Partagez | 
 

 Le prix de la fiancée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hassan Aliven*
avatar


Messages : 39

Carte d'identité
Magie: Electricité & air
Palier de Puissance:
14/20  (14/20)
Métier: Dirigeant des Magia
MessageSujet: Le prix de la fiancée   Dim 29 Nov - 23:39

Temporalité:
 
Cette journée aurait normalement dûe être investit dans mon apprentissage régulier auprès d'Octave, mon instructeur attitré dans le domaine de l'économie nationale. Sauf que mon planning allait être différent de l'ordinaire, cette fois-ci. Car un événement un peu particulier était venu chambouler ma routine. Une fois n'est pas coutume, en ce jours-ci, j'allais devoir quitter nos terres en direction du territoire Bellator. Et ce, afin d'y faire la connaissance de leur famille gouvernante, les Loewyn. Et plus précisément, leur première princesse, Selawyr. Une bien étrange créature, d'après les rumeurs. Mais, je n'avais pas spécialement hâte d'arriver à destination.

Mon père était également venu avec moi. Lui, ainsi qu'une vingtaine de garde du corps et une petite poignée de servant. Je ne savais pas si un cortége de cette taille était normal pour ce genre de visite, mais je devais avouer que leur présence me rassurait un peu. On n'était jamais assez prudent en choisissant notre escorte. Après tout, on n'avait aucune idée de ce qui pouvait nous tomber dessus en chemin, ni à l'arrivé d'ailleurs. Par contre, le bruit crée par l'agitation naturelle de tout ce petit monde était insuportable. Et cela n'allait pas en s'arrangeant. Une fois que la calèche avait levée le pied, le hennissement des chevaux et le bruit des roues craquant contre le sol était venus apporter la touche finale à cet orchestre.

Je pouvais facilement ressentir l'excitation qui lorgnait dans les regards de nos accompagnateurs, soient-ils même en aucun cas relié à cette affaire. Tous étaient enthousiaste à l'idée d'arriver à la capitale de Castesias, voyant certainement en cette rencontre une promesse de changement. Moi, j'essayais de ne pas y penser, je préfèrais éviter de plonger mon esprit dans un dilemme futile. Le tohu-bohu m'empêchait d'ailleurs d'y réfléchir, un bon point pour un mal qui commençait à me taper sur les nerfs.

Au bout de cette route, se trouvait ma futur épouse, la fameuse première princesse Bellator. Elle était très populaire parmis nos sujets, cela seul m'avait donné envie de faire sa connaissance. Seulement, l'idée d'avoir à partager le restant de mes jours avec elle ne me réjouissait pas des masses. C'était une inconnue pour moi, après tout. Mes sentiments envahissants ne m'aidaient pas vraiment à accepter la décision prise par mon père, je pris donc la décision de les faire taire afin de pouvoir acomplir mon devoir de bon coeur. C'était pour le bien de notre peuple. Toutes les décisions prisent par mon père étaient ainsi faites, dans l'unique but de faire renaitre le prestige de notre maison. Du moins, c'était ce que je voulais croire. Alors, j'allais suivre son exemple et me sacrifier à mon tour pour le bien être de notre maison, le sourire aux lèvres.

Notre voyage arriva finalement à son terme. Des sifflements retentissent, puis les chevaux s'arrêtent. J'entend la voix de mon père qui me parle derrière moi, tandis que je descend de la charrette.

« Surtout, souris ! Et n'oublis pas de te présenter convenablement devant la jeune Selawyr. Et... Ah ! N'oublie pas la dot. Tu as pris toute une semaine pour la choisir, ce serait ballot de l'oublier maintenant. »

Une fois les pieds à terre, je me retourne pour faire face à mon père qui descend à son tour de la charette. Je le regarde droit dans les yeux, le regard ferme, sans lui répondre. Puis silencieusement, je tend les mains dans sa direction pour prendre la boite en bois tanné qu'il me tend.

« Ce n'est pas ce que j'appelle un sourire, ça, Hassan ! Tu peux faire mieux que ça, mon garçon. »

Je ferme les yeux pendant un moment pour me concentrer. Puis après un court instant, je les réouvre à nouveau, et use de toute la volonté que j'avais su rassembler dans le but d'élargir mes lèvres. Sur le coup, ça devait sûrement paraître ridicule, mais d'un point de vue global, c'était bel et bien un sourire qui était déssiné sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Mar 8 Déc - 19:06

Le palais a rarement été aussi animé que ces derniers jours, alors que les murmures quant à l'arrivée du dirigeant des Magia et de son fils vont bon train, chacun rajoutant une petite touche personnelle dans ce qu'il raconte aux autres ; mais tous les récits concordent sur un point : la princesse a été promise au jeune fils Aliven, Hassan, et ils sont en route pour conclure ce pacte. Et c'est dans cette ambiance fort désagréable à mon goût que j'évolue, tentant par tous les moyens qui sont à ma disposition d'oublier, de me vider l'esprit pour ne pas songer à ce qui m'attend. Père a été fort cruel de me confier à cet inconnu, lui qui pourtant a toujours tout fait pour me protéger depuis ma naissance... Finalement, il est bien comme tous les autres, il ne pense qu'à sa lignée et à son rang, quitte à devoir offrir l'un des siens.

