Partagez | 
 

 Monster #

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Monster #   Lun 28 Sep - 21:09

Je me suis éclipsée presque sous les yeux de Wyrim, sans qu'il ne m’aperçoive, et je n'en suis pas peu fière. Bien qu'il soit affilié à un équidé et non à un rapace, il en a le regard perçant. Et puis, il a tendance à ne pas me quitter d'une semelle lorsque nous sommes à la capitale, il sait que je me perds sans arrêt et la foutue résidence qui nous est dédiée est si grande, presque autant que notre palais à Castyr... Comment pourrais-je m'y retrouver alors que je me perds déjà dans la demeure qui m'a vue naître et dans laquelle je vis encore ? Impossible. Néanmoins, mon talent pour me perdre à l'avantage de faciliter mes escapades puisque j'arrive aussi à perdre Wyrim malgré sa vigilance. C'est ainsi que j'ai pu quitter la résidence et aller me balader un peu la ville, profitant de cette chaude journée qui commence. Pour l'occasion, j'ai enfilé une longue robe couleur sable et glissait la capuche au dessus de mes cheveux, cachant leur couleur rougeoyante qui aurait eut tôt fait d'attirer les regards. Je n'aime pas me faire repérer lors de mes escapades, je préfère me faire passer pour une citoyenne lambda afin d'en savoir plus sur ce qu'endurent les Eryens dans la vie de tous les jours. En restant cloisonnée dans mon palais je ne pourrais pas savoir ce qu'ils pensent de ma politique et de celle des autres dirigeants... Cela m'a permis par exemple de comprendre comment Hassan était vu des siens : assez mal malgré ses qualités de dirigeant. J'aurais aimé pouvoir en parler avec lui mais je ne lui ai pas adressé la parole en privé depuis... Très longtemps, je ne saurais même pas le compter. A croire qu'il m'évite, bien que la raison soit plus simple ; il n'a pas de temps pour lui, sa maison est riche et influente et cela double sa charge de travail. Dire qu'à côté de cela, moi j'arrive à trouver un peu de temps... Mais je fais confiance en mes plus proches conseillers, je sais qu'ils peuvent m'épauler et ils me sont d'une aide précieuse. Peut-être n'a t-il pas cette chance.

Mes pas me conduisent jusqu'aux portes du marché doré, vaste lieu aux odeurs appétissantes et aux couleurs chatoyantes. Comme à mon habitude, j'achète quelques fruits chez divers marchands et me faufile entre les passants tout en mangeant une pomme sucrée ; mon côté harpie qui ressort. Je fais un détour en reconnaissant un visage dans la foule - un représentant haut placé des Inventor en visite à la capitale - et traverse une rue bondée, faisant de nouveau attention à me faufiler sans que la capuche ne tombe. Je tombe alors sur la zone que je fuis habituellement comme la peste : le marché aux esclaves. Voir ces personnes enchaînées et enfermées dans des cages me retourne l'estomac... Mais je n'arrive pas à faire marche arrière, poussée par la foule, et préfère rester discrète. J'avance donc au milieu de cette zone, tentant de garder mon calme face à ces esclavagistes qui hèlent le client, proposent des esclaves au rabais, les exposent à la face du monde ou les frappent... J'assiste alors à l'une de ces scènes qui pourrait facilement me faire perdre mon sang froid : un homme fouettant une jeune femme, presque nue, qui est à ses pieds. J'attends un instant que l'homme se soit éloigné et viens vers la jeune femme, m'accroupissant près d'elle.

- Tenez... Je lui tends une pomme et ma gourde d'eau. Elle hésite, jette un regard autour d'elle avant de boire une gorgée d'eau et d'accepter le fruit, me remerciant d'une petite voix.

Je me sens cruellement impuissante mais je ne peux rien faire pour elle. Je pourrais bien sur la racheter et la libérer, mais après ? Mon argent servirait à en mettre 4 autres comme elle sur le marché... Ce n'est pas ainsi qu'on peut combattre un tel mal. Je m'éloigne, tout en ayant l'impression que cette vieille blessure au fer rouge est en train de me faire souffrir. Elle me le fait à chaque fois que je suis dans un tel lieu... Je grogne et serre les dents, gardant profil bas... Jusqu'à ce qu'un fouet ne claque juste à côté de moi, à seulement quelques centimètres. Je sursaute légèrement et tourne le regard. L'esclavagiste qui avait brutalisé la jeune femme se tient juste derrière moi.

- Dis donc vous, j'vais vous faire passer l'envie de toucher à Ma marchandise ! Soit on paye, soit on déguerpis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Mar 29 Sep - 16:52



Le soleil illuminait de ces rayons le monde et Abel avait décidé dans profiter. Il était dans son jardin, assis confortablement sur une chaise, au milieu du jardin, a écouté Alidionne chanter de sa douce voix. Abel portait, comme à son habitude, un costume trois-pièces sombre, mais cette fois, il n’avait pas mis de veste qui risquait de lui donner trop chaud.

Il se prélassait au soleil, pour une fois qu’il pouvait se détendre un peu. Non pas qu’il était débordé de travail en ce moment, mais devait régler certains détails qui lui prenaient beaucoup de temps. Ne rien faire comme ça, permettait à Abel de mieux se concentrer sur ses objectifs futurs et être prêts à réaliser chacune des étapes qu’il s’était donner de réaliser pour atteindre son rêve.

Abel avait les yeux fermés et somnolait légèrement, quand une présence à ces côtés le réveilla. C’était Rézielle, habillé dans une robe fendue violette, qui s’était agenouillé devant lui.

Maitre, j’ai des informations qui pourraient vous intéresser, sur la reine des Bellator.
Relève-toi, voyons. Dit Abel d’une voix chaleureuse en s’installant au fond de son siège. Je t’écoute, qu’as-tu à me dire sur cette jeune fille ?
Merci Maitre. Répondit Rézielle en se levant, mais ne regardant pas Abel dans les yeux. Selon, l’espion qui la surveille, Selawyr Loewyn est seule et incognito, se dirigeant vers le marché doré.

Abel mit ces coudes sur les accoudoirs de sa chaise et porta sa main gauche au niveau de son visage pour réfléchir à cette information. Cette occasion serait parfaite pour commencer à tisser des liens avec la reine des Bellator et par la suite se servir de ce lien pour la manipuler à l’avenir. Mais pour ça, il faudrait un lien fort entre eux, qui paraissent sincère et il faudra du temps pour qu’un lien comme cela se tisse. Alors, autant commencer le plus tôt ! Il se leva de sa chaise et dit à sa maitresse-espionne avec sourire se voulant chaleureux.

