*
*Tu es bien bavard toi aujourd'hui !*
*C'est normal, tu risque de paniquer pour rien si je te laisse seule dans une telle situation.*


Reprenant ses préparations et sans quitter l'inconnu de son champs de vision, elle entreprit d'ouvrir un dialogue pour en apprendre plus sur lui, sur les raisons de son état. Enfin s'il voulait bien parler, et il n'avait pas l'air d'être très disposé à quoique ce soit.

- Vous ne devriez pas rester debout, asseyez-vous. Le médecin a bien dit que vous alliez avoir besoin de beaucoup de repos pour que vos blessures guérissent complètement. Vous êtes vraiment mal en point, vous devriez vous ménager.


L'inconnu continuait de l'observer, sans répondre. Il la mettait mal à l'aise, elle ne savait que faire de plus. Elle ne pouvait pas non plus l'obliger à s’asseoir ou à remonter se coucher dans sa chambre. Les autres pensionnaires n'allaient pas tarder à se lever et venir prendre leur petit-déjeuner, si l'inconnu se méfiait autant d'elle, comment allait-il réagir en voyant les autres arriver. Les clients de Gallwynn n'étaient pas ce qu'il y avait de plus silencieux et délicats, il fallait qu'elle évite qu'ils ne rencontrent l'inconnu dans cet état, il fallait le manier doucement.

*À quoi peut-il bien penser ?*


- Vous avez faim ? Soif peut-être ? Vous voulez que j'aille vous chercher quelque chose ? Laissez-moi vous aider.


Elle tendit une main vers lui et une autre en direction de la cuisine, ce serait l'endroit idéal pour le surveiller, loin des regards des autres clients, et où il pourrait manger en paix. Fallait-il encore qu'il lui parle, qu'il la suive...
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Dim 11 Oct - 16:07

Désorienté, je me contentais tout simplement de rester  debout, à écouter avec intérêt la réponse qui m'avait été donnée par celle qui se déclarait être la propriétaire des lieux. Horizon-sur-mer, une auberge, du sang. Mes souvenirs étaient toujours embrumées, mais j'y voyais déjà un peu plus clair grâce aux informations que je venais de reçevoir. Je me rappelle avoir reçu une mission à remplir ici. Un assassinat. Et vu mon état, ça ne s'est clairement pas passé comme prévue.

Laissant mes réflexions de côté, j'hocha de la tête en réponse aux inquiétudes de la tenanciére.

*Ce sang, c'est peut-être le mien...*

Allant en continuité avec mon fil de pensée, cette hypothése germa dans mon esprit. J'étais venu ici afin d'éliminer ma cible. Cependant, je n'y étais pas parvenu, et donc, mon échec me valut ces blessures que je portais. Ce qui expliquerais la présence de ces tâches de sang sur le sol.

Cette hypothése était problable. Je n'étais sûr de rien, mais je n'allais pas pour autant interroger la tenanciére de l'auberge au sujet du réel déroulement des évènements. Je préfèrais éviter de m'aventurer sur ce sujet pour le moment.

Alors que je me cogitais les méninges en silence, la bonne dame se mit une nouvelle fois à me faire part de sa sollicitude. Je me sentais quelque peu mal à l'aise à l'idée de porter des soupçons à l'égard d'une femme aussi attentionnée qu'elle. Elle ressemblait à tout sauf à une conspirationniste qui tenterait de gagner ma confiance afin de me poignarder ensuite dans le dos. Et c'était encore moins une Umbra.

*Peut-être devrais-je souffler un peu, au lieu de voir le mal partout.*

« Vous... avez raison. Je vais faire cela. Aussi, je vous promet que je vous rembourserais tout l'argent que vous me devez jusqu'à la dernière piéce. Pour les soins, ainsi que pour tout le reste. »

Je relâcha un léger soupire, avec lequel je signalais à mon organisme que l'heure du repos était arrivée. Mes épaules se déraidirent dès lors. Tandis que mes yeux devenaient un peu moins investigateurs que l'instant d'avant.

