Partagez | 
 

 En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]   Jeu 21 Jan - 14:01

Le froid lui glaçait le visage, lui rosissait les joues. Le vent fouettait l'air tout autour, lui faisant serrer les mâchoires d'agacement. Erin avait depuis longtemps dépassé le stade du froid pour plonger pleinement dans la colère glaciale de quelqu'un tournant en rond. Elle marchait le plus discrètement possible, emmitoufflée dans sa tenue de garde, les yeux seuls dépassant du large masque de cuir cachant son visage. Pratique et protecteur, ce n'était pourtant pas le sien, et ce modèle-ci bien particulier se glissait derrière les oreilles. Elle se sentait comme un subtil mélange entre un lutin de jardin en argile - ceux avec les oreilles décollées - et une momie oubliée. Une momie oubliée et furieuse.

L'hiver. Elle détestait l'hiver. Elle détestait la neige qui lui grimpait à mi-mollet, s'infiltrait dans ses bottes, lui glaçait les orteils et la peau. Elle haïssait le vent lui crachant à la figure ses températures négatives chaque matin. Et par-dessus tout, elle maudissait le silence de l'hiver. La neige amortissait tout, et faisait par opposition ressortir tout ce qui ne lui appartenait pas. Tout en noir au beau milieu d'un chemin recouvert, elle était aussi visible qu'un pou au milieu du cul d'une jument Cartujano. Sa respiration rendue difficile par la montée était beaucoup trop bruyante, et elle trébuchait à chaque pas parce qu'elle ne voyait pas ce foutu sentier.

Erin : L'espionne la plus discrète de tout Castesias... bien sûr.

Elle sentait Freyja s'agiter, s'impatienter, lui exhorter de se mettre en hauteur, se calmer, rationaliser et observer. En dialogue de sourds, Erin et son totem s'invectivaient indirectement en un immense conflit interne qui ne tarda pas à lui donner la migraine. Le vent souffla brutalement dans sa direction, plaquant le tissu isothermique de son pantalon contre ses fesses. Sentant la tempête arriver sur elle à grand renforts de "houuu" et de "fshhh", Erin s'isola derrière le renfoncement d'un gros rocher, en contrebas d'une petite crevasse créée par un glissement de terrain. Si elle tenait l'abruti qui avait abandonné la cargaison ici pour la cacher, elle lui ferait bouffer. On ne cachait pas un coffret comprenant le testament d'un haut hémissaire dans un haras. Encore moins dans un Haras de cette taille. En pleine Nature. A côté des montagnes. En hiver.

Tapant avec rage des deux pieds par terre, le bruit couvert par la neige, Erin cacha son visage au creux de son coude et cria un bon coup, pour calmer ses nerfs. Si elle ne finissait pas en hypothermie, elle irait s'entraîner en rentrant. Se défouler. Elle avait besoin de se défouler.
Revenir en haut Aller en bas
Akali
avatar

Errantia

Messages : 30

Carte d'identité
Magie: /
Palier de Puissance:
1/20  (1/20)
Métier: Ancienne Esclave
MessageSujet: Re: En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]   Ven 29 Jan - 15:46

Traverser les Monts Venteux n'a pas été simple mais, au moins, cela a eu l'avantage de me tenir isolé du reste du monde, de ne pas avoir à faire avec des Eryens. Les créatures rôdant dans les montagnes ont été un problème mais grâce aux sens affûtés de Amon et à sa forme passe-partout, j'ai survécu aux prédateurs sans subir de blessures. Me cacher dans des petites tanières me permettait d'échapper aux griffes de certains gros prédateurs qui me pourchassaient et, pour ce qui est des petites créatures, mon apparence sous la forme de Cobra a suffit à les effrayer et à les faire partir. J'ai donc réussi mon pari fou qui était de traverser les Monts d'Ouest en Est, sans me faire attraper et sans me faire blesser. De plus, ma dague est toujours à portée de main, juste au cas où. Pataugeant dans la maudite neige qui recouvre le paysage (et qui m'empêche de voyager pleinement sous ma forme animale, ces animaux à sang froid, franchement...) je m'arrête lorsque je fais face à de grandes plaines et, en contrebas, une ville impressionnante. Si je ne me trompe pas, j'ai atteint l'autre face, qui mène tout droit à la capitale des Bellator.