Merci pour cette nouvelle forte intéressante. Tu as eu raison de m’en faire profiter le plus rapidement possible. Comment est-elle habillée ?

Abel vit une lueur de bonheur éclairer le regard de Rézielle, les compliments sur son travail faisaient toujours cet effet sur cette esclave. Que l’on reconnaisse que son travail était bien fait suffisait presque pour s’assurer sa dévotion. Sa et le fait de la traiter en tant que serviteur et non en esclave, mais cette dernière remarque était aussi valable pour tous.

Ou … Oui, elle était habillée avec une longue robe marron clair, ainsi qu’une capuche de la même couleur pour cacher ces cheveux rouge.
Très bien, tu peux aller dire à Alidionne d’arrêter de chanter, s’il te plait, et aussi à Céleste de venir me rejoindre dans le hall avec ma canne, merci.

Elle s’inclina et prit congé en direction du patio où étaient assises Alidionne et Nimlis. Abel, quant à lui, entra dans sa maison par une autre porte qui donnait sur le hall d’entrée où Mansour gardait la porte, droit comme un i. Moins d’une minute plus tard, Céleste arriva avec son arme d’une main, la canne d’Abel dans l’autre qu’elle lui tendit. C’était une magnifique canne-épée dont le pommeau en argent était sculpté en forme de tête de loup, ces yeux étaient incrustés de turquoise.

Abel prit sa canne et sortit de la maison, accompagné de Céleste. Le marché doré n’était pas très loin de là et il leur fallut moins de dix minutes pour être sur les lieux. Comme toujours, le marché est bondé, que ce soit niveau marchand ou simples visiteurs, c’est le lieu pour vendre et acheter les marchandises de toute l’ile. Après un rapide coup d’œil aux alentours, Abel aperçoit, à plusieurs mètres de lui, une personne ressemblant à la description faite par Rézielle. Pas très grande, portant une robe marron clair avec une capuche et voulant à tout prit passer inaperçu, chose qu’elle n’arrive pas à faire pour une personne la cherchant précisément.

De manière décontractée, il suivit la jeune reine. S’arrêtant à des étals, regardant ce que certain marchand vendent. Abel la suivit jusqu’au marché des esclaves, étrange pour une personne ayant aboli l’esclavage dans son palais. Peut-être veut-elle acheter des esclaves pour les libérer ? Ou alors, s’est-elle trompée de chemin ? C’était une possibilité.

De loin, Abel observa Selawyr qui regardait un spectacle des plus normaux dans ce lieu, un marchand fouettant une jeune esclave. Seulement, ça devait être une première pour elle, car à peine l’homme partit qu’elle offrit de l’eau et une pomme à l’esclave. De la bonté et de la compassion, bien sûr ce geste était inutile pour la jeune femme enchaîner qui aura mangé quelque chose aujourd’hui et survivra un jour de plus dans son enfer, mais pour Abel c’était instructif. Plus il en savait sur elle et plus il pourrait la manipuler.

Une fois sa bonne action terminée, la jeune reine commença à partir, quand le marchand d’esclaves fit claquer son fouet juste à côté de la tête de Selawyr. S’il savait qui il voulait brutaliser, il se confondrait en excuse de peur de mourir, mais ce marchand agressif était une parfaite entrée en matière. Avec lui, Abel pourrait devenir un chevalier servant venant à la rescousse de la jeune femme.

L’homme vociféra des menaces et prépara un second coup de fouet en direction de la jeune reine. Abel avança rapidement pour lui prendre le poignet, arrêtant son geste. Le marchand, emplis de colère tourna la tête vers lui.

Pour qui vous vous prenez à m’empêcher de punir une fauteuse de trouble !?

Il avait une haleine qui sentait l’alcool et ces joues rouges ne voulaient dire qu’une chose, c’était un alcoolique doublé d’un abruti. Avec un visage sévère, Abel lui rétorqua.

Fauteuse de trouble ? Je n’ai vu qu’ici une personne prenant soin d’une autre. En quoi cela trouble l’ordre public ?
Euh… En rien, mais moi ça me gêne qu’elle donne à manger à ma marchandise !
Et ça mérite des coups de fouet de vous déranger ?
Oui et si vous ne me lâchez pas, vous aurez aussi le droit à mon poing dans la tronche ! Dit le marchand en fermant sa main valide et armant son poing.

Il n’eut le temps de rien faire d’autre, car le marchand sentit derrière sa tête le canon froid que Céleste pointait.

Tous ceux menaçant mon Maitre doivent mourir. Dit-elle d’une voix froide comme la mort.

Le marchand alcoolisé fit retomber son bras valide, on voyait dans son regard la peur de mourir. Abel le lâcha et sans un mot de plus, l’alcoolique se retourna et partit vaquer à ces occupations loin, très loin d’eux.

Merci, Céleste. Dit Abel en lui souriant.

Les joues légèrement roses, elle hocha de la tête et remit son fusil sur son épaule. Abel se tourna et avança vers la jeune reine, un sourire chaleureux sur le visage.

Vous n’avez rien, Mademoiselle ?


Dernière édition par Abel Tirildil le Mar 1 Déc - 3:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Jeu 1 Oct - 20:21

Mon visage est toujours plongé dans l'ombre de la capuche, camouflant mes traits aux yeux du marchand d'esclave. Ses yeux brillent d'une lueur qu'il ne tente pas de dissimuler et ses poings sont si crispés sur son fouet que la peau de ses phalanges est blanche. Cet homme est l'archétype même des esclavagistes, incapable de faire preuve de bon sens, violent, criant sur tout le monde sans se soucier du respect, prêt à frapper homme, femme ou enfant se mettant sur sa route. Je me tourne vers lui, mes yeux rouges luisant légèrement dans les ombres. A cet instant, je pourrais retirer ma capuche ; voir son image blêmir et devenir blanc, le voir s'agenouiller et m'implorer son pardon... Et dans un même lieu, être presque capable de l'entendre me haïr dans son esprit, moi, la reine qui joue contre son marché, celle qui a clairement montré son point de vue vis à vis de l'esclavage. Je m'attirerais sûrement la haine des autres esclavagistes présents, qui ne verraient pas ma visite ici d'un bon oeil, ainsi que la curiosité malsaine des autres, qui pourraient chuchoter des rumeurs à mon égard. Que la reine des Bellator se dit contre les esclaves mais qu'elle était ici... Et connaissant le peuple, je sais que cette petite rumeur serait très vite métamorphosée en un mensonge éhonté. Il est donc plus sage de rester dans l'anonymat, de ne pas attirer l'attention sur moi.