*Yawn, il se passe quoi ici ?*
*Tobi ? Qu'est-ce qui s'est passé, pourquoi est-ce que tu ne me répondais plus ?*
*Quoi ? Ah, oui. Tu parle de tout à l'heure. Eh bien, sache que j'étais entrain de dormir.*
*Qu-qu-- je te demande pardon ?*
*Oui, je dormais ! Quoi ? On n'a pas le droit de dormir parce qu'on est pas humain ?*


Un soupire encore plus lourd que le dernier m'échappa. Je n'avais aucunement l'intention de me lancer dans un débat avec... Cette chose. D'ailleurs, je me demandais si tout le monde était comme ça. Est-ce que cette tenanciére aussi avait en elle un animal-totem qui la harcèlait jour et nuit ?

*Et donc, tu voulais quoi au juste ?*
*Seulement du silence.*


« Je vous suis obligé, madame. J'accepte volontiers votre offre. Et je vous promet, à nouveau, que je vous rendrais la pareille et que je vous rembourserais tout ce que je vous dois. »

Des bruits de pas se faisait entendre à l'étage supérieur. De plus en plus proche, puis une voix s'éleva derrière moi alors que je suivais la tenanciére vers l'endroit où elle souhaitait me guider.

« Aaah ! Je crois que je me suis levé du pied gauche aujourd'hui. Non seulement, je me suis frappé le petit orteil contre le lit en me levant, mais le premier visage que je vois de la journée se devait d'être le tiens ! Toujours pas mort à ce que je vois. Tu souffre bien, dis moi ? Allez, raconte moi tout. »

La tête brulée d'hier soir. Etrangement, je me souvenais parfaitement de lui malgré mes actuels problémes de mémoires. Je n'avais même pas besoin de me retourner vers lui pour le reconnaître. Je me contenta de lui répondre tout en poursuivant ma marche.

« Tu connais déjà la réponse, il me semble. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Mar 20 Oct - 22:29

L’inconnu était encore tendu, sur la défensive, il détaillait Gallwynn avec méfiance et cela la mettait vraiment mal à l’aise. Il avait l’air de détailler également la pièce, comme s’il essayait de remettre en ordres les pièces du puzzle de sa mémoire confuse. Ses troubles mémoriels n’avaient rien d’étonnant étant donné son état, mais n’étaient pas pour encourager Gallwynn à faire ce serait-ce qu’un pas de plus vers lui. Ce qu’elle n’eut pas besoin de faire puisqu’il le fit en prenant enfin la parole.

*Il a l’air réglo, enfin… On verra, déjà il parle, c’est un début.*
*Tu es bien méfiante, je pensais que tu avais pitié de son état.*
*L’un n’empêche pas l’autre.*

L’homme reprit une nouvelle fois la parole après un léger mais perceptible soupire. Il se détendait progressivement et promettait de payer pour les frais qu’avait engagés Gallwynn. Il semblait bien élevé, posé, rien à voir avec les premières impressions qu’il avait donné la veille ou mêmes quelques minutes plus tôt. Il semblait reprendre ses esprits et sa gestuelle avait sensiblement changée, comme s’il reprenait doucement en assurance, comme si il arrêtait de se méfier de Gallwynn. Elle sentait que d’une certaine façon elle gagnait sa confiance, elle allait sans doute pouvoir lui servir à manger dans la cuisine, à l’abri des regards indiscrets.