Je m'arrête quelques minutes pour contempler le paysage qui s'étend sous mes yeux : je peux voir le désert au loin, nullement touché par le temps hivernal des montagnes, mais aussi cette ville, immense, que je n'ai jamais eu l'occasion de visiter. Comment sont les habitants de Castyr ? Comment vivent-ils ? Est-ce que je pourrais me fondre dans la masse pour en apprendre plus sur leurs habitudes ? Pensant à tout cela, je me rends compte que, ce que je souhaite avant tout, c'est de découvrir de nouvelles cultures, de comprendre leurs façons de vivre et de pouvoir m'en faire mon propre avis pour savoir si oui ou non, vivre dans cette région me plairait... Mais est-ce seulement possible de se fondre dans la masse ? Mes pensées s'assombrissent lorsque je pense à la marque, qui me catégorisera jusqu'à la fin comme une fille de joie. La brûler m'est déjà venu à l'esprit, mais je ne sais pas si j'en aurais le cran.

- N'oublie pas, ils sauront qui tu es. Tu ne peux te fier à personne.

Finalement, je suis peut-être condamnée à errer pour pouvoir échapper à ma condition d'esclave. Je soupire lourdement et frissonne, resserrant les pans de ma fourrure autour de mon corps. J'ai eu la chance de croiser la route d'un smilodon vieux, ou malade (je ne lui ai pas demandé) et j'ai pu l'empoisonner sans difficultés. Le manger n'aurait pas été très malin, avec le poison dans son corps, mais je voulais surtout sa peau et j'ai réussi à peu près à m'en faire une fourrure, même si ce n'est pas du travail d'orfèvre et qu'elle ne durera pas longtemps. De toute façon, je la voulais uniquement pour cette portion de voyage, rien de plus.

Mettant tout cela de côté, je quitte le couvert des arbres et me rend en terre inconnue, et exposées. Je commence à descendre, aveuglée par le soleil brillant sur la neige, mais m'arrête brusquement en entendant un cri, féminin, quelque part. Impossible de savoir d'ou il vient, les échos sont trop importants. Je me referme sur moi-même et scrute les environs, mes doigts gelés se rapprochant de ma dague.

- Qui est là ??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]   Lun 8 Fév - 14:44

La voix lui parvint, étouffée par le vent et amortie par la neige. Elle l'entendit cependant aussi nettement qu'une alerte sifflée à quelques centimètres de son oreille. Une voix féminine, inquiète, sans doute sur ses gardes. Elle ne comprit pas ce qu'elle lui demandait, mais elle était proche. Cela ne pouvait pas être un garde, ceux du Haras étaient bien plus proche des chevaux, et les chevaux étaient tous remisés.

Non, dans ce début de blizzard - qui refusait de se calmer, bon sang ! - il ne pouvait y avoir comme poseur de question que deux types de personnes. Les aventuriers perdus et désarmés, et les combattants bien plus forts qu'elle qui ne s'embarrassaient pas de silence pour rester discrets. En mordant sa lèvre inférieure recouverte de gerçures, Erin pria pour que la voix appartienne à un membre du premier groupe. Elle pourrait se propulser assez vite pour s'éloigner dans le cas contraire, mais le froid la dévorait déjà au niveau de ses orteils, là où elle avait mal bandé ses pieds.

Elle frotta ses mains l'une contre l'autre, et se leva pour montrer sa tête derrière le gros rocher. Un rapide coup d'oeil lui confirma qu'on ne la tenait pas en joue avec un arc - ou pire, une arbalète. Elle fit un grand signe pour dire à l'autre de s'approcher. Elle n'allait pas hurler, le froid couvrirait de toute façon ses mots, mais si la personne voulait survivre à la neige qui s'annonçait violente, mieux valait qu'elle se rapproche.

En attendant que l'autre arrive, Erin évalua ses chances de trouver le testament. Elles étaient minces avec une fine couche de neige, mais le blizzard venait de les réduire à néant. Elle devait trouver un endroit où patienter pendant la tempête. Combien de temps allait-elle durer ? Un jour, deux ? Le rocher ferait l'affaire une heure ou deux, guère plus. Elle sortit une petite carte du Haras, réfléchissant à un endroit adéquat. Il lui faudrait du feu, de quoi l'alimenter, et de quoi se réchauffer. Esquiver les bêtes sauvages, les gardes, et rester en vie.