Ce n'est pas pour autant que je dois être sans défense et que je dois laisser cet homme m'insulter. Déjà, l'une des mains a glissée sous ma cape pour attraper la garde de mon épée personnelle. S'il ose faire de nouveau claquer son fouet en ma direction, je le couperais et je le brûlerais, entièrement. Cette petite mise en garde devrait le calmer s'il ne maîtrise pas la magie... Néanmoins, le coup attendu ne vient pas ; à la place, c'est un homme qui s'est avancé et qui a bloqué l'esclavagiste, lui attrapant le poignet. Je hausse un sourcil au geste, plutôt étonnée que quelqu'un se soit intéressé à une scène banale comme celle-ci, la violence étant courante en ces lieux.

Evidemment, le marchand de servitude ne compte pas en rester là ; il s'en prend au nouveau venu, un homme de haute taille, mince, aux cheveux sombres et aux yeux rouges eux aussi. Il me suffit d'un coup d’œil pour lui trouver une grâce noble, un maintien que l'on ne retrouve pas dans le petit peuple. Ce n'est habituellement pas le genre de personne qui s'incrusterait ainsi dans une rixe... A moins que... Qu'il ne m'ait reconnu ? J'ai pourtant été discrète, et je ne pense pas l'avoir croisé... Encore moins par le passé. Mmf, c'est assez étonnant mais je n'ai guère le temps d'analyser tout cela, écoutant plutôt ce semblant de conversation - de menaces plutôt - qui se déroulent sous mes yeux. Entendant les derniers mots du marchand, je m'approche sans un bruit, furtive, ma main n'ayant pas quitté la garde de ma lame. Je perçois alors un mouvement vif, tout aussi furtif, et une femme apparaît brusquement derrière l'esclavagiste, pointant l'une de ces fameuses arme à feu contre le crâne de l'homme. Toute envie de violence disparaît alors et il disparaît sans demander son reste. Mais pas avant que je n'ai définitivement mémorisé son visage, juste au cas où.

Le danger étant écarté, les passants et autres marchands reprennent aussitôt leurs discussions sans plus se soucier de nous. Mon « sauveur » vient alors à ma rencontre, un sourire aux lèvres. Je me glisse jusqu'à lui, non sans vérifier que la capuche est toujours correctement placée pour ceux qui nous entoure.

- Je n'ai rien. Je hoche doucement la tête en remerciement, ignorant mes manières bien plus polies en temps normal. Ce n'est pas l'endroit pour cela. Je vous remercie pour votre intervention, vous avez permis d'éviter les effusions de sang, j'apprécie.

J'ai beau être relativement pacifiste, je reste une Bellator et le sang de la plus ancienne de ses maisons coule dans mes veines ; je n'ai pas peur de me salir les mains face à ce genre d'individu, au contraire.

- Ce n'est pas un bon endroit pour le faire, murmurais-je à moi-même tout en observant ce lieu que j'exècre au plus haut point.

Je mets cette dernière réflexion de coté et observe de nouveau l'homme, ainsi que la femme qui l'accompagne, en retrait. Silencieuse, armée, elle m'a l'air plutôt particulière.

- A qui ai-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Ven 2 Oct - 23:30



La reine des Bellator remercia Abel d’être intervenu pour éviter le massacre du marchand. Si c’était une autre personne à la place de Selawyr, il aurait laissé l’alcoolique se défouler sur sa victime.

Ce n’est rien, Mademoiselle. Moi aussi, je déteste les effusions de sang.

Elle devait se poser nombre de questions sur lui, son acte, mais elle semblait les garder pour elle. En tout cas, pour le moment, la jeune femme se contenta de demander à qui elle avait affaire.

Ah oui, mille excuses, j’ai oublié de me présenter. Je m’appelle Abel Tirildil. Dit-il en posant la main droite sur son cœur et inclinant légèrement le buste. Et elle, c’est ma garde du corps, Céleste.

La borgne salua d’un hochement de la tête la reine Bellator. Elle eut raison de ne pas faire de révérence devant elle, sinon cela aurait trahi Abel et le fait qu’il savait qui son interlocutrice était réellement.

Et vous ? demanda-t-il sachent pertinemment qui elle était.

Elle ne lui donna, bien évidemment, pas son véritable prénom. Selawyr voulait être discrète après tout. Abel continua.

Je vous propose de partir de ce lieu rapidement. Le marchand blessé pourrait revenir avec ces amis de la taverne proche, pour avoir sa revanche.

La jeune femme accepta son offre et ils partirent côte à côte, loin du marché des esclaves. Pendant un petit moment, ils marchèrent sans dire un mot, revenant dans la partie du marché plus agréable. C’est à ce moment-là qu’Abel rompit le silence.

Ce que vous avez fait tout à l’heure, pour la jeune femme, était un acte d’une grande bonté âme. Voir cet homme vous attaquez à cause ça, était une chose ignoble ! Je me devais d’intervenir pour le stopper.

Avec ça, elle aurait la soi-disant raison de son geste. Sans parler de son côté chevaleresque qu’Abel avait mis en valeur. Il était enfin entré en contact avec un des dirigeants des Maisons, mais Abel était loin d’avoir fini avec Selawyr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Dim 18 Oct - 14:19

- Ravie de faire votre connaissance, bien que cela aurait été plus agréable en d'autres circonstances.

Ils s'appellent donc Abel et Céleste. Cette femme continue de m'intriguer, elle a l'allure d'un garde du corps et elle est étonnamment armée. Après, il est vrai que nous ne sommes pas habitués aux armes à feu des Inventor par chez nous, nous préférons de loin le tranchant de nos lames, le corps à corps, mais visiblement ces armes commencent à se répandre sur l'île. Heureusement, leurs coûts de fabrication élevés ainsi que leur prix font que la demande est loin d'être forte, évitant ainsi que n'importe qui puisse s'en procurer une... Ce serait un désastre si cela arrivait, ces armes à feu sont dangereuses, même lorsqu'on ne sait pas s'en servir. M'enfin, ce n'est guère le moment pour penser à tout cela, j'aimerais m'éloigner rapidement de ce lieu, sans créer d'autres incidents, et sans que quelqu'un dans la foule ne me reconnaisse... Je n'ai guère envie de courir à la catastrophe. Alors, lorsque l'homme me demande son nom, je lui souris et lui donne ce faux nom que j'ai l'habitude de donner lorsque je ne veux pas être reconnue. Après tout, il ne s'agit que d'un diminutif, je ne suis pas vraiment en train de lui mentir...