En conséquences, la cadence de mes entraînement a été doublée, si ce n'est triplée. Je passe tout mon temps libre à la salle d'arme, m'entraînant seule ou avec Assad, cherchant à oublier tout en développant mes compétences au maximum ; voulant crier au monde entier que je suis une guerrière, pas une princesse bonne à épouser ! Lorsque je ne peux pas m'entraîner à l'épée ou que mon corps me force à m'arrêter, je vais me perdre dans les écuries et je passe des heures auprès des poulains, des juments et des étalons du haras impérial. Je finis généralement sur le dos de l'un d'eux et je file dans les Monts Venteux pour de longues galopées, suivie par Wyrim, qui n'a de cesse de me suivre comme un petit toutou. Sa présence a tendance à m'insupporter, je sais bien que père l'a choisit pour ses talents et pour sa loyauté à la maison mais il est trop silencieux, trop calme, et quand il parle j'ai l'impression d'être face à quelqu'un de beaucoup plus âgé que lui !

Néanmoins, je ne peux pas renier l'utilité de sa présence, ce serait mentir. La veille de l'arrivée du prince, alors que j'étais partie dans une folle chevauchée aux monts venteux, je me suis aventurée trop loin dans les montagnes, malgré les avertissements répétés de Wyrim... J'avais besoin d'oublier, de voir autre chose que le palais et la ville, découvrir de nouveaux paysages... Mais un smilodon, sûrement attiré par nos odeurs, a bondit sur nos montures au moment où nous l'attendions le moins... Il m'a désarçonné, blessant ma monture, et aurait eu le temps de me tuer avant que ne puisse sortir mon épée si Wyrim ne l'avait pas arrêté à temps, le faisant fuir en se servant de sa magie de l'eau ; je compris alors pourquoi il avait été choisit pour me protéger malgré son jeune âge. Je me fis la promesse de ne plus être aussi gamine avec lui à partir de ce jour, même si les taquineries ne cessèrent vraiment jamais.

Le retour fut difficile ; le smilodon avait eu le temps de me griffer méchamment le bras et ma jument avait été blessée. J'ai du monter avec Wy' et laisser la jument nous suivre, nous adaptant à sa lenteur. En arrivant, j'eus peur de la réaction de mon père face à la dangerosité de mes actes... Et Wy' mentit, expliquant au roi qu'un Smilodon s'était approché du troupeau et qu'ils avaient dus le chasser. Des remontrances légères et un bandage au bras plus tard, je partais dans ma chambre pour la nuit. Le prince des Magia devrait arriver le lendemain au soir, je m'endormis avec cette pensée en tête, l'esprit agité...

Je n'en peux plus d'attendre passivement. Habillée malgré moi d'un kimono en soie d'une qualité bien supérieure à ceux que l'on peut voir habituellement, je dois attendre, sagement, dans la salle du trône. Néanmoins, mon père est occupé à parler avec l'un de ses généraux et j'en profite pour m'éclipser sans demander mon reste, direction la salle d'arme, bien décidée à me vider l'esprit, d'une manière ou d'une autre. A peine arrivée, je tombe nez à nez avec Wyrim et Assad. Mauvaise pioche, je comptais sur leur présence ailleurs pour pouvoir m'entraîner sans remontrances...

- J'ai besoin de me détendre, on s'entraîne ?

Autant prendre le taureau par les cornes en demandant directement à Assad. Et pour lui faire comprendre que ma blessure au bras n'est qu'une broutille, j'attrape l'une des épées d'entraînement avant de bondir vers lui pour le tester ; un petit jeu qui s'est installé entre nous...

Sans savoir que, dehors, mon père est en train d'accueillir le prince et le roi, arrivés plus tôt que je le pensais.

###

- Majesté, le roi Aliven vient tout juste d'arriver. Le jeune coursier est arrivé au pas de course pour prévenir au plus vite Taurin de l'arrivée des Magia, essoufflé.
- Déjà ? Eh bien, soit, allons les accueillir !

C'est avec allure que le roi de la maison Bellator quitte son trône pour se rendre à l'entrée du palais de cristal, dans la cours, où vient de s'arrêter le calèche de ses invités de prestige. Les esclaves ont ouvert sa porte et se sont rapidement éclipsés, laissant le roi et deux de ses conseillers aller à leur rencontre.

- Bienvenue à Castyr, sir Aliven ! J'espère que vous avez fait bon voyage, vous et votre fils.

Le coursier vient lui murmurer quelques mots, auquel le roi répond rapidement. L'homme s'incline respectueusement avant de repartir tandis que Taurin propose au roi et à son fils d'entrer dans le palais.

- Vous devez être fatigué, peut-être souhaitez-vous vous reposer avant le repas ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assad Valkyrian
avatar

Bellator

Messages : 78

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier: Général
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Ven 11 Déc - 13:42



Aujourd’hui était un jour important pour les Bellator et surtout pour leur roi Taurin Loewyn, mais pourquoi autant défervescence ce jour-là ? Tout simplement, car aujourd’hui, nous recevions le roi des Magia et sa progéniture pour une promesse de mariage avec notre petite princesse qui était contre cette idée. Seulement, on ne pouvait rien faire contre, même si je ne comprends pas grand-chose à la politique, j’ai quand même compris que de cette union naitra une puissante alliance entre deux Maisons, une première qui pourrait faire peur aux autres Maisons.