*Je vous suis obligé…. Nan mais il est vraiment étrange ce type ! Un guerrier qui parle comme ça, on dirait un noble qui s’est reconvertit en mercenaire ! C’est vraiment bizarre !*
*Pas plus bizarre qu’une fille de riche faisant partie de l’élite qui se reconvertit en aubergiste. hihi.*
*…Oui euuuhh… Hmm ! D’accord ! Mais tu ne m’enlèveras pas l’idée qu’il peut être dangereux quand même.*
*Alors gardes-le à l’œil, mais inutile de t’inquiéter plus vu son état, il ne peut pas faire de mal à grand monde…*

L’homme avait fait quelques pas vers Gallwynn, prêt à la suivre en cuisine pour se restaurer quand des bruits de pas venant de l’escalier donnant sur les chambres des voyageurs se firent entendre. Sûrement des clients qui venaient déjà prendre leur petit-déjeuner, Gallwynn se mordit l’intérieur de la joue. Il ne fallait pas les autres clients voient l’inconnu si elle voulait éviter toute complication. Elle se tourna en direction des bruits de pas pour voir qui descendait si tôt pour s’apercevoir qu’il ne s’agissait pas d’un client, mais du jeune fauteur de trouble de la veille au soir.
Il avait apparemment dormit dans l’auberge et à peine debout reprenait son attitude belliqueuse et cherchait de nouveau querelle à l’étranger.

*Encore lui ! Et voilà qu’il me le provoque encore ! C’est un nid d’ennuis en puissance celui-là !*


- Dis donc toi ! Qu’est-ce que tu fiches ici ! Tu es du village, tu n’as rien à faire dans mon auberge !

- Oulah doucement ! C’est de ta faute ça ! Après que tu m’aies fichu dehors et envoyé chercher le docteur pour ce gueux d’étranger, je me suis rendu compte que j’avais oublié mes clefs ici, le temps que je revienne tu avais déjà tout fermé ! Je pouvais plus rentrer chez moi !

- Et comment tu as fait pour entrer ici alors !?

- Je suis passé par ton appartement tiens ! C’est bien la seule porte que tu fermes jamais, tout le monde le sait !

- Ah ! Eh bien on ne m’y reprendra plus ! Maintenant vas-t-en ! Tu n’es plus le bienvenu ici tant que tu ne m’auras pas réglé ton ardoise ! J'y compterai la chambre que tu as impunément occupée cette nuit ! Aller ! Ouste !

- Tu vas quand même pas me chasser et garder cet étranger ici !

- Je vais me gêner ! Je suis chez moi ici, tu n’as pas à me dire ce que je dois faire ou pas ! Qui plus est tu le provoques et lui cherches querelle, pas de ça chez moi ! Aller déguerpi ! Mauvaise graine !


Le sang de Gallwynn n’avait fait qu’un tour, et elle ne comptait pas se laisser faire par ce genre de jeune freluquet. Elle était chez elle et comptait bien imposer son autorité.
Alors que son visage s’était tinté de rouge, elle tenta de respirer calmement et de retrouver une contenance avant d’adresser la parole à son blessé.

- Ne faites pas attention à lui, c’est un jeune blanc-bec comme il y en a des tas. Il n’en vaut pas la peine. Suivez-moi plutôt à la cuisine pour vous ragaillardir. Vous devez prendre soin de vous et faire attention à vos blessures, venez avec moi je vais m’occuper de vous.

Les mots de Gallwynn n’avaient plus l’air d’atteindre l’inconnu. Il s’était retourné face au jeune provocateur pendant son altercation avec elle, et ne le quittait plus des yeux. Silencieux, il le détaillait avec un regard plus qu’impressionnant, effrayant.
Un frisson parcouru le corps de Gallwynn qui, sentant les deux hommes prêts à exploser et fondre l’un sur l’autre, ne savait pas comment agir pour désamorcer la situation extrêmement tendue.


Dernière édition par Gallwynn Liyeon le Jeu 5 Nov - 4:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Dim 1 Nov - 17:25

La tenancière de l'auberge était de toute évidence une femme de caractère. La manière dont elle gérait la présence de l'indésirable était tout sauf une manifestion de féminité. Je notais cette information dans un coin de mon esprit, alors que je fixais du regard les deux individus qui se tenaient devant moi.

La femme connaissait le gosse, et inversement. Alors que pourtant, rien ne laissait croire qu'ils étaient de la même famille, ni même de simples amis. Cela me donna une idée. Si cette femme connaissait personnellement les gens du coin alors peut-être connaissait-elle également l'homme que j'étais entrain de poursuivre ?