- Appelez moi Seli. Abel reprend rapidement la parole, me devançant. Je me contente donc de hocher la tête et de lui répondre. J'allais justement vous le proposer.

Plus vite nous serons loin de ces abominations de marchand d'esclaves, mieux ce sera. Je ne pourrais pas faire mieux pour eux et je risque de créer de nouvelles rixes en restant dans les parages. Nous ne perdons pas de temps et, nous fondant dans la foule, nous quittons ce lieu dans lequel je n'ai pénétré que par pur hasard, par la faute de ce minable sens de l'orientation.

- Sois plus prudente, la prochaine fois.

Je soupire doucement lorsque la voix de la phoenix résonne dans mon esprit, mais je ne lui réplique rien. Azhàra a entièrement raison, j'aurais du passer mon chemin sans intervenir. Cette esclave risque de souffrir de mon intervention... Il faut que j'apprenne à me contrôler ; la prochaine fois pourrait être plus lourde en conséquences.

De retour sur le marché conventionnel, nous pouvons nous stopper un peu et respirer. J'observe malgré tout les horizons avec attention, afin d'être certaine que nous ne soyons pas suivis. Pour le moment, tout semble calme, je ne remarque aucune personne suspecte qui pourrait s'en prendre à nous. Néanmoins, il est encore trop tôt pour relâcher la pression. C'est à ce moment que Abel reprend la parole et je darde mes yeux rouges vers lui, l'observant curieusement.

- C'est le comportement habituel de ces esclavagistes. Je n'aurais pas du m'en mêler, cette esclave n'y a rien gagné, si ce n'est la colère de son maître...

C'est à mon tour de poser les questions et je me rapproche, l'observant.

- Et vous ? Que faisiez-vous là-bas si vous ne cautionnez pas ce qu'ils font ?

J'entends Azhàra acquiescer dans ma tête, la phœnix faisant généralement preuve d'une plus grande méfiance que moi, et ce malgré sa grande bonté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Mer 21 Oct - 1:22



Oh, mais c’est que la princesse connait la dureté de la rue et surtout l’avenir de cette jeune esclave. Enfin, il ne la molestera pas trop, il doit bien vendre sa marchandise à peu près intacte. Un bras cassé, un œil au beurre noir, c’est une preuve que son esclave est de mauvaise qualité et pourrait faire baisser sa réputation. L’alcoolique la frappera sous les guenilles pour ne pas faire apparaitre les coups ou pire, mais l’homme ne semblait pas assez intelligente pour comprendre la subtilité de la torture mentale. Mais bon, Abel se fichait royalement du sort de cette petite esclave, elle lui avait apporté toute l’aide qu’elle pouvait lui offrir et son rôle maintenant était de mourir sous les coups de son maitre… dans le meilleur des cas.

Et vous ? Que faisiez-vous là-bas si vous ne cautionnez pas ce qu’ils font ?

Ah voilà ! Les choses sérieuses peuvent commencer. Abel prit l’air gêné, mit sa main libre derrière la tête et lui répondit sur un ton honteux.

Pour être honnête, je me suis perdu…Ah, ah! Puis il reprit sur un air plus sérieux. Il est vrai que je ne cautionne pas l’esclavage, mais, à l’heure actuelle, notre civilisation ne peut l’abolir. C’est hélas, une chose qui n’arrivera que loin dans le futur, quand nous comprendrons que l’humanité vaut plus que de l’argent.

Abel laissa le silence s’installer entre eux, pour que la princesse incognito se fasse une idée de quoi Abel veut ressembler puis il reprit.

Certes, j’ai également quelques esclaves, mais un noble sans esclave à Theonova est mal vu. C’est une preuve de pauvreté. Une chose d’une incroyable stupidité, mais nous n’y pouvons rien. Seulement, une fois dans ma demeure, je les traite comme des humains et non des marchandises. Enfin, c’est ce que je crois. Il se trouva vers sa garde du corps. Céleste, je suis un bon maitre pour vous ?
Oui, vous êtes un très bon maitre, sans vous je serais sans doute morte Dit-elle, une pointe de reconnaissance dans sa voix.
Ce n’était rien, je n’ai fait que te racheter à ton sadique d’ancien maitre. Dit Abel avec un sourire à Céleste.
C’est faux maitre Tirildil ! Vous nous avez donné l’envie de continuer de vivre et un lieu où nous pouvons être nous-mêmes ! S’emporta-t-elle, le rouge aux joues.
Et bien ! Pour une fois, tu es très loquace ! Dit Abel qui prenait l’air surpris. Merci pour tous ces éloges ma petite Céleste.

Il lui caressa gentiment la tête, comme l’on peut caresser un chat et se tourna vers Selawyr, enfin « Seli » pour lui dire.

Désolé pour cette scène. Je… Je ne m’attendais pas à ça de la part de ma garde du corps. Bref ! Je vous renvoie la question. Pourquoi étiez-vous dans le marché des esclaves ? Vous étiez aussi perdue ?



Abel écrit en Darkblue


Dernière édition par Abel Tirildil le Dim 15 Nov - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Dim 15 Nov - 11:58

Je jette un dernier coup d'd’œil vers le marché aux esclaves, avec l'espoir futile de la revoir une dernière fois. La foule est dense, comme prévue je ne vois rien de ce qui s'est passé après mon départ et c'est sûrement mieux ici ; il est encore trop tôt pour que je puisse intervenir en ces lieux, j'y risque ma place. L'esclavagisme est normal pour les autres, ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils font, la tradition est fermement ancrée sur l'île... Un jour peut-être, les choses changeront, et j'espère être encore en vie pour voir ces changements s'opérer. Dans mes rêves les plus fous, j'aimerais être celle qui changera le destin des esclaves, mais qui suis-je pour être aussi rêveuse ? Un long, long travail nous attends pour pouvoir atteindre cet objectif, qualifié de fous par de nombreuses personnes... Dans mon entourage, seul Wyrim me comprend et m'encourage à continuer de me battre pour cela... Mon père aussi avait ce genre d'idées, je m'en souviens, il m'en parlait quand j'étais petite... C'est de lui que je tiens une partie de mes convictions et je lui dois beaucoup. Un sourire nostalgique s'ancre sur mon visage alors que le souvenir de Taurin reste fort dans mon esprit pendant de longues minutes...