L’armée devait faire une parade d’honneur demain, mais aujourd’hui je n’avais rien de prévu. Alors que je passais dans un couloir non loin de la salle d’armes, le petit Wyrim vint à ma rencontre.

Général Valkyrian. Pourrais-je vous parler ?

Tiens donc c’était rare ! Il devait être un peu plus âgé que Shayreen, mais été déjà très mature, plus que ma fille en tout cas. Toujours est-il que c’était rare qu’il vienne me voir seul et encore plus pour me parler. D’habitude il est à côté de notre petite princesse à ne rien dire, juste à faire attention à elle et ce qui l’entoure. S’il voulait me parler, c’est que ça devait être important.

Pas de soucis, entrons dans la salle d’armes pour être plus tranquille. Répondis-je en avançant vers la porte non loin.

Il opina du chef et me suivit dans la salle d’armes. Une fois à l’abri des regards et des oreilles indiscrets, il me raconta l’attaque du smilodon et comment la jeune princesse a failli périr si elle avait été seule, comment il l’avait sauvé et avait menti au roi. Mais ce n’était pas de l’insouciance de la petite qu’il voulait parler, mais de son incompétence à n’avoir pas vu le danger avant qu’il leurs sautes dessus et que la princesse soit blessée. Sa le frustrait et il voulait devenir plus fort pour éviter ce genre d’erreur à l’avenir.

Petit, tu n’as rien à te reprocher. Ce qui est arrivé hier ne pouvait pas être prévu. Tu es encore jeune et pour ton âge tu es déjà puissant. Puissance qui augmentera au fils du temps, ce qu’il te manque réellement, c’est de l’expérience. L’aventure d’hier te permettra de faire plus attention aux choses qui t’entourent. Retiens bien cette leçon et tu verras que la force ne fait pas tout pour protéger quelqu’un.

Ces mots semblaient l’avoir apaisé. Il cherchait peut-être une personne à qui parler, ou bien voulait-il que je l’entraine ? Nous conversation fut interrompu par Selawyr. Elle était habillée dans un kimono luxueux, bien trop ample pour pouvoir se battre ou même s’entrainer convenablement, mais pourtant elle était venue pour ça. Ça la détendait, comme n’importe quel Bellator, d’avoir une arme entre les mains.

D’ailleurs, à peine arrivé dans la salle, elle prit l’une des épées d’entrainement accroché aux râteliers près du mur et me fonça directement dessus, pointe en avant. Au dernier moment, j’esquivai d’un pas sur la droite et du tranchant de la main gauche, je « tranchais » la tête de la princesse.

Vous êtes morte. Dis-je calmement. Ne pas confondre vitesse et précipitation petite princesse. Comme pour votre chevauchée dans les Monts Venteux hier. Un guerrier doit rester calme pendant la bataille. Ce n’est pas la colère ou rage qui le sauvera de la mort, mais ses réflexes, ces compétences martiales et surtout un esprit clair.

Je partis vers le même râtelier pour prendre une épée d’entrainement également. Le petit Wyrim s’était décalé pour nous laisser de la place.

Respirez, faites le vide dans votre tête. Je sais que ce mariage arrangé ne vous plait pas et c’est pour ça que vous faites des erreurs aussi basiques. Dis-je en faisant un moulinet avec l’épée avant de me mettre en garde. On reprend !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hassan Aliven*
avatar


Messages : 39

Carte d'identité
Magie: Electricité & air
Palier de Puissance:
14/20  (14/20)
Métier: Dirigeant des Magia
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Ven 18 Déc - 14:03

Les mains tremblantes, je commençais petit à petit à me rendre compte dans quel sorte de bourbier je venais de mettre les pieds. Non pas que j'en était inconscient jusqu'ici, mais simplement que j'avais jusqu'à lors évité de trop y penser. Maintenant que mon champs de vision se faisait assaillir par l'imposante architecture du palais de cristal, il m'était devenu impossible de penser à autre chose qu'à mon futur.

Le souverain des Bellator se tenait également devant moi, juste entre l'énorme édifice et nos deux silhouettes, à moi et mon père. Sa voix se voulait accueillante, tandis que sa posture manifestait une indiscutable aura de noblesse. Je me sentais intimidé rien qu'en levant les yeux vers son visage souriant. Qui pourtant, se voulait être le plus bienveillant et hospitalier que possible. Je ne pouvais rien faire d'autre que ressentir mon ventre se nouer et mon regard s'aplatir contre le sol.

Cet homme allait bientôt devenir mon beau-père. Comment étais-je supposé m'adresser à lui ? Comme je le faisais avec mon propre père, où alors comme on s'adressaient aux autres nobles de notre cours ?

Je leva mon regard en direction du visage de mon père en espérant y trouver une réponse à mon interogation. Son expression semblait être un reflet de celle du dirigeant des Bellator, en légèrement plus atténué. Il affichait un petit sourire au coin des lèvres, discret et doux, à l'image de son porteur. Lorsqu'il ouvrit la bouche, sa voix fut plutôt paisible, calme. Portant en elle son éternel ton aristocratique, qui était très marquée par le son de sa gorge.

