Partagez | 
 

 L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}   Dim 3 Jan - 16:17

Ce n’était pas la première fois qu’Ulvia se rendait dans ces bois, il faut dire que toutes ces années dédiées à la cueillette de plantes et d’herbes aux vertus miraculeuses, lui avait permis d’en connaître les moindres recoins. Ainsi elle n’ignorait pas les dangers que la forêt d’Asium pouvait déceler et avait appris les habitudes des prédateurs qui y vivaient afin d’éviter de s’y retrouver confrontée. Toutefois des chasseurs de plus en plus téméraires venaient parfois à perturber l’écosystème existant. Il n’y avait pas de quota de chasse encore établi dans la région, de ce fait il ne fallait pas s’étonner que certains prédateurs ne trouvent plus de proies à se mettre sous la dent et se rabattent donc vers d’autres créatures. Ulvia l’avait remarqué, les cervidés se faisaient de plus en plus rares, ces derniers avaient appris à craindre l’homme encore plus que le puma ou les loups. Et c’était là à juste raison, il n’y avait pas pire ennemi que l’homme dans ce monde, et ce y compris pour l’homme lui-même. En effet bien que ces derniers s’étaient regroupés en société, il n’existait au final que peu de lois pour protéger un homme individuellement. Ainsi tout le monde pouvait finir esclave comme elle du jour au lendemain, juste à cause d’une suite d’évènements et de circonstances malencontreuses.

** Voilà mon panier est plein, avec toutes ces bétoines, mon maître compte sûrement préparer de nouvelles infusions. **

La bétoine était une plante connue pour apaiser les tensions du corps, toutefois son maître Octave lui avait également appris qu’elle pouvait soulager de certaines douleurs et faciliter la digestion. Bon ce dernier lui avait de lui en rapporter, mais il ne lui avait pas précisé s’il y avait urgence ou pas. De ce fait, Ulvia estima qu’elle avait bien quelques minutes devant elle pour s’accorder un petit plaisir. Si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, il y avait plusieurs framboisiers non loin de sa position. C’est donc mis en appétit à cette idée, que notre jeune demoiselle se mit en quête de les retrouver. Outre leurs fruits délicieux, les framboisiers avaient également leurs propres vertus curatives, mais ce n’était guère ces dernières qui intéressaient notre amie sur le moment. Faisant fis de sa modeste tunique beige qui s’accrochait inlassablement aux ronces jonchant sa route, Ulvia finit par atteindre les dits framboisiers. Plusieurs buissons gorgés de framboises se trouvaient désormais là devant elle compactés les uns sur les autres. A certains endroits, Ulvia pouvait constater que ces derniers avaient déjà servi d’encas à certains animaux ; son arrivée fit d’ailleurs fuir quelques oiseaux qui piaillèrent leur mécontentement d’avoir été de la sorte interrompu dans leur repas.

** Je vais en mettre un peu de côté pour maître Octave, ainsi il ne m’en voudra pas pour mon retard. **

Posant alors son panier en oseille contenant déjà sa bétoine, Ulvia entreprit sa cueillette de framboises tout en satisfaisant sa gourmandise en en engloutissant quelques unes au passage. Ulvia savait Kurln content de la voir manger ces délices des bois, lui aussi avant de devenir son esprit protecteur se souvenait avoir fortement apprécié ces mets fruités. L’ours ne tarda cependant pas à pressentir un danger, ou tout du moins un changement dans l’air. Le vent s’était doucement mis à souffler sur Ulvia, et Kurln percevait dans ce dernier l’odeur de plusieurs congénères humains. Difficile de dire encore si ces derniers représentaient un danger, mais par précaution l’ours avertit sa protégée qu’elle n’était plus la seule humaine en ces lieux.