Nous retournons au marché doré, là où les marchandises vendues ne sont pas humaines, et nous reprenons notre conversation. De but en blanc, je demande à cet inconnu ce qu'il faisait là, curieuse et quelque peu méfiante à son sujet, encouragée par Azhàra qui est, aujourd'hui, fort bavarde. A croire que cette nouvelle compagnie l'intéresse.

- C'est vrai que nous avons encore beaucoup de travail avant de l'abolir, mais le moindre petit geste peut l'y aider. Il faut partir positif et faire de son mieux pour que les choses changent dès maintenant.

Un léger silence s'en suit et j'en profite pour observer ceux qui nous entoure, toujours attentive, tentant de reconnaître quelques visages familiers ; nada pour le moment, il ne s'agit que de personnes du peuple, tant d'habitants que je ne saurais connaître, bien que j'aime me fondre dans la foule et parler avec eux. Malheureusement, mes cheveux et mes yeux sont facilement reconnaissables, ce qui ne rend pas la chose facile... Abel reprend la parole, me détournant de mes pensées, et je l'écoute sans me prononcer sur ce qu'il m'apprend, bien que je n'en pense pas moins. Je me prépare à le dire, faisant toujours preuve d'une grande honnêteté, mais son esclave me prend de vitesse et insiste sur la joie qu'elle éprouve à le servir. J'ai déjà vu ça par le passé, bien que cela soit assez rare. Finalement l'homme s'excuse et me pose ma propre question. Je souris doucement, amusée.

- Ce n'est rien. Et pour vous répondre... Oui. J'ai été emportée par un mouvement de foule et je me suis retrouvée là-bas.

J'observe de nouveau l'esclave qui l'accompagne et reprend la parole, disant enfin ce que je voulais dire depuis tout à l'heure. C'est que ce sujet me tient très à coeur.

- Si vous ne traitez pas vos esclaves comme tel, pourquoi ne pas faire un pas de plus vers l'avant ? Pourquoi ne pas les affranchir ? Ils resteront à vos côtés s'ils vous sont reconnaissants, mais ils pourraient enfin goûter à la liberté. Ça c'est déjà fait après tout.

Evidemment, je pense là à mon propre palais. La plupart des esclaves que nous avons affranchis ont décidés de continuer de travailler avec nous parce qu'ils étaient bien traités et sont désormais payés...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Mar 1 Déc - 3:46



La condition des esclaves, voilà un sujet qui tenait à cœur de la jeune reine des Bellator, c’est ce que les espions d’Abel lui avaient rapporté et ils avaient visiblement raison. Ne voulant rien lâcher, Selawyr, pardon Seli, continua et la question sur l’affranchissement tomba.

Comme je vous l’ai dit. Un noble sans esclave et signe de pauvreté, un noble affranchissant ces esclaves et prit pour un fou et est fui comme la peste. Étant nouvellement diplômé pour devenir Conseiller, je me vois mal trouver du travail dans ce milieu sans relation. Seuls les rois et reines de l’ile peuvent se le permettre et encore, regardez Castyr, la reine est la seule à avoir eu le courage d’affranchir ces esclaves, mais n’a pu le faire que dans son palais, par peur d’une insurrection des nobles.

Abel laissa un petit silence s’installer, le temps à la jeune reine d’ingérée ces informations et mettre de l’ordre dans son esprit. Puis il reprit.

Si l’abolition était possible, je le ferais avec plaisir ! Mais à l’heure actuelle, ce n’est pas possible et puis j’aurais trop peur qu’ils se fassent de nouveau capturer et envoyer chez une personne les traitants comme des marchandises. Je sais que c’est une pensée étrange, mais j’aime à penser quand les gardant à mon service, je les protège aussi.

« Et puis un animal de compagnie ne sait pas ce qu’est la vie en pleine nature » une pensée qu’Abel gardera profondément en lui. Le soleil commençait à être haut dans le ciel et en regardant sa montre gousset, le jeune homme vit qu’il était midi passé. Une idée germa dans l’esprit d’Abel. Il regarda Seli et lui dit.

Comme il est bientôt l’heure de déjeuner, je vous propose de venir chez moi pour nous restaurer et par la même occasion, vous pourrez voir et discuter avec mes autres esclaves. Qu’en dites-vous ?



Abel écrit en Darkblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Mar 12 Jan - 20:49

J'ai souvent l'occasion de défendre mon point de vue vis à vis des esclaves mais, généralement, je tourne en rond parce que je le fais avec des personnes que je connais déjà, qui généralement ne partagent pas mon point de vue et restent ancrées dans leurs vieux idéaux : pour eux, trancher avec la tradition serait un sacrilège, une honte pour leur nom. Mais s'ils ne le font pas, qui le fera ? C'est pour ça que je me suis lancée, peu de temps après avoir été élue, sans suivre l'avis de mes conseillers : il fallait que quelqu'un jette la première pierre. Peu importe si cela prend des décennies ou des siècles pour que d'autres me suive, il fallait que quelqu'un le fasse le premier, lance l'engrenage de cette lente machine, redonne espoir à tous les esclaves à travers l'île, qu'ils sachent qu'il y a au moins une personne qui pense à eux... Enfin, même si je suis loin d'être la seule à être dégoûtée par l'esclavagisme, fort heureusement. Ce sont généralement des personnes du peuple, bien plus simples, qui sont révoltées par ces principes, alors que la noblesse elle... Avoir des esclaves à foison lui facilite la vie, leur faire changer d'état d'esprit est très difficile... Il faudrait qu'ils aient eux même connus cet état pour qu'ils comprennent que c'est inhumain.

Après tout, peut-être est-ce moi qui ai tord. J'ai connu cette vie, même si ce n'a été qu'à court laps de temps, et peut-être est-ce cette mauvaise expérience qui a influencé mon jugement... Ceux qui n'ont connus que le luxe et la simplicité ne sont pas capables d'imaginer la vie des esclaves. Mais ce n'est pas pour autant que je vais lâcher mes idéaux, je continuerais de les porter fièrement et de tenter de faire comprendre à ceux qui m'entoure la nécessité de faire bouger les choses.