C'était une piste que je ne devais pas négliger. Mais chaque chose en son temps, pour l'heure je devais encore dégourdir mes muscles et reprendre des force. La chasse pourra être reprise seulement suite à cela.

En réponse aux mots attentionnés de la bonne dame, j'hocha tout simplement de la tête puis la suivit silencieusement de l'autre côté de la porte, pour finalement atterrir dans la cuisine. Le nombre d'ustensiles qui s'y trouvait était conséquent, mon regard balaya en une fois toute la zone avant de se poser une nouvelle fois sur la tête de mon guide.

« C'est propre. » Complimentais-je, par politesse.

J'essayais de me tenir à carreau, en évitant de toucher à quoique ce soit. Ce n'était pas à moi de faire la cuisine, alors pour ne pas déranger mon hôte, j'allais la laisser faire son travail en paix. Seulement, c'était la moindre des chose que de lui proposer mon aide.

« Dites-moi ce que peux faire pour vous aider. »

J'en profitais également pour lancer le sujet qui m'intéressait le plus en cet instant. Le village et ses habitants. Avec un peu de chance, elle saura me dire si un certain épéiste était passé par là ces derniers jours.

« L'enfant de tout à l'heure. C'était un épéiste ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Lun 23 Nov - 17:29

L’atmosphère lourde, pesait sur les épaules de Gallwynn alors qu'elle ne savait plus que faire de plus, la situation étant quelque peu bloquée.

- C'est bon j'ai compris je rentre chez moi pour cette fois. La prochaine fois que je reviendrai je te la paierai ton ardoise, mais j'espère que ce fichu étranger sera partit d'ici là !

- Non mais pour qui te prend-tu ?! Tu n'as pas à me dicter qui doit ou ne doit pas venir chez moi ! De toute façon ça ne dépend ni de toi, ni de moi, mais de comment il se remet de ses blessures !

- C'est ce qu'on verra, j'irai en parler à Dareen, on verra bien ce qu'il en pense !

- Nous verrons bien ce qu'il dira de ton comportement en effet, petit merdeux fainéant ! Aller ouste !


Le jeune homme jeta un regard de provocation au blessé, sans doute dans l'espoir que celui-ci craque et l'attaque, se qui lui aurait donné raison et la légitimité de se battre, ce qu'il attendait depuis la veille apparemment. Mais celui-ci n'en fit rien, il ne releva pas cet affront et continua de l'observer en silence.
Déçu, il lança alors un dernier coup d’œil à Gallwynn, un regard de dédain comme ultime preuve qu'il ne respectait que peu son autorité, puis tourna les talons et quitta l'auberge.

Soulagée mais pas complètement tirée d'affaire, Gallwynn poussa un léger soupir, silencieux, avant de se retourner vers son invité. Elle lui montra de nouveau la direction de la cuisine, lui emboitant le pas et celui-ci la suivit étonnement docilement.

* Eh bien, il est bien calme au vu de ce qu'il vient de se passer... Je ne sais pas trop quoi penser, est-ce parce qu'il se contient ou parce qu'il est comme ça de nature. Il est si étrange dans son comportement...
* Et toi tu réfléchis trop, c'est une mauvaise manie. Gallwynn, il t'a suivit là où tu voulais qu'il aille, loin du regard des autres clients, profites-en avant que ceux-là n'arrivent.*

Tandis qu'elle commençait à s’affairer en cuisine pour lui préparer quelque chose pour lui redonner des forces, il s'était assis à la table de la cuisine et commentait l'état de celle-ci.
Il la trouvait propre et proposait même son aide à Gallwynn.

* Il est poli et gentil... C'est louche...
* Gallwynn !
* Quoi ?! Je me méfie un peu c'est tout....

Sans rien laisser paraître de ses appréhensions à son égard, Gallwynn remercia poliment le blessé et répondit à la question qu'il venait de lui poser sur le jeune trublion.