Erin : Putain de merde.

C'était voué à l'échec. Freya le sentait aussi nettement qu'elle, s'agitait avec impatience, lui crachait de trouver une solution, espèce d'idiote.

Erin renifla, et se tapa le front du plat de la main. Elle avait croisé, sur le chemin, une cabane en pierre, creusée à-même un mur sur le chemin. Un abri pour berger - suffisamment grand pour accueillir quatre moutons et une personne. Si elle arrivait à retrouver le chemin... ah mais il y avait l'autre.

Bon. Face au froid et à la mort, tous étaient des alliés. Elle attendit que la personne arrive à sa hauteur, et parla fort pour couvrir le vent.

Erin : De quel côté vous venez ?

Autant aller droit au but. Ses doigts ne le supporteraient pas bien plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Akali
avatar

Errantia

Messages : 30

Carte d'identité
Magie: /
Palier de Puissance:
1/20  (1/20)
Métier: Ancienne Esclave
MessageSujet: Re: En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]   Sam 30 Avr - 10:36

Je n'ai aucune foutue idée de l'heure qu'il peut être mais, au vu du froid mordant qui est en train de me ronger les os, je dirais que la nuit ne va pas tarder à tomber. A moins que cela ne soit la faute de cette tempête qui est en train de se lever ? Alors que je touchais Castyr des yeux, on peut dire que je joue de malchance... Peut-être est-ce un coup du destin pour rééquilibrer le jeu, après m'avoir permise de traverser seule ces montagnes si dangereuses, et sans blessures. Ce n'est pas que ce fut facile, j'ai même frôlé la mort à deux reprises à cause de cette foutue montagne, mais il faut bien avouer que la chance était de mon côté...

Je sors de mes pensées en voyant quelque chose bouger un peu plus loin, juste derrière un gros rocher. Je réussis à voir une paire de bras malgré la neige et fronce les sourcils ; s'agit-il de la personne que j'ai entendu crier ? Je resserre la fourrure de Smilodon autour de mes épaules, grelottant de froid, et reste immobile au milieu de la neige, hésitante. Devrais-je m'approcher ?

- C'est sûrement un piège...

La voix sifflante du cobra résonne dans mon esprit, avertissement à ce qui pourrait m'arriver. Néanmoins, ai-je vraiment le choix ? Soit je continue d'avancer et je me perds dans la tempête, soit j'espère que cet inconnu connaisse un minimum le coin et soit capable de nous abriter le temps que la neige ne cesse de recouvrir le paysage et de brouiller ma visibilité. J'entends Amon cracher dans mon esprit, mes réflexions ne lui convenant pas, mais je l'ignore sciemment et commence à marcher vers cette personne, non sans attrape ma dague, juste au cas où. Au pire, je tuerais cette personne, prendrait tous ses effets personnels et me débrouillerais pour survivre.

Je l'ai fait pendant plus d'une semaine dans cette montagne, ce n'est pas cette tempête qui aura raison de moi, si ?

J'arrive enfin jusqu'au gros rocher que j'ai repéré près de cette personne et tombe nez à nez face à une femme aux longs cheveux noirs. Je hoche simplement la tête pour la remercier, n'ayant pas envie de parler ; les lèvres gercées, tout ça... Je fais attention à garder ma dague cachée, sous la fourrure, et l'observe avec attention. Elle a l'air physiquement en forme, elle pourrait facilement prendre l'avantage si on devait se battre.

Sa voix se fait alors entendre, avant de se faire emporter par le vent. Frissonnant, je prends sur moi pour lui répondre, ne sentant pas d'animosité venant d'elle. Peut-être cherche t-elle seulement à m'aider après tout.

- D-des montagnes. Je vais à Castyr. Je me mord les lèvres en parlant à force de trembler, mais prends sur moi pour continuer de parler. Autant mettre toutes les chances de mon côté. Et v-vous ? Vous connaîtriez la route... ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En fuyant la pluie, on rencontre la grêle [pv Akali]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» [Texte] La pluie
» Canidé prétentieux [PV Spectre du Passé & Pluie d'Anarchie]
» Pluie d'hiver [PV Elim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: LES BAS FONDS :: Corbeille :: RP-