- C'est parce que vous avez peur de faire le premier pas que personne ne le fait. Il est grand temps que la noblesse se remette en question. Le moindre petit pas en avant est un progrès pour, qu'un jour, les choses puissent bouger.

Je ne relève pas ses mots me concernant, il n'a pas tord, même si je ne vois pas les choses sous cet angle. Bien sûr que je ne pouvais pas instaurer une telle loi sur l'ensemble de mon peuple, mais ce ne sont pas que les nobles qui m'ont fait prendre une telle décision : je ne pouvais pas être aussi abrupte dans ma décision, alors que je venais tout juste d'arriver au pouvoir. Cette loi n'est que le premier pas vers quelque chose de plus grand, mais il faut que le peuple s'habitue à l'idée, que les conséquences d'un tel changement soient soigneusement étudiées. C'est ce que nous avons fait avant d'abolir les esclaves du palais, en leur proposant à tous de rester et de continuer leur travail : le seul changement notable a consisté à leur donner le choix, et la possibilité de gagner de l'argent. Ils pouvaient continuer leur vie sans que rien ne change, et c'est pour cela qu'ils n'ont pas été trop perturbés (pour la plupart) par la loi.

- Mais je suis contente de rencontrer quelqu'un comme vous, qui prend soin d'eux. C'est rarement le cas... Je jette un coup d’œil à la jeune esclave, qui s'est si vivement manifesté ; sa réaction venait du cœur.

Je hausse un sourcil à la proposition que l'homme me fait ; manger chez lui ? Découvrir un nouvel endroit est tentant mais si je m'absente toute la journée, Wyrim va finir par s'arracher les cheveux et me maudire.

- Je les rencontrerais avec plaisir, malheureusement je ne peux pas m'absenter trop longtemps. Je dois me rendre au palais, peut-être pouvons nous nous y rendre ensemble ?

J'attrape une poire, du sac de fruits que je n'ai pas quitté depuis l'incident, et croque dans le fruit en essuyant après coup le jus coulant le long de mes lèvres. Mon repas sera sûrement constitué de fruits alors autant prendre de l'avance... En tout cas, j'espère que Abel acceptera cette balade ; seule, je risque encore de me perdre et de prendre une heure de plus pour rentrer...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Sam 23 Jan - 22:04



« Seli » continua son discours sur l’abolition de l’esclavage et elle avait tout à fait raison. Le premier pas était important et aujourd’hui était sans doute le premier pas pour les desseins d’Abel. Concernant la liberté des esclaves, elle avait également raison, mais ce ne sera sans doute pas lui le premier noble à affranchir les siens. Ils savent beaucoup trop de chose sur lui, plutôt les enfermé pour le restant de leurs vies que de les libérer et puis la maison d’Abel serait bien vide sans eux.

La jeune reine ajouta quelques mots bienveillants sur le fait d’avoir rencontré une personne faisant attention à ces esclaves. Si les gens prennent des animaux de compagnie, c’est bien pour les choyer et les aimer, non pour les battre et les mettre en cage.

Merci, Mademoiselle Seli. Cela me touche également d’avoir rencontré une personne pensant comme vous. Dit-il en posant la main droite sur son cœur et inclinant légèrement le buste.

La proposition d’Abel semblait l’intéressé, mais au dernier moment la déclina, dommage. Faire en sorte qu’elle soit chez lui aurait pu lui permettre de mieux la comprendre et la manipuler au mieux.

Elle a flairé traquenard ? Gronda Zaël dans l’esprit d’Abel.
Non, je ne pense pas. Elle doit juste avoir autre chose à faire. Lui répondit mentalement son hôte. Puis en parlant à voix haute avec un sourire qui se voulait chaleureux. Ma foi, ce serait avec plaisir ! Suivez-moi, le palais est par ici.

Il désigna la route de gauche et tous trois-là prirent pour rejoindre leur destination. En chemin, Abel lui dit.

Concernant l’abolition de l’esclavage, il y aurait peut-être une solution. Stupide et simpliste, certes, mais même ceux permette de trouver de bonne solution. Actuellement, un esclave est un investissement onéreux. Si les nobles devaient les libérer gratuitement, soit ils ne le feraient pas, soit se soulèveraient contre le pouvoir et une guerre éclaterait. Donc, il faudrait racheter tous les esclaves et en même temps, abolir l’esclavage. Ou alors, créez un impôt, qui taxerait les nobles ayant des esclaves, mais qui pourrait disparaitre en les libérant. La réputation d’un noble est importante, mais son argent compte encore plus, avec ce genre de solution, les esclaves pourraient disparaitre rapidement. Qu’en pensez-vous ?

Une solution stupide et utopique, jamais les nobles n’accepteraient ça, mais dire des absurdités pareilles permettait à Abel de continuer de tisser un lien entre lui et la jeune reine.



Abel écrit en Darkblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Sam 12 Mar - 20:43

Cet homme a des manières de noble de haute naissance et je le remarque notamment dans sa posture lorsqu'il me remercie. Pourtant, lorsqu'il s'est présenté, son nom n'a pas fait tilt dans mon esprit, ce qui veut certainement dire qu'il ne fait pas parti d'une grande famille mais d'une plus modeste, moins connue de ses pairs. Je lui réponds donc par le même geste, oubliant à cet instant que je ne suis pas Selawyr mais seulement Seli, une jeune fille se promenant sur le marché. Tant pis, ce qui est fait est fait et j'oublie bien vite cette erreur lorsqu'il me propose de venir chez lui faire la connaissance de ses esclaves. Je hausse un sourcil, quelque peu étonnée par cette demande peu habituelle. Ce n'est pas tous les jours qu'un inconnu, noble de surcroît, vous invite chez lui. Cela cache t-il quelque chose ? Déjà, Azhàra monopolise mon esprit en me demandant de faire preuve de prudence vis à vis de cet homme dont nous ne savons quasiment rien et je tente de la calmer en la rassurant, lui expliquant que de toute façon je n'aurais pas à y réfléchir puisque je dois rentrer avant le début de l'après-midi : dans le cas contraire Wyrim me le ferait payer très cher, j'ai une réunion importante cette après-midi au comptoir du dragon. Et vu que je serais incapable d'y aller seule et que Wy' refuse que je fasse ce genre de déplacement seule... Il prend toujours autant son rôle de garde du corps au sérieux.

