Partagez | 
 

 Le fils brisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shataal Port de Vaillant
avatar

Errantia

Messages : 55

Carte d'identité
Magie: NO
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier: Fils à papa
MessageSujet: Le fils brisé   Mer 3 Aoû - 22:31

En cette belle après midi, le soleil éclairait généreusement la grande cité de Theonova. Shataal déambulait joyeusement dans les allées du Marché Doré, suivi de près par Ikar, son fidèle serviteur et garde du corps, qui le couvait d'un regard tendre. En cette journée ensoleillée et sous cette température idéale, rien ne semblait pouvoir perturber la bonne humeur de l'héritier des Port de Vaillant, à qui son père avait gracieusement offert un jour de repos (sous l'impulsion d'un certain domestique, tout de même...). Aujourd'hui, pas d'entrainement, pas de leçon, pas de grand débat sur le mariage ou les obligations. Juste Shataal, Haiiro et Ikar qui prenaient le soleil en se baladant tranquillement.  

Mais brutalement, le cours de cette journée parfaite bascula. Cela commença presque sur une farce, quand un gamin habillé de haillons bouscula le jeune noble, accrochant au passage ce petit bracelet mauve auquel il tenait tant. Par reflexe, autant que pour retrouver l'équilibre, Shataal ramena un peu violement le bras vers lui. Mais ce mouvement brutal eut pour effet de finir d'étirer le tissu déjà largement éprouvé du bijou, qui cassa net. L'objet se retrouva alors dans les mains du garçon des rues qui l'exhibât devant Shataal avec un regard de défi.

"Rend-moi ça !"

Le sang de ce dernier ne fit qu'un tour ! Il tenait tellement à ce bracelet qui était le dernier souvenir qu'il avait de sa sœur. Alors quand le gamin se mit à courir, Shataal s'élança à sa poursuite sans même réfléchir.

"Jeune maître, non !" S'alarma Ikar en s'élançant à sa suite.

Car l'ancien guerrier ne sentait que trop les mâchoires du piège se refermer sur eux. Haiiro aussi grogna dans l'esprit du jeune noble, alors que la garnement, agile et rapide, l'entraînait dans des ruelles toutes plus sombres et étroites les unes que les autres. Mais Shataal, trop paniqué à l'idée de perdre cet objet qui lui était si cher, n'écouta ni l'un ni l'autre.

Et ce n'est que quand le garçon cessa enfin de courir, que Shataal s'aperçut qu'il s'était imprudemment enfoncé dans le quartier des Parias... Le gamin des rues se retourna lentement, le dévisageant avec ce regard mauvais. Shataal sentit la peur s'instiller dans ses veines, alors quand il entendit l'appel d'Ikar qui arrivait, il se retourna avec soulagement. Mais tout se passa très vite.

Le guerrier, qui avait senti le traquenard, dégaina rapidement sa lourde épée pour parer un premier coup dans son dos. Mais quand il chancela, il comprit avec effrois que le vieillard qu'il avait percuté en entrant dans les bas quartiers l'avait drogué. Il trouva pourtant la force de se retourner vers Shataal :

"Fuyez jeune maître, vite !" Cria-t-il.

Et Ikar encaissa un nouveau coup d'un autre assaillant, toujours vêtu de cette longue tunique noire à capuche qui cachait leurs visages. Shataal tenta de reprendre ses esprits et de partir, au moins pour aller chercher de l'aide. N'ayant été entrainé qu'aux duels au sabre de cours, il savait qu'il ne serait qu'une gêne inutile pour son garde du corps. Alors il commença à appeler Haiiro, pour se transformer, mais ne put finalement pas faire le moindre geste.