- Merci mais restez assis, c'est vous le blessé, vous devez vous reposez.
Quant à l'autre là, c'est loin d'être un épéiste ! Non pas qu'il ne voudrait pas, mais il ne réussira jamais ! Il n'est pas assez doué, ni assez obéissant. Comme vous avez pu le constater il a le sang chaud et des problèmes avec l'autorité ! Non lui ce n'est qu'un petit merdeux qui cherche des noises à qui il peut dès qu'il le peut, c'est un bagarreur rien de plus. C'est un pêcheur en réalité, comme la plupart des gens dans ce petit patelin vous savez.


Cette question était une ouverture à la discussion, une opportunité parfaite. Gallwynn allait en profiter pour lui poser des questions à son tour. Peut-être allait-il se livrer et lui dire qui il était. Après tout, elle ne savait rien de lui, ne serait-ce même que son nom.

- Mais ne vous intéressez pas à lui, il n'en vaut vraiment pas la peine. Mais au fait, pourquoi cette question sur le fait qu'il soit épéiste ou non ? Vous êtes épéiste vous même, monsieur....

Laissant le ton de sa voix en suspension et se tournant légèrement vers lui, elle espérait qu'il rebondirai pour lui donner au moins un début d'information à son sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Dim 29 Nov - 20:19

À l'intérieur de la cuisine, le bruit des claquements de porte et des murmures émanant de l'étage supérieur étaient déjà bien moins audible qu'à la grande salle commune. On n'entendaient même plus rien d'autre que nos deux voix respectives. Un peu de calme allait faire beaucoups de bien à mes sens qui étaient toujours désorientées. Je m'installa donc sur la première chaise à être entrée dans mon champs de vision tout en zyeutant du regard les étagères et autres meubles à proximité.

Être faible n'était pas une excuse valable pour ne pas examiner mon environement. Je fis donc en sorte d'imprimer le plan de ma pièce dans ma tête, et de mémoriser activement l'emplacement de chaque objet contondant qui s'y trouvait. Juste au cas où j'en ait besoin à un moment ou à un autre. La bonne nouvelle était que la pièce ne contenait aucun outil dangereux qui ne devrait pas s'y trouver. Pas d'épée, ni d'arme à feu à l'horizon. Uniquement des couteaux de cuisine. Ce qui renforçait mon impression de sécurité.  Après tout, ce n'était dans une auberge rurale que j'allais être pris en traquenard par mes ennemis.

Du moins, c'était ce que je voulais croire. Mon expression restait ferme et alerte. Les yeux rivés sur le dos, droit comme un i, de la tenancière, je l'écoutais attentivement alors qu'elle me parlait du garçon de tout à l'heure ainsi que du reste de son village.

«- Nous sommes dans un village de pêcheur, alors... Horizons-sur-Mer, vous avez dis ? Est-ce que les gens du coin ont un problème avec les voyageurs, ou bien suis-je seulement une exception ? »

Des bribes de souvenirs surgissaient dans mon esprit. Je me souvenais des regards qui pesaient sur moi la veille lorsque j'avais mis les pieds dans cette auberge. Ils n'étaient pas très chaleureux à vrai dire. Mais, mon avis est que mes plaies ouvertes en long et en large y étaient grandement pour quelque chose. J'espèrais simplement ne pas avoir crée d'ennui à l'aubergiste en pénétrant chez elle en pleine nuit. Je comptais donc sur sa réponse pour m'éclairer au sujet de son point de vue sur ma présence ici.

Par la suite, la bonne dame m'interogea au sujet de mon métier ainsi que de mon nom. Calmement, je lui répondis, poussé par la reconnaissance que je ressentais à son égard.

«- Vous pouvez m'appeler Amon. »

Mon nom de famille n'était pas particulièrement connu, mais je préfèrais tout de même éviter de le prononcer imprudement. Il vallait mieux continuer de faire profil bas pour l'instant. Alors, tant qu'elle ne me le demandait pas directement, j'allais taire cette information.