« Je vous remercie pour votre agréable accueil, Sir Taurin. Hassan est quelque peu fatigué par le voyage, il aura certainement besoin d'une chambre afin de s'y reposer un moment. »

Le visage de mon père se tourna légèrement dans ma direction, comme pour me signaler quelque chose. Son regard étant resté fixé sur le visage du dirigeant des Bellator, il ne pouvait certainement pas remarquer l'affolement qu'il avait réussit à créer en moi avec sa dernière action. Oui, j'avais parfaitement compris ce qu'il voulait me dire. Il voulait que je prenne la parole, et que je fasse part de mon ressentie à notre hôte. Seulement, mon agitation intérieur ne me permettait pas vraiment de mettre de l'ordre dans mes idées.

« Je... je... Hassan Aliven ! Enchanté de faire votre connaissance, Sir ! »

Ma voix, tout d'abord hésitante, s'enflamma finalement en un seul instant. Je me présentais donc de vive voix, finissant ma présentation adéquatement en baissant très légèrement ma tête vers le sol. Je m'en étais plutôt bien sortis en fin de compte. Du moins, c'est ce que je cru comprendre jusqu'au moment où le rire soutenu de mon père s'éleva à côté de moi.

« Inutile de te présenter, Hassan. Je pense que tout le monde ici te connais déjà. Sir Taurin le premier. N'est-ce pas, Sir ? »

La voix de mon père restait posée, fière. Sa posture, elle, restait droite tout au long de sa prise de parole, ne trahissant aucunement son maître. Il semblait être bien décidé à laisser une bonne image de lui lors de son séjours ici. C'était facilement remarquable, vu comment il se tenait. Son dos, droit comme un i, gardait derrière lui les deux bras du dirigeant des Magia, l'une tenue dans le creux de l'autre. Le point culminant de sa contenance restant son petit sourire qu'il gardait constamment au coin de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Mar 23 Fév - 17:41

Bien qu'il ne s'agisse que d'une épée d'entraînement en bois et non en véritable acier, en sentir la garde contre mes doigts me détend rapidement et, en quelques secondes, j'en ai oublié la raison de mon énervement. Malgré tout, la rage n'a pas quitté mon corps et je me précipite sur Assad sans réfléchir à la situation, voulant simplement croiser le fer... Néanmoins, le bois frappe l'air sans toucher sa cible, l'homme ayant esquivé mon coup sans difficultés avant de glisser sa main contre mon cou, imitant la lame d'un adversaire. Je grimace, réalisant que j'ai encore laissé mon côté impulsif prendre le dessus, laissant de larges failles dans mes défenses ; enfin, si on peut vraiment dire qu'il y avait des défenses dans mon mouvement, je n'ai pensé qu'à une chose : bondir, faire jaillir ce trop plein d'énergie qui crépite en moi sans songer un seul instant au fait que ce soit un véritable adversaire qui me fasse face et non un banal pantin d'entraînement comme ceux que j'ai l'habitude de défoncer à coup de sabres et de flammes.

Je pose le bout de mon sabre contre le sol en me redressant, soufflant longuement. J'écoute mon maître d'arme sans mot dire, me sachant en tord, sans pour autant me sentir mal d'avoir agit de la sorte. La promesse de mariage me revient déjà en mémoire et je grimace en me disant que d'ici quelques heures, ils seront ici. Mes doigts se serrent de nouveau contre le blanc, les jointures blanchissant. Je rougis lorsque Assad me parle de notre petite chevauchée et je tourne la tête vers Wyrim, lui jetant un regard noir. Que cela reste entre nous ! Il est trop tard maintenant, et je préfère me concentrer sur mon maître d'arme.

- Mais certains disent que la rage peut nous sauver lorsque l'on fait face à un adversaire qui nous est supérieur, qu'elle nous permet de nous surpasser ! Cela vous est déjà arrivé ?

Tout en m'écoutant, il a pris une épée d'entraînement et me fait face. Bien, cela veut dire qu'il accepte de m'entraîner malgré les circonstances et cette tenue peu confortable ! Je souris avant de fermer les yeux, essayant de me détendre, de faire le calme dans mon esprit. Mes doigts ne sont plus crispés, ma respiration devient plus lente et régulière, suivant les instructions de mon maître d'arme sans difficultés. Je rouvre finalement les yeux, lui souris et me met en garde.

- C'est parti !

Beaucoup plus concentrée, nous commençons à échanger des coups que je pare avant de les lui rendre, ignorant ma blessure au bras, les dents serrés. Des blessures, j'en aurais bien d'autres à l'avenir, je me dois d'être forte et de ne rien laisser paraître.

###

- Je me doutais que vous auriez besoin de repos après une telle traversée. Votre chambre est prête, jeune Hassan, l'un de nos serviteurs peut vous y conduire.

Toujours calme, nimbé d'une aura de sagesse qui lui est propre - pour un Bellator, Taurin a toujours été un roi raisonné et paisible - il sourit au jeune héritier des Magia, ne laissant rien paraître de ce qu'il pourrait véritablement penser de lui, de son père ou de sa famille. Il fait signe vers le fond de la salle où une femme - esclave sans collier - attend, muette, de pouvoir mener l'hôte à ses quartiers. Celle-ci s'incline longuement et respectueusement, sans les regarder dans les yeux.

Le jeune blond se présente alors, bégayant un peu avant de reprendre très vite contenance. Taurin hausse un sourcil intrigué en croisant le regard enflammé du jeune homme, bien différent de celui de son père. Ce dernier par ailleurs l'interrompt et Taurin rit doucement, amusé.

