Partagez | 
 

 Le ciel nous tombe sur la tête!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seren Alwyn
avatar

Inventor

Messages : 59

Carte d'identité
Magie: Air
Palier de Puissance:
4/20  (4/20)
Métier: Ingénieur
MessageSujet: Le ciel nous tombe sur la tête!   Ven 10 Juin - 12:16

Cela faisait plusieurs jours que les températures atteignaient des points ridiculement élevés, et Seren avait l’impression de cuire sur place à chaque fois qu’elle mettait ne fut-ce qu’un pied dehors.  Elle avait beau se trouver dans la région d’Anea pour une visite à sa soeur, elle n’en avait pas moins l’impression que le soleil d’Orene l’avait accompagnée.  Heureusement, Nesta et elle étaient sur la même longueur d’onde et avaient décidé d’un commun accord de quitter la capitale étouffante.  Elles faisaient le voyage en compagnie de connaissances de Nesta, herboristes et apothicaires comme elle: deux femmes seules sur les routes auraient été un peu trop vulnérables.  Les Alchiminae effectuaient le voyage sous prétexte d’aller collecter des plantes marines, Seren, quand à elle, fuyait vers la fraicheur de la côte.

Ils avaient fini par atteindre le Golfe de Tyrinea, limite du territoire Alchiminae.  Le vent s’était levé progressivement en début de journée et soufflait maintenant avec force.  Il chassait les effluves iodées de la mer jusqu’aux voyageurs.  Le petit groupe s’était trouvé un endroit légèrement à l’abri du vent derrière un bosquet d’arbres et avait pique-niqué là.  Ensuite, les herboristes et l’ingénieure s’étaient séparés pour l’après-midi, se donnant rendez-vous au pied de ces mêmes arbres.  Alors que ses compagnons de voyage restaient vers l’intérieur des terres pour leur recherche de plantes, Seren se mit en route vers la mer.  Sur le terrain d’apparence faussement plate et plus ou moins dénué de points de repère, il était difficile d’estimer les distances.  Seren pensait arriver rapidement au bord des falaises, mais elle déchanta bien vite.  La légère côte qui se prolongeait sur une distance considérable n’était qu’un des facteurs qui compliquaient sa progression.

On pourrait voler.

Comme pour se moquer de Mellon et de sa suggestion, une rafale particulièrement puissante frappa Seren.

Ou pas.

Déjà que la jeune femme n’était pas bien lourde, elle n’allait pas en plus se métamorphoser en un oiseau pesant à peine une centaine de grammes.

Le ciel se couvrit si brusquement que Seren se demanda si le temps n’avait pas été soudainement avancé d’une manière ou d’une autre.  Le bleu limpide fut occulté par des nuages d’orage sombres et menaçants.  N’importe quelle personne sensée aurait fait demi-tour pour trouver un abri.  N’importe quelle personne sensée.  Seren continua d’avancer.

L’ambiance avait pris un aspect surnaturel.  Malgré les nuages occultants le soleil, il faisait encore assez clair.  L’herbe quelque peu jaunie par la chaleur offrait un contraste saisissant avec le noir du ciel.  Le vent se renforça encore, bientôt Seren devrait se courber en deux pour avancer.  L’air, son élément, semblait jouer avec le bas de sa robe ample, et Seren se félicita d’avoir relevé ses cheveux en un chignon.  Sa coiffure, ayant pour but originel de donner un peu de fraicheur à sa nuque, lui évitait maintenant de se prendre ses longs cheveux dans la figure.

Le bord des falaises se rapprochait, et Seren pouvait maintenant voir les vagues démontées que le vent soulevait.  Ecume blanche sur vagues noires, un spectacle impressionant et fascinant…à condition de se trouver à une distance raisonnables desdites vagues.  C’est alors que le premier coup de tonnerre se fit entendre.  D’une manière ou d’une autre Seren n’avait pas vu l’éclair qui l’avait précédé, et elle fit un bond en l’air qui aurait fit rire Mellon…si lui-même n’avait pas frôlé la crise cardiaque en entendant le bruit.

Seren, tu es complètement folle: rentrons tant que nous pouvons encore.

Se riant de l’angoisse de son ami, Seren répliqua:

Rentrer où?  Un bosquet d’arbres au milieu d’une plaine dégagée en haut d’une falaise est exactement l’endroit à éviter lors d’un orage.

Oh, ne te fais pas plus idiote que tu ne l’es: il doit surement y avoir un village quelque part, un endroit où nous abriter avant que le ciel ne se déchaine sur nous.

Le merle avait raison bien sûr, mais l’ingénieure ignora néanmoins son commentaire et poursuivit son chemin.  Elle avait presque atteint son but, elle ne voulait pas renoncer maintenant!

Quand elle atteignit le bord de la falaise, elle n’osa pas trop s’en approcher (son instinct de survie avait quand même un peu de prise sur elle.)  Le vent avait encore augmenté et la pluie s’était mise à tomber aussi soudainement que le ciel s’était couvert.  De grosses gouttes tombaient à une vitesse vertigineuse, et avec une force conséquente.  Seren regretta un instant de ne pas avoir de cape pour se protéger de ce déluge, mais réalisa bien vite que le vent aurait rendu une telle protection inutile de soute façon.  Elle l’avait cherché, elle serait mouillée un point c’est tout. Décidée à profiter de l’expérience et à passer outre l’inconfort de la pluie, Seren ouvrit les bras et embrassa l’horizon du regard.  Elle voulait graver cet instant dans sa mémoire.  Le noir du ciel et de la mer, le bruit de la pluie sur le sol, le grondement des vagues sous la falaise, le claquement du vent dans sa robe, le tambourinement de son coeur contre ses côtes.  Un frisson parcourut sa colonne vertébrale, et Seren rit en réalisant que pour la première fois depuis longtemps elle avait froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le ciel nous tombe sur la tête!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Craindre que le ciel nous tombe sur la tête [Iryelle - Diya]
» GRAVITY † quand le ciel te tombe sur la tête
» une plume qui tombe du ciel
» une plume tombe du ciel....
» ϟ Thaïs ● Quand une étoile tombe du ciel et finit dans l'oubli... ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: ERYA :: Anea :: Golfe Nord de Tyrinea-