«- Je ne suis pas un bretteur, madame, mais je suis bel et bien un guerrier. Toute la subtilité se situe dans mon arsenal. A la différence de la majorité des autres combattants. Je n'utilise ni sabre, ni épée. Seulement des armes d'hast. Même si j'ai eu la chance d'utiliser des espadons à quelques reprises. »

J'espérais la satisfaire avec ma réponse. En lui donnant le plus de détail de possible, j'aspirais à lui prouver ma sincérité ainsi qu'à gagner sa confiance. Peut-être alors, sera-t'elle plus encline à accepter ma présence ici. Car après tout, je n'avais pas encore décidé de quitter ce village. J'avais encore des choses à y faire, une mission à y accomplir.

«- J'espére ne pas vous avoir offensé en parlant d'arme au sein de votre cuisine, madame.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Sam 12 Déc - 2:46

*Enfin un semblant d'information ! Amon hein...*
*Tu vois, il commence à se livrer c'est bon signe.*
*Bon signe, attends de voir la suite*

Gallwynn toujours méfiante se détourna d'Amon pour se reconcentrer sur son plan de travail pour lui préparer un petit déjeuner consistant. Elle écoutait attentivement les questions de celui-ci quand elle brisa dans sa main un œuf qui était sensé finir en omelette.

*Un guerrier, c'est ce que je craignais....*

*Cela ne veut pas dire qu'il est mauvais.*
*Cela ne veut pas non plus dire qu'il n'a rien à se reprocher. Tu as vu comme moi ses blessures, il s'est forcément battu avec un autre homme. Soit l'autre bougre est mort, soit c'est lui qui a eu l'ascendant sur Amon. Et si c'est cette seconde option, alors il n'en n'a pas fini avec lui. Le gamin avait peut-être raison après tout, il va nous apporter des ennuis...*
*Et alors quoi ? Tu vas le fiche dehors ?*
*Bien sûr que non ! Il est gravement blessé et ce n'est pas en une nuit qu'il va guérir... Tu as bien vu l'état de sa jambe, il boite sérieusement. Non je ne peux pas, je dois l'aider. Mais en même temps.... Il est peut-être dangereux...*
*Comme tu viens de faire la remarque, dans son état ? Et s'il l'était vraiment il t'aurait déjà attaquée tu ne penses pas ?*
*Pas forcément, il joue peut-être la comédie le temps de récupérer de ses blessures.*
*Gallwynn arrête, je t'ai déjà dit que tu allais trop loin ! Te méfier, le garder à l'oeil j'en conviens, mais là tu pars trop loin dans ton délire. Arrête de trop réfléchir et occupes toi de lui, ne vois-tu pas qu'il attends des réponses de ta part ?*

Tsutsu avait raison, leur discussion intérieure avait duré quelques minutes pendant lesquelles Gallwynn n'avait dit mot à Amon. Celui-ci l'observait, elle pouvait sentir son regard dans son dos, patientant silencieusement qu'elle prenne la peine de lui répondre.

- Euh désolée je, j'ai été distraite.


Nettoyant les déchets de son œuf broyé, elle se lava les mains et se ressaisi d'un autre pour faire son omelette. Elle ne se retourna pas une seule fois, de peur qu'Amon ne voit son appréhension à son sujet dans son regard et lui répondit tout en continuant la préparation du petit déjeuner.

- À vrai dire, nous ne sommes pas habitués à avoir beaucoup de voyageurs dans votre genre dans le coin. Ceux qui s'arrêtent ici sont souvent des marins ou des pêcheurs qui font une escale, alors ils ont de quoi discutailler avec les gars du village. Moi même je ne suis pas originaire d'ici, je ne suis arrivée qu'il n'y a à peine 5 ans, et tout se passe bien, ils n'ont pas eu grand mal à m'accepter. Ils ne sont pas méchants, il ne faut pas leur en vouloir, ce ne sont pas de mauvais bougres, ils ne sont juste pas habitués.  
D'autant que nous avez fait une drôle de première impression.