- En effet jeune homme, tu as l'étoffe d'un prince, difficile de s'y tromper. Il se tourne ensuite vers son père, non sans ignorer le fils vers lequel il jette quelques coups d’œil tout en reprenant la parole. Je m'excuse pour l'absence de ma fille ; il semblerait qu'elle soit en train de s'entraîner. C'est une Bellator dans le sang. Elle ne tardera pas à arriver si vous souhaitez l'attendre.

###

... En effet, à quelques lieux de là, le coursier vient de pénétrer dans la salle des armes, quittant sa forme de lévrier pour s'adresser aux personnes présentes mais, plus spécifiquement, à Selawyr.

- Princesse, le roi requiert votre présence. Nos invités viennent d'arriver au palais.

L'épée de bois frappe le sol à ses mots, je recule d'un bond pour éviter un coup et tourne la tête vers l'homme, ne m'attendant pas à ça.

- Déjà ? Il acquiesce, formel, et je soupire longuement. J'suppose que j'ai pas l'choix... Je vous remercie pour cet entraînement, maître.

Wyrim à mes talons, j'attrape une serviette après avoir remercié Assad et m'essuie le visage tandis que mon garde du corps m'aide à remettre mon kimono en place avant de vérifier que ma blessure ne s'est pas rouverte. Le bandage est légèrement rose de sang mais rien de dramatique, cela pourra attendre.

Une fois prête, je redresse la tête, reprenant de la prestance. Hors de question de faire honte à ma maison dès notre première rencontre, je suis une guerrière Bellator après tout !

- Allons-y Wy.

Et nous quittons la salle, direction l'entrée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assad Valkyrian
avatar

Bellator

Messages : 78

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier: Général
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Mar 15 Mar - 20:45



Au moins, la princesse semblait avoir honte de ce qu’il s’était passé hier dans la montagne, mais en voulait au petit Wyrim de s’être confié à moi. Juste avant de commencer l’entrainement, je continuai mes réprimandes.

Ne vous en prenez pas à votre garde du corps. S’il m'a parler de votre escapade d’hier, c’est parce qu’il se fait du souci pour vous. Le petit Wyrim n’a rien dit à votre père, le roi, pour vous protéger d’une punition plus lourde que des remontrances.

Pendant un rapide échange de coups sans attendre qu’elle soit prête, je répondis à sa question.

Ces personnes ont eu de la chance, c’est tout. Il existe, bien sûr, certains guerriers que l’on nomme berserker, devient fou de rage et attaque allié comme ennemis, ne finissant jamais un combat sans blessure grave. Voudriez-vous être la seule survivante d’un massacre que vous avez perpétré sans vous en rendre compte ? Bien sûr que non ! Voilà pourquoi vous devez rester calme, petite princesse.

Elle ferme les yeux et je pouvais voir ces épaules se détendre, sa respiration devenir plus calme. Voilà, la bonne attitude à avoir pour commencer un bon entrainement ! Je m’élançais vers elle en faisant quelques passes simples, pour s’échauffer avant de commencer la véritable leçon. Je feintais à gauche pour toucher son épaule droite, son kimono l’empêchant de bouger normalement.

Attention à votre garde ! Vos adversaires n’attendront pas que vous vous changiez pour vous combattre, vous devez également apprendre à vous battre avec des tenues peu pratiques pour les combats. Si vous ne pouvez pas vous défendre, esquiver, prenez de la distance pour casser le rythme de votre adversaire et réattaquez pour imposer le vôtre !

Pendant ma dernière phrase, je faisais plusieurs pas en arrière, sur le côté gauche, puis le droit et enfin revenir attaquer la petite princesse avec une fente simple à parer.

Avec votre gabarit, vous ne pourrez gagner avec la force brute. Utilisez votre vitesse et votre agilité pour gagner vos combats. Maintenant, essayez de casser mon rythme et m’imposer le vôtre.

Je continuais à l’attaquer avec des bottes un peu plus complexes pour la forcer à esquiver et non à parer. Quand un messager arriva dans la salle d’entrainement, demandant à Selawyr de retrouver le roi. En entendant la nouvelle, la petite princesse lâcha son épée en bois et par chance esquiva mon coup qui venait horizontalement.

La déception pouvait se lire sur son visage, mais cette petite séance semblait l’avoir détendu un peu. Elle me remercia, s’épongea le visage avec une serviette se trouvant dans une armoire non loin et une fois son kimono remis en place, aucune trace d’effort physique ne se voyait sur elle. Avec la prestance dont elle faisait preuve, la petite princesse pourrait conquérir le monde.

On reprendra cette leçon à notre prochaine séance.

Selawyr et Wyrim quittèrent ensemble la pièce, me laissant seul. Je ramassais l’épée d’entrainement qu’elle avait fait tomber plus tôt pour la remettre sur le râtelier en même temps que celle que j’avais utilisée. Je quittais également la pièce, pour rentrer chez moi. J’avais la journée de libre, autant la passer avec ma famille !