** Est-ce qu’ils viennent dans notre direction ? **
** Je ne pense pas, ils ne m’ont pas l’air de bouger. **

Ulvia avait momentanément interrompu sa cueillette pour toiser du regard les arbres et les buissons qui l’entouraient. Elle concentra ensuite son attention dans la direction que lui intimait son esprit gardien mais ne décelait aucun signe de présence, si ce n’était les effluves que le vent lui apportait. Ce ne fut que lorsqu’elle se mit à entendre plusieurs voix d’hommes qu’elle se décida à partir, malheureusement ce fut trop tard. Surgissant dans son dos, deux bras musclés vinrent l’immobiliser, l’un ceinturait ses bras et son corps et l’empêchait de se débattre, l’autre enserrait son cou et manquait de la faire suffoquer.

« Hé ! Hé ! Je ne pensais pas qu’on trouverait une jeune fille par ici. »

Faite prisonnière, Ulvia avait été amenée par cet individu devant le reste de la bande. Ses poignets et ses chevilles s’étaient vus une nouvelle fois entravés, et à ses bracelets de métal s’étaient vus rajouter de solides cordages. Complètement immobilisée, Ulvia ne pouvait que dévisager ses ravisseurs. Il était un bon nombre, six pour être précis, mais cela seulement si d’autres ne se cachaient pas hors du champ de vision de notre amie.

« Bien joué Raul, en plus elle semble déjà être une esclave. Personne ne s’inquiètera de sa disparition, et nous pourrons la revendre sans peine. »


Ces hommes semblaient avoir déjà affaire dans la traite d’humain, toutefois en regardant bien la manière dont ils étaient vêtus et armés, il y avait fort à parier que cela ne consistait pas en leur principale activité. Demeurant silencieuse, Ulvia réfléchissait conjointement avec Kurln à une échappatoire. Mais dans l’état actuel des choses, aucune solution ne parvenait à faire évidence dans son esprit. Le moment de changer à nouveau de maître semblait être venu. C’était bien dommage vu comment elle appréciait maître Octave, mais elle n’y pouvait rien, ainsi allait le monde pour les esclaves comme elle.

« En tout cas, cette petite est étrange, elle n’a pas poussé le moindre cri, encore maintenant. »
« Ah, ah ! C’est pour çà que tu ne l’as pas ballonnée ? »
« Non, je n’avais juste pas de chiffon sous la main. »
« Ah, ah, ah ! »

Revenir en haut Aller en bas
Assad Valkyrian
avatar

Bellator

Messages : 78

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier: Général
MessageSujet: Re: L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}   Mar 5 Jan - 21:23



Assad, pendant sa dernière permission, était parti voir sa belle-famille, seul. Nayris étant en mission dans le sud, elle ne pouvait donc pas l’accompagner. Pendant le voyage de retour, il fit un détour par la forêt d’Asium à la recherche du même groupe d’esclavagiste. Si par chance, ils étaient stupides au point de revenir dans le coin, le balafré se ferait une joie de leur extorquer toutes les informations concernant sa femme et sa benjamine, avant de les réduite au silence définitivement.

D’une main de maitre, il contrôlait Zeral sur un petit chemin sinueux, à l’affut de n’importe quel signe qu’un humain ou un groupe d’humain sont passés dans les environs. Seulement, après quatre heures de recherche toujours rien. « Encore une fouille du lac inutile, finalement, ils ne sont pas si stupides au point de revenir dans le coin » Pensa Assad en voulant faire faire un demi-tour à sa jument. Quand, au loin, il entendit des voix qui semblaient masculines et venant de l’Ouest. Peut-être avait-il de la chance cette fois ?

Il descendit de cheval et l’attacha à une branche basse d’un arbre non loin du sentier pour de diriger vers les voix. En faisant le moins de bruit possible, Assad se dirigea vers la provenance des voix. À une trentaine de mètres du chemin, le Bellator trouva une petite clairière avec en son centre un feu crépitant et autour quatre hommes, sans doute des bandits au vu de leurs armes et leurs frusques. Ils semblaient être assez arrogants ou ne comprenaient tout simplement pas le rôle des sentinelles, toujours est-il que c’était une chance pour Assad.