Gallwynn sortit l'omelette du feu, la mis dans une assiette avec deux belles tranches de jambon, qu'elle plaça sur la table devant Amon. Elle fuyait son regard, par précaution, et les yeux rivés sur ce qu'elle tenait entre les mains, elle lui déposa une carafe d'eau, du pain et une fourchette avant de retourner à ses fourneaux. Pas de couteau en revanche, sait-on jamais.

- Mangez tant c'est chaud. Et non vous ne m'avez pas offensée ne vous en faites pas, c'est juste que j'y connais pas grand chose en arme, alors je ne comprend pas bien votre charabia sur vos différentes armes, sans vous offenser non plus.


Elle marqua une pause, enfournant quelques tourtes préparées la veille et mises au frigo, avant de se retourner pour se confronter au regard qu'elle fuyait depuis plusieurs minutes.

- D'ailleurs, à part vos vêtements ensanglantés, vous n'aviez rien sur vous en arrivant ici, même pas d'armes....
Si ce n'est pas indiscret je peux vous demander ce qu'il vous est arrivé ? C'est que je ne rechigne pas à vous venir en aide mais j'aimerai bien savoir à quoi m'attendre vous comprenez ?


Ça y est, elle avait osé poser une question qui fâche, enfin surtout la question qui la taraudait depuis son entrée remarquée dans l'auberge, et que tous ses clients lui poseraient quand ils viendraient petit déjeuner dans les minutes à venir. Les gars allaient lui demander des comptes, sans compter que tout le village devait être en train de parler de lui à tord et à travers à ce moment même.
Revenir en haut Aller en bas
Amon Raven
avatar

Bellator

Messages : 108

Carte d'identité
Magie: Feu.
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Employé au Renard Peinard.
MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   Jeu 24 Déc - 18:02

Une fois ma réponse donnée, je me tus afin de laisser à mon interlocutrice suffisament de temps pour qu'elle puisse y réagir. Pendant de longues secondes, un silence de mort s'était installé entre nous deux. Que la tenancière ait été prise par sa réflexion où par l'omelette qu'elle tenait entre ses doigts, ça, je n'en avait pas la moindre idée. Très vite, je remarquai que les mouvements de ses bras s'étaient également arrêtés, me faisant alors croire que la seconde option n'était pas la bonne.

Elle devait sûrement essayer d'analyser la situation. Ou peut-être, elle s'était rendue compte de quelque chose à cause de ce que je venais tout juste de lui raconter. Mais je préfèrais tout de même croire qu'elle était tout simplement apeuré par la présence d'une personne habituée au sang sous son toit.

Mon regard restait fixé sur son profil tout au long des longues secondes de vides qui commençaient à s'accumuler. Je restais silencieux, ne voulant pas la déranger outre mesure dans sa réflexion. Evitant par la même de jeter plus d'huile sur le feu. Dans le pire des cas, j'avais dans cette pièce tout le matériel nécessaire pour me défendre et faciliter ma fuite si jamais elle, ou d'autres, en venaient aux arme à mon encontre. Oui, c'était le pire des sénario envisageable, mais il ne fallait pas le mettre de côté pour autant. Même si je préfèrerais encore qu'on me dise gentillement que ma présence ici les dérangeais.

Je soupirais, avant que la voix indéchiffrable de mon hôtesse ne m'interpelle.

Je ne répondis pas à ses excuses, n'en ressentant pas le besoin. Je me contentais de me taire et d'écouter. Son ton ne me permettait pas de savoir ce qu'elle pensait de moi. Pas de peur, pas de respect, pas de dédain, rien.

L'eau du robinet fut relaché tout de suite après. Le son du liquide coulant dans l'évier résonnait dans toute la pièce dissipant petit à petit la tension qui s'était installée dans les lieux. Ce fond sonore était plus que bienvenu, non pas que le calme me dérangeait, mais cela allait au moins faire sortir mon interlocutrice de son état de stase.