Abel ne semble pas le prendre mal et accepte ma proposition : je fais d'une pierre deux coups. Nous allons pouvoir continuer de parler sur le chemin et je vais pouvoir suivre ce dit chemin sans me perdre. Elle n'est pas belle la vie ?

- Parfait, allons-y alors !

Je garde ma capuche sur la tête, n'ayant pas envie que quelqu'un me reconnaisse en pleine ville. J'observe Abel à la dérobée tout en me demandant si, par hasard, lui ne saurait pas mon vrai nom. Il me parle comme il aurait pu parler à Selawyr, la dirigeante, et cela me fait douter. Est-ce simplement une impression ? S'il a croisé mon regard et vu quelques mèches rousses, il aurait pu faire le rapprochement. Ce qui voudrait dire qu'il aurait fait exprès de tant se positionner vis à vis des esclaves, tout le monde sur l'île connaissant ma position à ce sujet.

- Il est vrai que cet homme insiste étonnamment, pour quelqu'un qui ne veut pas changer sa sa propre situation. Il t'a peut-être bel et bien reconnu, Sela. La douce voix de la phœnix résonne dans mon esprit, en écho avec mes propres pensées.

C'est à cet instant précis que Abel reprend la parole sur le sujet, une nouvelle fois. Je l'écoute avec attention, revêtant mon habit de dirigeante, analysant ses propositions sans rien en montrer. J'attends qu'il est fini pour lui répondre, prenant mon temps.

- Non, ce n'est pas aussi simple. L'esclavagisme est une tradition, elle est bien trop ancrée dans les mœurs. Mettre en place une taxe ne toucherait que les nobles et ils se révolteraient contre le pouvoir en place. Ou ils quitteraient la région pour aller voir ailleurs. Ce n'est pas quelque chose qui disparaîtra en peu de temps.

Et ce serait bien idyllique de le penser. L'est-il ? Je l'observe à la dérobée, sans arriver à le déterminer. Peut-être que sa réponse m'en dira un peu plus...

- Ils ne se rendent pas compte de ce qu'un esclave peut subir au quotidien. Ils devraient le vivre pour changer. Je le pense sincèrement, mais évite de terminer ma phrase. S'il apprend à un moment qui je suis vraiment, il ne faut pas qu'il puisse attribuer une phrase aussi extrême à ma personnalité. Qui sait, si cela se répandait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Sam 19 Mar - 14:13



Comme prévu, son absurdité sur les taxes est rapidement balayée d’un revers de la main, enfin pour le cas présent, ce revers s’appelle tradition. Quelle chose stupide que ceci, sans elle le monde pourrait s’améliorer grandement et encore plus si Abel était l’instigateur de ce changement. Chaque chose en son temps et pour le moment, il devait tenter de tisser des liens avec la jeune reine. D’ailleurs cette dernière fit une remarque intéressante.

Ils ne se rendent pas compte de ce qu’un esclave peut subir au quotidien.

Oui, vous avez raison. Ils comprendraient que les esclaves sont des humains et non des marchandises. Dit-il le regard perdu un peu dans le vide avant de reprendre. Enfin bref, nous ne pouvons rien faire pour cela à notre niveau, seuls les dirigeants de nos maisons le peuvent.

Ils continuèrent à marcher en silence pendant un moment, quittant la rue qu’ils empruntaient pour l’avenue principale menant au palais. Bien plus grande et plus vivante que la rue qu’ils venaient d’emprunter, le centre était emprunté par des carrosses et chevaux, les passants devant rester proche des immeubles pour ne pas se faire écraser.

Désolé si ma question peut paraitre indiscrète, mais de devez-vous faire au palais ? Dit-il en regardant Seli. Avez-vous une audience ou alors y allez-vous dans le cadre de votre travail ?

Abel tentait de relancer la conversation sur autre chose que l’esclavagisme. S’il avait continué sur ce sujet, il était possible que la jeune reine incognito le soupçonne de connaitre sa véritable identité.



Abel écrit en Darkblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Dim 29 Mai - 18:29

Avoir des idées pour tenter de repousser l'esclavagisme est une bonne chose ; vouloir se précipiter en est une mauvaise. Il est impossible d'imaginer que je puisse l'abolir d'un claquement de doigts et il y a même peu de chances que je le fasse pendant mon règne. Après tout, il s'agit de l'une des plus ancienne tradition de l'île, la grande majorité des nobles que je côtoie sont pour et ne changeraient leur façon de faire pour rien au monde... Et comme on dit, le pouvoir est entre les mains des riches, je suis bien placée pour le savoir. Malgré tout, je continue d'espérer que mes actions auront un impact sur cette tradition, même un minime, et qu'elles contribueront à sa disparition. Je l'ai volontairement abolie au sein du palais pour que tous sachent ce que j'en pensais : cela m'a attiré la foudre de nombreux nobles mais aussi la sympathie d'une partie du peuple et d'une minorité de personnes plus importantes qui ont soutenues mon action. Savoir que ceux que je gouvernais étaient pour la plupart ravis que j'ai agit ainsi m'a mit du baume au cœur, et j'ai aussi rapidement compris que cela était du à mon père. Lui aussi militait pour ce droit : les esclaves du palais étaient bien traités, soignés, avaient leurs propres chambres... Cela était si rare que le peuple l'avait rapidement appris par le bouche à oreille. Taurin Loewyn était un grand roi, et je suis encore loin de l'égaler.

- Cela semble si logique ! Comment peut-on considérer un autre Eryen comme de la simple marchandise ? Nous sommes tous unis, dans la vie et dans la mort !

Je ne relève pas ses derniers mots, me contente de l'observer du coin de l’œil. Est-ce un pic à mon égard, comme le suggère Azhàra ? Je n'arrive pas à en avoir la certitude ; s'il joue un jeu, il est bon acteur. Enfin, peut-être que je me fais simplement des idées. J'ai tendance à toujours être sur mes gardes depuis que je suis au pouvoir, je ne me fie guère à ce qui m'entoure (hormis ma famille et Wyrim, que je considère comme tel) et je fais toujours attention à ceux qui m'entoure. On est jamais à l'abri de ses ennemis.

Pendant que je médite tranquille là-dessus, nous quittons le marché doré pour retourner dans l'une des grandes avenues de la ville. Au loin, je peux apercevoir le palais, splendide, à l'image de cette ville. Je pourrais sûrement y retourner seule maintenant, puisqu'il s'agit d'avancer en ligne droite, mais il serait mal-venu de lui faire défaut maintenant.