Il fut violemment attrapé par une, ou peut-être deux personnes venant dans son dos, leurs poignes de fer l'immobilisa aussitôt et une main vint lui couvrir la bouche et le nez. Shataal ne put qu'assister, impuissant, à ce qui suivit. Ikar rassembla ses dernières forces pour repousser ses quatre assaillants et venir en aide à son maître. Mais celui-ci vit avec effrois la lame venant par derrière transpercer le guerrier au niveau du cœur. Ikar eut un hoquet sanglant, il fit vaguement un geste désordonné pour se débarrasser de son agresseur, puis il tomba à genoux devant Shataal. Dont le cri, étouffé par la main de son agresseur, n'avait pas la moindre chance d'attirer qui que ce soit ici. Ikar était donc à genoux quand les quatre autres le transpercèrent à nouveau simultanément de leurs lames. Shataal vit avec horreur le sang de son ami couvrir le sol et la vie quitter ses yeux désormais vitreux. Longtemps, cette image hanterait l'esprit du jeune noble. Ensuite, le manque d'oxygène eut raison de l'héritier des Port de Vaillant qui sombra dans l'inconscience.

Quand il reprit ses esprits, Shataal eut un sursaut, priant pour que tout ceci n'ai été qu'un affreux cauchemar. Mais ses poignets étaient liés, accrochés par des chaînes au mur contre lequel il reposait.

"Où suis-je ! Qu'est ce que vous me voulez !"
Hurla le jeune noble.

Il s'époumona ainsi plusieurs longues minutes qui lui parurent des heures, dans cette grotte où il était enchaîné, sans lumière. Finalement des pas se firent entendre et Shataal se tut, complètement terrorisé.

"Alors, comment vous sentez-vous, héritier Port de Vaillant ?"

La voix de l'homme était âpre et son visage caché par le contraste entre les ténèbres de la grotte et la lumière vive et sans cache de la lanterne qu'il tenait devant les yeux rendus sensibles de Shataal.

"Que me voulez vous ?" Cracha ce dernier.

"A toi ? Rien... Mais je vais me servir de toi pour détruire ton père ! Je vais le briser, lui prendre son cher fils, en compensation de tout ce qu'il m'a volé !"

Tout en disant cela, l'homme se baissa brusquement à la hauteur de son captif et Shataal put détailler avec horreur son visage mutilé, comme s'il avait été brulé ou rongé à l'acide, ainsi que ses yeux fous.

"Et en bonus, toi tu vas souffrir jeune homme. Tu m'entends ? Tu ne connaîtras plus que la douleur ! Et si tu cherches un responsable, c'est ton père qu'il faudra blâmer ! Tu vas souffrir Shataal Port de Vaillant !"


Et alors que ce regard malade et ces mots terribles se gravaient au fer rouge dans l'esprit du jeune homme, son monde sombra dans les ténèbres, et la douleur...

Des mois plus tard, alors tout Erya était en branle pour retrouver l'héritier disparu, la maison Port de Vaillant avait sombré dans une torpeur sinistre. Thelva passait ses jours et ses nuits à prier pour son fils. Quand à Luxar, il était assis à une table de ce manoir qui ne lui paraissait que trop vide, se demandant intensément s'il pouvait reprendre un verre de cette liqueur, ou s'il fallait qu'il passe à quelque chose de plus fort. Ikar, qui se remettait à peine de sa deuxième mort, veillait avec un air sombre dans un coin de la pièce.

Brusquement, un esclave entra avec un paquet pour le maître de maison. Luxar déballa avec empressement le petit colis bien protégé dans une quantité de bande de lin, espérant une nouvelle, n'importe quoi, qui lui dise que son fils allait bien. Mais quand il parvient enfin à en révéler le contenu, le seigneur Port de Vaillant le lâcha avec un cri d'effroi terrible. Ikar, alerté, s'approcha en vitesse pour découvrir un petit flacon, sans doute rempli de formol, dans lequel baignait un œil à l'iris d'un ton bleu qu'il ne connaissait que trop bien. Ce présent macabre était accompagné de la boucle d'oreille et du bracelet de Shataal, tous deux couverts de sang. Et également d'un simple morceau de papier où l'on pouvait lire :

"J'ai tué ton fils, 5 fois, jusqu'à ce qu'il n'en reste rien."