Le balafré dégaina Naghlring, dans ce genre de combat, seuls contre plusieurs ennemis dans un terrain couvert, la surprise était la clé. Doucement, il se reprocha de la clairière, en genoux en faisant le moins de bruit possible. Assad allait passer à l’attaque, quand deux nouveaux bandits arrivèrent avec une fille attachée. Ils riaient, car elle n’avait rien dit, c’était un fait étrange, mais possible si elle est en état de choc par exemple. En tout cas, leur concentration sur leurs victimes était parfaite pour qu’Assad passe à l’action !

Le borgne se leva et entra dans la clairière dans le dos des esclavagistes en herbe. Le plus éloigné du groupe s’y fit transpercer par sa claymore, un son guttural sortit de la bouche du mort qui s’effondra. Les cinq autres se retournèrent comme un homme.

Mais qu’es… Commença le plus proche d’Assad.

Avant que sa tête soit séparée de son corps d’un coup de Naghlring qui coupa court à la discussion. Deux bandits de moins en l’espace de quelques secondes, voilà qui instaura la terreur dans le regard des autres.

Il… Il a tué le chef ! Lança un des hommes proches de la fille.
J’ai des questions à vous poser, messieurs. Dit calmement Assad en pointant sa claymore sur les bandits. Si vous répondez, je vous laisserai partir, sinon… Vous allez tous mourir un par un. Qu’en dîtes-vous ?


J'écris en #009933 et Farah en #990099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}   Jeu 7 Jan - 10:08

Ce fut Ulvia qui vit l’attaque arrivée, mais cette dernière fut si soudaine que la surprise n’eut pas le temps de s’afficher sur son visage qu’une première victime était déjà à déplorer. Ce n’était pas moins que le chef de ce groupuscule de bandits qui venait d’être liquidé transpercé par la lame d’une épée extrêmement massive. Le temps que les bandits se mettent à réagir face à cet assaut, un deuxième perdit la vie en se faisant tout simplement décapité. A cette vision, Ulvia ne put s’empêcher de fermer les yeux et de les garder clos. Si elle avait ressenti une certaine peur avec ses bandits, cette dernière n’était rien en comparaison de celle que générait tout ce carnage. Au fond d’elle, elle entendait la voix de Kurln tentant de la rassurer.

La voix du tueur de bandits s’éleva alors jusqu’aux oreilles de notre demoiselle, ce dernier était sans conteste venu semer le chaos dans leur rang afin de leur soutirer des informations. Il n’avait pas encore précisé la nature des renseignements qu’il souhaitait avoir, mais vu le ton et la manière qu’il venait d’employer pour les exiger, il y avait peu de chance que cela se fasse dans la cordialité. D’ailleurs, Ulvia entendit un autre bandit hurler et se ruer sur le tueur, elle entendit ensuite le son lourd d’une épée s’abattant sur son ennemi et comprit sans ouvrir les yeux qu’une nouvelle vie venait d’être prise.

** Je vais mourir ici. **


Ulvia ne savait pas les motivations du tueur, mais pour qu’une personne en vienne à en tuer d’autres sans une once de pitié, ces dernières ne devaient pas être anodines. Et bien que Kurln lui insufflait de ne pas céder à la peur et à la panique, Ulvia se voyait déjà rejoindre ces bandits. Ce fut alors que l’un d’entre eux finit par demander au guerrier ce qu’il voulait. Semblant avoir compris qu’ils avaient affaire avec plus fort qu’eux, ils semblaient partis pour vouloir négocier leur survie.
Revenir en haut Aller en bas
Assad Valkyrian
avatar

Bellator

Messages : 78

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier: Général
MessageSujet: Re: L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}   Mer 13 Jan - 20:37



Un téméraire ou un bandit pris de panique au vu de ces hurlements fonça sur Assad, l’épée au clair. Le balafré para sans trop de difficulté le coup d’épée venant verticalement puis contre-attaqua d’un coup transversal, coupant l’homme en deux, de l’épaule à la hanche.

« Merde, la petite ! » Pensa Assad, il n’avait pas pensé à elle quand il commença son interrogatoire musclé, un corps en deux, une tête qui vole et du sang partout n’est pas la meilleure des visions pour grandir sainement. Par chance, elle avait fermé les yeux, sans doute au début du combat, enfin le général l’espérait.
Cette boucherie allait se terminer quand un des trois hommes restants leva les mains.