[HRP : dernier post du rp pour moi, oui je sais on ne dirait pas avec cette fin xD]


J'écris en #009933 et Farah en #990099


Dernière édition par Assad Valkyrian le Ven 15 Juil - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hassan Aliven*
avatar


Messages : 39

Carte d'identité
Magie: Electricité & air
Palier de Puissance:
14/20  (14/20)
Métier: Dirigeant des Magia
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Ven 25 Mar - 1:44

Mon regard continuait à constamment balancer de droite à gauche, passant du sourire serein de mon père à l'imposante stature de notre hôte. Je ne parvenais pas encore à me faire à cette situation atypique dans laquelle je me trouvais, et mes jambes tremblantes n'aidaient pas du tout à calmer ma tension interne. Le dirigeant des Bellators semblait être quelqu'un de très pondéré dans sa conduite, chaqu'une de ses interactions avec mon père étant marqué d'un flegme tout particulièrement envoûtant. Le terme  «charisme» prenait tout son sens avec lui, je voyais en lui une certaine forme de modèle pour ce qui était de la manière d'être d'un dirigeant de maison, au même titre que mon père. Le bras massif du représentant des guerriers se leva pendant un cours instant afin de faire signe à un de ses sujet, et très vite, une jeune esclave à la peau eurasienne répondit à son appel. Selon les dires de sir Taurin, c'était sur elle que je devais compter pour m'emmener jusqu'à mes quartiers. Je hocha rapidement de la tête en réponse à son invitation avant de faire quelques pas rapides dans la direction de mon guide, lâchant au passage un faible «Bonjour» à son attention. Celle-ci me renvoya les politesses en baissant simplement de la tête avant d'ouvrir la marche en direction de l'imposante porte d'entrée du palais de cristal.

Tout d'abord hésitant, je finissais bien vite par me décider à la suivre, non sans jeter un dernier coups d'oeil dans la direction des deux instigateurs de cet évènement. De loin, je pouvais voir leurs deux silhouettes fermement ancrées sur place, échangeant sur des sujets variant de phrase en phrase, allant de l'état économique de leur royaume respectif jusqu'au repas de ce soir. Remarquant que ma présence s'était vite fait oubliée, je me décidais finalement à rediriger ma tête vers l'avant, examinant au passage la silhouette de la brune que je devais suivre. Elle était d'apparence propre, svelte et sobrement vétue d'un tissus blanc comme neige qui lui descendait jusqu'aux genoux. Ce qui n'était pas bien surprenant vu la luxure de l'endroit où on se trouvait. Cela me semblait même évident qu'il devait en être de même dans tout les autres palais de l'île. Après tout, rien ne personnifiait mieux l'état d'esprit d'un chef que la manière dont il traite ses sujets. De ce côté-ci, notre maison n'avait absolument rien à envier aux Bellators. Mon père tenait tout particulièrement à ce que chaqu'un des esclaves du palais ait une hygiénique exemplaire. Pas spécialement pour donner une bonne image aux invités de marques, mais simplement pour le bien-être de ses fidèles servants.

Après une interminable marche menée dans le silence le plus absolu, les pas de mon guide s'arrêtèrent finalement devant une porte trois fois plus grande que moi. Puis, d'un mouvement élitiste, la jeune femme se retourna dans ma direction et déploya largement sa main droite afin de pointer avec la luxueuse porte en bois qui nous faisait face. Après quoi, elle resta là, silencieuse, attendant une réaction de ma part.

« Mh.. Merci. Ah ! Au fait, je suis Hassan et toi ? »

Peut-être serait-ce mal vu que l'héritier du dirigeant des magia se rapproche trop d'une esclave Bellator. Mais, puisqu'il n'y avait personne autour, je me disais que ce ne serait pas si mal que ça de discuter un peu avec elle. Et puis, malgrès l'insistance de mon père à ce que j'aie me reposer, je n'étais pas particulièrement fatigué. Je risquais juste de m'ennuier dans cette chambre, alors autant passer du temps en parlant avec elle. Surtout que je n'avais aucun doute quant à la dimension instructive d'un échange avec une résidente du palais des Bellator.

« Julia. » Répondit-elle simplement.

Sa voix était fébrile, faible, au bord des larmes même. Je ne savais pas vraiment quoi en penser, surtout que je n'étais même pas sûr d'avoir bien entendu son nom. Je décida après quelques secondes de réflexion, à continuer naturellement mon échange avec elle, espérant au fond de moi que ce n'était que mon imagination qui me jouait des tours.

« Julia. Tu porte un très joli nom. J'espère ne pas te déranger pendant ton travail. C'est juste que j'aimerais te poser quelques questions à propos de cet endroit, car je suis un peu perdu dans tout ça. »

Un hochement de tête, et sa réponse m'était déjà délivrée. En croisant son regard, j'eu une nouvelle fois cette drôle d'impression de voir une larme couler au fond de ses yeux. Mais, impossible de mettre le doigt sur ce qui me gênait dans son comportement.

« Que peux-tu me dire à propos de la famille royale des Bellators ? Et plus particulièrement, sur le sujet de leur plus jeune héritière. »

Je supposais qu'elle était déjà au courante de la raison pour laquelle moi et mon père nous étions déplacés jusqu'ici, alors je ne voyais aucune raison de camoufler mes intentions derrière une question vague. Autant être transparant avec elle afin d'obtenir une réponse aussi claire et nette que possible. Je voulais simplement avoir son avis à elle, esclave du palais royal, sur le sujet de l'une de ses maîtresses. Même en sachant d'ors et déjà que son statut social l'obligeait à commencer sa réponse avec des éloges et la finir de la même manière, je restais néanmoins confiant quant à ma capacité à déceler le vrai du faux dans ses paroles.