C'est donc après que le robinet ait été refermé et qu'un second oeuf ait été empogné que la brune se décida enfin à me répondre. Ses paroles réconfortaient mes sens. Le fait qu'elle ne m'ait toujours pas jeté dehors était probablement un bon signe. Je pouvais donc profiter encore un peu de mon escale dans ce petit village perdu.

« Vous avez raison. Je comprend tout à fait votre point de vue, madame. Et croyez-moi, si j'en avais eu l'occasion, j'aurais tout fait pour venir dans un état plus présentable. »

Elle ne m'avait jusqu'à lors posée aucune question au sujet de ma situation, que ce soit de la compréhension ou de la discrétion, ce manque d'interogation était plus que bienvenu. Mais je sentais néamoins approcher ce moment fatidique où j'allais devoir lui raconter qui j'étais ainsi que ce que j'étais venu faire dans ce village. J'espèrais également qu'elle allait pouvoir me donner un coup de main dans la réalisation de mon objectif. Car au point où j'en étais arrivé, je ne pouvais que compter sur les habitants de ce village afin de retrouver ma proie.

Après un autre moment de silence, la tenancière finissait par me servir le repas qu'elle m'avait promis. Je voyais une dette de plus se faire poser tout doucement devant mes yeux. Son odeur revigorant ne tarda pas à émoustiller mon appétit. Mon attention était absorbé par le festin qui s'offrait à moi. C'était un menu des plus ordinaire, qui pourtant égayait par sa seule odeur mon expression, déployant un petit sourire satisfait sur mes lèvres.

Seulement, ma gloutonnerie ne m'empêchait pas pour autant de remarquer la réticence de ma bienfaitrice. Son regard fuyait le mien, restant tout le temps plongé sur le plateau qu'elle déposait sur la table. Et ce, même après qu'elle ait finit de s'en occuper. Je devais certainement dire quelque chose pour la mettre plus à l'aise, mais malheureusement rien ne me venait à l'esprit. La rhétorique n'était définitivement pas un art dans lequel j'excellais.

Je me contentais donc d'entamer mon repas afin de soulager mon ventre en peine. Laissant également tout le loisir à cette bonne dame de vaquer à ses occupations. Ce n'est qu'au moment où mon assiette s'apprêtait à être vidée de son contenu que la discussion fut reprise, relancée une enième fois par la brune.

L'instant fatidique était enfin arrivé. Lentement, je déposais le morceau de pain qui était entre mes doigts afin de concentrer toute mon attention sur mon interlocutrice. Cette dernière me regardait cette fois-ci droit dans les yeux, j'en faisais donc de même, comme toutes les fois d'avant.

« Comme je vous l'ai déjà dis précédement, je suis un guerrier. Je gagne donc ma vie par le combat. Et plus précisément, en chassant les parias de notre société. Je suis un chasseur de prime, madame. Et je suis sur les traces d'un dangereux criminel qui rodait dans les parages. Mais malheureusement, le sort ne m'avait pas était favorable. D'où l'état critique dans lequel j'étais arrivé hier soir dans votre auberge. »

Je marqua une petite pause, laissant du temps à mon interlocutrice pour digérer mon histoire, puis je repris de nouveau.

« Sachez juste une chose, madame. Si vous me demander de quitter votre établissement, je le ferais sans poser de question. Vous en avez déjà beaucoups trop fait pour moi. »

J'étais tout à fait conscient que ma présence ici la mettait en danger, elle ainsi que les autres habitants du coin. Je lui donnais donc l'opportunité de se débarasser une bonne fois pour toute de ce malheur qui n'était pas le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nouveau village pour une nouvelle vie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau village pour une nouvelle vie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Nouveau look pour une nouvelle vie
» Ma resolution pour la nouvelle année
» Nouvelle étape pour une nouvelle vie
» Nouveau look pour une nouvelle vie
» Nouveau vava pour Noël ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: LES BAS FONDS :: Corbeille :: RP-