Que… Que voulez-vous savoir, Monsieur ! Dit l’un d’entre eux sur un ton qui sentait la peur et le stress.
Avant de poser mes questions, je veux que vous ameniez la petite vers moi. Dit Assad avant de reprendre pour la jeune fille. Garde les yeux fermés jusqu’au moment où je te le dirais.

L’un des deux hommes proches d’elle, en mettant une main sur son épaule, la guida devant Assad qui la mit à côté de lui en lui murmurant d’un ton qui se voulait apaisent.

Désolé petite, ne t’inquiète pas ça sera vite fini, garde les yeux encore fermés quelque instant.

Puis il reprit plus fort pour que les trois autres qui étaient en ligne à environ cinq mètres de lui l’entendent.

Il y a dix ans, un groupe d’esclavagiste était dans les parages. Vous les connaissiez ? (ils hochèrent positivement de la tête) Je veux toutes les informations que vous avez sur eux.
Notre chef faisait partie de ce groupe, mais après avoir fui pendant une de leur mission. Il s’est fait virer.

Pour une fois qu’il avait trouvé des informations, il fallait que celui en ayant le plus soit déjà mort. Stupide ironie. Peut-être était-il bavard et aimer ce vanter à ces acolytes ?

Quelle mission ? Où sont-ils partis ? Où vendaient-ils leurs esclaves ? Parlez ! Vite ! Pressa Assad.
La… La mission était une commande ! Un noble du sud voulait une femme aux cheveux rouges. Par chance pour eux, il y en avait une en vacance dans une maison non loin. Mais ils ne se doutaient pas que seulement deux personnes pourraient faire autant de dégâts dans leur rang et voyant le tas de cadavres, notre chef avait pris la fuite ! Nous ne savons que ça Monsieur !

Enfin… Enfin des informations après dix ans ! Il savait maintenant que sa fille avait été emmenée dans le sud, mais sa femme ? Où était-elle ? Assad était muet et ce silence de mort commença à faire paniquer les trois bandits. Le balafré soupira avant de dire.

C’est tout ce que vous savez ?
Oui… Oui, Monsieur !
Très bien, partez d’ici et arrêtez d’être des bandits. Si un jour je vous revois et que vous n’avez pas changé votre façon de vivre. Aucun de vous ne restera en vie. Maintenant du vent !

Les bandits ne se firent pas prié, ils se retournèrent et partir en courant disparaissant dans la forêt. Assad rangea son arme et se tourna vers la jeune fille.

Je vais te porter loin d’ici, n’ouvre pas les yeux tout de suite, d’accord ? Dit-il d’un ton doux et calme.

Aucune réponse. Était-elle sous le choc ? Le balafré s’en voudrait si c’était le cas. Il l’avait sauvé, certes, mais à quel prix ? Avec la vision d’horreur qui s’était déroulée sous ces yeux, peut-être avait-elle perdu la parole ? Ces questions devraient attendre, il devait d’abord la sortir de cette clairière.

Délicatement, Assad la souleva et la porta comme une enfant. Un sourire mélancolique se dessina sur le visage du balafré, il se souvenait quand il pouvait encore porter ces filles. D’ailleurs Shayreen adorait ça quand elle était petite, elle lui demandait tout le temps de la porter. Cet instant nostalgique s’arrêta quand ils arrivèrent au sentier où il avait laissé Zeral, qui piaffa de plaisir en voyant son maitre revenir. Le général posa la petite sur le chemin et lui dit en détachant la corde qui lui bloquait les poignets.

C’est bon, tu peux ouvrir les yeux. Encore désolé pour tout ça petite. Ça va ?



J'écris en #009933 et Farah en #990099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'esclave & le soldat.{pv Assad Valkyrian}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baromas, soldat d'Arnor.
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
» ENFANT SOLDAT
» comment est habillé un soldat?
» Raiser de Perse [Ex-Soldat]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: LES BAS FONDS :: Corbeille :: RP-