« Je-- La jeune Selawyr-- La princesse est... »

Mon expression faciale devenait de plus en plus emprunte de panique, tandis que les paroles décousues de mon interlocutrice sortaient dans le même ton suppliant que précedemment. Sauf que cette fois-ci, je voyais parfaitement où se trouvais le problème, qui était pourtant devant mes yeux depuis le départ ! Cependant, avant même que je ne puisse lui dire d'arrêter de se torturer elle-même, la jeune brune finissais rapidement par s'effondrer au sol. Lâchant quelques gémissements tordus par la douleur au passage. Mon corps se mouva presque instantanément dans sa direction, se baissant vers elle, puis dégageant la voie en mettant de côté ses deux paumes qui étaient partit se rejoindre au niveau de ses cottes gauches.

D'un mouvement mécanique, je dégainais le petit couteau métalique qui était caché au niveau de mes bottes, afin d'en user pour découper la partie génante des vêtements de Julia. Mes craintes s'étaient avérées juste. Un saignement interne. A priori, sa blessure semblait avoir reçu les traitements d'un professionnel qui s'était occupé minutieusement de remettre ses cottes en place, mais qui au final avait baclé le travail quand il était question de refermer la plaie. Le spectacle n'était vraiment pas beau à voir.

Sans perdre une seconde de plus, je m'affairais à lui administrer les premiers soins dont elle avait urgement besoin. Chose délicate au vue de l'état critique dans laquelle elle se trouvais, mais que je devais au moins essayer au risque de la voir suffoquer à mort devant mes yeux. Je commençais donc tout d'abord par rapidement poser l'avant de mes deux mains sur ses côtes afin de lui injecter une légère dose d'électricité paralysante, suffisament forte pour lui faire oublier complétement son supplice. Après quoi, je décidais de m'attaquer au gros morceau de l'histoire. D'un mouvement sec, je coupais avec ma fidèle arme blanche le bout de fil moisie qui était supposé garder sa plaie fermée. Dans la même lancée, j'usais du bout de tissus blanc que j'avais préalablement découpé de sa tenue afin de nettoyer le sang qui commençait à gicler en dehors de sa plaie. Appuyant constament sur sa blessure du bout des doigts afin d'éviter qu'elle perde une trop grande quantité d'hémoglobine lors du processus.

J'avais besoin d'un désinfectant afin de continuer mon opération et vite ! Mon petit doigt me disait qu'il devait y avoir une bouteille d'alcool quelque part dans l'une des chambres qui nous entouraient. Cependant, je ne pouvais pas aller la chercher moi-même, car je devais continuer à faire pression sur l'abdomen de Julia afin de contenir son hémoragie.

Je leva hâtivement ma tête afin de zyeuter les couloirs dédaleux qui s'étallaient à perte de vue dans toutes les directions, cherchant du regard tout ce qui pouvait m'être utile en cet instant. Un coup à droite, l'autre à gauche. Puis finalement, je parvins à distinguer une fine silhouette féminine qui se déssinait non loin de moi. Je pris cette chance sans hésitation, puis hurla avec assez de force pour me faire entendre de cette inconnue.

« Eh, vous ! J'ai besoin d'un désinfectant ! Cette personne est blessée ! »

Après cela, je n'avais plus qu'à prier. Prier pour qu'elle m'ait entendu. Prier pour qu'elle accepte de m'aider. Et finalement, prier pour qu'elle ait un temps de réaction suffisament rapide pour que je puisse faire sortir Julia de son état comateux avant qu'il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selawyr Loewyn
avatar

Dirigeant Bellator

Messages : 617

Carte d'identité
Magie: Feu & Fumée & Lumière
Palier de Puissance:
17/20  (17/20)
Métier: Chef de la maison Bellator
MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   Ven 17 Juin - 22:41

L'envie de traîner des pieds est tentante, mais Wy' est à mes côtés et je sais qu'il râlerait si je commençais à me comporter en gamine. Je ne sais pas si la situation lui déplaît ou s'il n'en a cure, je ne lui ai pas demandé, mais il connait très mon avis sur le sujet, à force de m'entendre me plaindre depuis plusieurs jours. Je n'en reviens toujours pas, que père ait pu promettre ma main à un gamin dont on ne connaît rien et dont le père a pris les rênes de sa maison par la force. J'ai beau être jeune, je sais écouter lorsqu'il le faut et je sais très bien que les Aliven n'étaient pas la famille principale... Les Kasaros ont été tués pour qu'ils puissent prendre leur place et ça, je ne l'oublierais pas. Cela aurait pu nous arriver à nous aussi, alors que père travaille énormément pour que notre peuple aille bien et pour repousser les éventuelles menaces... Et voilà qu'il en fait entrer une sur nos terres ! Si mon père est trop crédule pour penser à cela, alors je me chargerais seule de surveiller mon fiancé et sa famille, pour être sûre qu'ils ne manigancent rien de louche. Mon fiancé... Je soupire intérieurement en me rendant compte que j'ai nommé ainsi, et presque naturellement, un homme que je n'ai encore jamais vu. Wyrim me jette un regard en coin, ayant remarqué que j'étais ailleurs, et je lui souris en réponse avant de reprendre une marche plus rapide. De toute façon, je n'ai pas le choix, la confrontation doit bien se faire à un moment.