Je me décale sur le côté pour laisser passer une calèche visiblement pressée et m'arrête à la question de Abel. Je hausse un sourcil amusé tandis que la phœnix se déchaîne ; je la trouve décidément bien bavarde aujourd'hui. Bien décidée à la faire taire et à apaiser les doutes qui entoure mon interlocuteur, je retire ma capuche d'un geste sûr, un sourire aux lèvres, et analyse son comportement.

- A votre avis ?

Je suis certaine de n'avoir jamais parlé à cet homme auparavant, mais lui, m'a t-il déjà vu ? M'avait-il déjà reconnu et me testait-il depuis le début ? Dans tous les cas, ce petit changement de ton va le faire réagir, et c'est exactement ce que je recherche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Tirildil
avatar

Umbra

Messages : 125

Carte d'identité
Magie: Eau, Glace et Ombre
Palier de Puissance:
18/20  (18/20)
Métier: Conseiller
MessageSujet: Re: Monster #   Dim 5 Juin - 14:17



Parfois, les gens ont des réactions inattendues et notre reine incognito en faisait une démonstration magistrale ici même. Alors qu’Abel tentait de changer le sens de la discussion et de possiblement mettre à mal la couverture de Seli. Ce fut-elle qui décontenança le jeune homme en découvrant sa tête et montrant ainsi son visage aux yeux de tous ceux présents dans l’avenue.

En révélant son visage dans une rue bondée de la capitale du continent, pensait-elle réellement ne pas attirer l’attention ? Il suffisait qu’une seule personne l’ait vu au palais de Theonova où soit un Bellator pour qu’il la reconnaisse et ainsi crée un attroupement autour d’elle. Un acte irréfléchi sans doute dans le but de voir la réaction d’Abel, elle avait surement des doutes à cause de leur discussion. Il n’aurait pas dû être aussi insistant concernant le sort des esclaves, c’est à cause de ça que la reine avait dévoilé son jeu.

Instinctivement, il joua la surprise en premier lieu et dans un second temps, mit le genou gauche à terre et la main droite sur son cœur, le visage baisser dans la direction de la reine qui n’était plus incognito.

Je m’excuse de ne pas vous avoir reconnue avant, votre Majesté. Dit Abel sans lever les yeux.

Devant la réaction du jeune homme, les badauds commencèrent à s’arrêter et observer la personne devant lui. De plus en plus de gens s’attroupaient autour d’eux et de plus en plus de monde faisait comme Abel, reconnaissant la reine des Bellator. Céleste, quand-ta-elle, jetait des regards de tous les côtés, prête à agir au moindre geste brusque.

Si je puis me permettre, vous devriez vous dépêcher de rejoindre votre destination. Permettez-moi d’assurer votre protection, votre Majesté. Dit Abel, toujours agenouillé devant Selawyr.


Abel écrit en Darkblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Monster #   Mer 16 Nov - 16:52

Les doutes sont légion désormais et je ne peux plus me défaire de cette impression que l'homme se joue de moi depuis le début ; s'il m'a déjà vue au palais, ou lors d'un discours, il a très bien pu me reconnaître à mes yeux rouge ou à quelques boucles auburn qui se seraient échappées de ma capuche. Est-ce pour cela qu'il a tant insisté sur l'esclavage ? Mon décret a fait du bruit a travers toute l'île, tout le monde avait sa petite opinion a son sujet et une majorité des personnes de la haute l'ont décrié, ayant peur que cela sonne le début de la fin de l'esclavagisme... Qu'ils se rassurent, la tradition est trop fortement ancrée sur l'île pour que je puisse y mettre fin aussi facilement, malheureusement...

Je lâche un soupir discret à une énième question de mon interlocuteur alors que l'envie d'y couper court commence à jaillir dans mon esprit. Pourquoi pas ? Ce n'est pas comme si j'avais peur de me retrouver en pleine foule à visage découvert, ce sera loin d'être la première fois.

- Surprends le, petit fille. Pour une fois, Azhara est sur la même longueur d'onde que moi.
- Profite du spectacle !

J'entends le rire léger de la créature faite de flammes lorsque je retire ma capuche d'un geste décidé, me tournant aussitôt vers le brun pour le toiser, observant ses réactions. Lorsque nos regards se croisent, quelques secondes passent avant que la surprise ne s'inscrive sur son visage et qu'il ne mette le genou à terre pour me saluer, comme il est coutume de le faire face à un membre de la haute. Impossible à partir de cette réaction de savoir s'il joue un jeu depuis le début ou s'il était vraiment sincère... Ce n'est pas la réaction que j'aurais aimé qu'il ait, ne pouvant pas me départir de mes doutes mais ne pouvant pas non plus mettre ses mots en doute publiquement. Tant pis, je garderais donc une réserve sur cette homme et je verrais une fois tranquille si je peux avoir des informations supplémentaires à son sujet... En attendant, je joue la carte de la naïve... En quelque sorte.

- C'était le but... Vous pouvez vous relever.

Maintenant que je ne me cache plus derrière Seli, il faut que je retrouve rapidement les protocoles habituels, surtout en étant au contact du public. Je garde donc la tête haute, observant ceux qui nous entoure d'un air neutre pour ne pas les inciter à se rapprocher davantage. Etre la dirigeante d'une maison de guerriers est un avantage dans ce genre de moments : même si je ne traîne pas de faits de sang, les citoyens ont toujours un peu peur des Bellator et des rumeurs courent régulièrement quant à l'instabilité de mon caractère... Je ne sais pas d'où elles sortent, mais elles peuvent avoir leur avantage.

Abel reste agenouillé encore un instant, tandis que sa garde du corps semble nerveuse, scrutant la foule. Je le fais avec plus de discrétion, gardant la tête haute. L'homme prend alors la parole et je hausse un sourcil.

- Oh, vous pensez donc que la reine Bellator a besoin de protection ?

J'accompagne ma phrase d'un sourire amusé parfaitement visible alors que je salue les personnes qui se sont rapprochées et m'ont salué avec la même politesse que le brun. Je me retourne ensuite vers Abel, reprenant la parole pour conclure.

- Mais vous pouvez m'accompagner, si vous le souhaitez.

D'un mouvement décidé je me retourne et commence à fendre la foule, qui s'écarte pour me laisser passer. Libre à lui de décider...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Monster #   

Revenir en haut Aller en bas
 
Monster #
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» Monster Hunter Orage
» Monster Combo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: ERYA :: Theonova :: Le Marché Doré-