Nous arrivons à l'entrée, accueillis par mon père et un homme de grande taille, blond, dégageant une certaine prestance : vu ses vêtements et son port altier, il ne peut s'agir que de Pilgrim Kasaros. Je m'arrête face à eux et salue l'homme respectueusement, comme je me dois de le faire. Je me présente ensuite à lui, faisant de mon mieux pour rester gracile dans mes mouvements, pour ne pas faire de faux pas.

- Hassan s'est retiré pour se reposer de son long voyage. Vous pourrez vous rencontrer lors du dîner de ce soir. Je me tourne vers mon père et hoche la tête, baissant le regard.
- Bien, père.

Je le sens aussitôt frémir, sans même avoir à le regarder. Je ne me comporte jamais ainsi avec lui, même lorsque nous ne sommes pas seuls. Si mon fort caractère ne peut rien changer à la situation actuelle, alors je lui montrerais mon désaccord d'une autre manière, bien que cela puisse sembler contradictoire. Père aime mon fort caractère, il a beau être un pacifiste qui ne veut pas de guerre pour son peuple, il n'empêche qu'il a ça dans le sang et qu'il veut que ses enfants soient de fiers Bellator, qu'il s'agisse de fille ou de garçon. Il n'appréciera guère de me voir courber l'échine alors même que, la veille, j'ai affronté un smilodon sans la moindre peur.

- Si vous me le permettez, je vais me retirer jusqu'au dîner.

Je garde la tête basse, mais un léger sourire glisse un instant sur mes lèvres. Mon père soupire puis acquiesce, ne comptant pas me faire de remontrance alors que nous ne sommes pas seuls. Je quitte l'entrée, suivit de Wyrim qui est resté silencieux.

###

- Ce n'était pas très mature de vous comporter ainsi, princesse.

Je parcoure les couloirs interminables du palais sans un mot lorsque Wy' a eu la bonne idée de rompre le silence entre nous. Je m'arrête aussitôt et me tourne vers lui, vérifiant tout de même qu'il n'y a personne près de nous qui puisse nous entendre. Une fois cela certifié, je reprends mon caractère habituel pour lui répondre, déterminée.

- Ces gens sont des inconnus ! Ils ne sont même pas d'ascendance royale, dois-je te rappeler l'histoire ? Je marque une pause, soupire. Inutile de se laisser aller. Père peut leur promettre ce que bon lui semble, mais je ne leur ferais pas confiance. Je sais ce qu'ils ont fait au sein de leur propre maison.

Il ne répond pas, se contentant de m'observer. Nous avons beau avoir souvent du mal à nous entendre tous les deux, mais je suis certaine qu'il approuve mes paroles mais qu'il n'ose pas le dire, en bon toutou qu'il est. Je soupire et reprend ma route, déambulant dans les couloirs du palais, ayant de nouveau envie de me défouler. Peut-être que Assad serait encore disponible...

J'allais faire demi-tour vers la salle d'entraînement lorsque quelqu'un me héla dans un couloir. Haussant un sourcil, je me retournais aussitôt vers la source de la voix et tombe sur un curieux tableau : un homme blond, qui m'est inconnu, au chevet d'une femme. Je fronce rapidement les sourcils et m'approche d'eux, tout d'abord méfiante. L'aurait-il attaquée ? Arrivant à leurs côtés, je reconnais sans mal Julia, l'une des esclave du palais, une fille discrète mais toujours très serviable. Je me souviens alors que le garçon a parlé de désinfectant et me rend compte de l'intégralité de la scène : la blessure de Julia semble s'être infectée et elle est mal en point... Ignorant l'inconnu pour me concentrer sur le principal, je m'accroupis près de la jeune esclave.

- Depuis quand as-tu mal... ? Julia ne semble pas capable de me répondre, une main contre son front m'informe qu'elle est fiévreuse. - Un désinfectant ne suffira pas, il faut qu'ils la soigne de nouveau. Wyrim, emmène là aux guérisseurs.
- J'y vais de ce pas, princesse.

Laissant tomber son flegme habituel, le jeune homme s'accroupit à son tour et prend la jeune femme dans ses bras avec une grande facilité, comme s'il ne s'agissait que d'une plume. Faisant attention à ce qu'elle ne souffre pas davantage, il s'éloigne rapidement pour la mener au centre de soin le plus proche. Après l'avoir regardé partir, je me tourne vers le jeune homme et l'observe enfin. Des cheveux blonds comme le blé, des yeux bleus comme on en croise rarement... Il ressemble à s'y méprendre à l'homme qui gouverne les Magia.

- C'est toi le fameux Hassan ?

Oui, je n'aime pas tourner autour du pot lorsqu'il s'agit d'identifier mon fiancé. Je me rends compte que je serais presque en train de faire la grimace et je me calme, reprenant une expression plus neutre.

- Merci, pour Julia.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le prix de la fiancée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix de la fiancée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Un Prix Nobel Controversé, mais pas Embarrassant
» Prix du petrole a travers le temps
» Liste et prix des équipements communs et rares.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: ERYA :: Castesias :: Castyr :: Le Palais de Cristal-