Ikar serra les poings jusqu'à en blanchir les jointures, haine et désespoir se partageant son esprit avec violence. Alors que Luxar Port de Vaillant était lamentable tombé au sol, pleurant de façon déchirante son fils disparu.

Quand se réveilla, il se sentit d'abord très mal. Il avait la tête lourde et le cœur au bord des lèvres. "Ou suis-je ?" fut sa première question. Il regarda autour de lui, difficile d'être précis, il était simplement perdu en plein désert. Il se releva avec difficulté et la soif le frappa aussi violemment qu'un coup de bâton. "De l'eau...", murmura-t-il. Par chance, il repéra un village et s'y dirigea, mue par son seul instinct de survie.

Le village était un minuscule, néanmoins, il y avait une auberge et elle était ouverte. Il s'y dirigea et s'affala, plus qu'il ne s'assit, au comptoir. L'auberge était quasiment déserte et le gérant s'approcha du nouvel arrivant.

"Qu'est ce que je vous sers ?"

"De l'eau..." Demanda faiblement le jeune homme en piteux état.

Le gérant eut un peu pitié et lui apporta un grand verre d'eau que l'autre bu d'une traite.

"Mais dis moi jeune homme, tu semble perdu, qui es-tu ?"

La question semblait simple, pourtant il du réfléchir un peu, mais la réponse s'imposa à lui :

"Je suis Shataal Port de Vaillant."


L'aubergiste ouvrit de grands yeux avant d'éclater de rire bruyamment.

"Ecoute petit, je ne sais pas si tu fais une insolation ou quoi, mais franchement ! Tout Erya sait que l'héritier Port de Vaillant est mort depuis des mois. Et même si tu veux te faire passer pour lui, essaie au moins de lui ressembler un peu mieux !"

"Mais, je SUIS Shataal." Contra le jeune homme.

Le gérant de l'auberge le regarda à nouveau avec pitié.

"Vraiment gamin, je ne sais pas quel méchant coup tu t'es pris sur la tête, mais tu ne lui ressembles pas. Va dans les latrines si tu ne me crois pas, il y a un miroir."

Le jeune homme dévisagea un instant l'aubergiste puis se leva et fit ce qu'il lui avait dit. Mais quand il croisa son reflet dans le miroir couvert de poussière, le choc fut terrible. Il était habillé de haillons, mais s'il n'y avait que ça. Ses cheveux surtout, ses cheveux étaient tellement bruns qu'ils étaient presque noirs. Et ils n'étaient pas coupés proprement, tombant élégamment dans sa nuque. Non la coupe était courte et grossière, avec des mèches inégales dont une, plus longue que les autres, qui pendait de manière ridicule sur sa gauche. Et ses yeux, mon Dieu, ses yeux ! La partie droite de son visage était balafrée, d'horribles cicatrices blanchâtres s'étalaient en étoile depuis une origine : son œil. Ou plutôt ce qui fut son œil... Il était borgne par Cirahuir ! Et de l'autre côté, son iris présentait une couleur aussi sombre que ses cheveux.

Le jeune homme frappa brutalement le mur à côté du miroir. Non, c'était impossible, que cette farce cesse ! Il était Shataal Port de Vaillant, il en avait le souvenir, net et précis ! Cela ne pouvait pas être son reflet, Shataal avait les cheveux et les yeux clairs et un visage fin... Il eut un instant de flottement pendant lequel il fixa ses pieds. Sa boucle d'oreille ! Il avait une boucle d'oreille à droite... Mais ses doigts se refermèrent sur du vide... Il réfléchit à nouveau... Son bracelet ! Il souleva frénétiquement ses manches, mais ne trouva rien non plus. Non... son bracelet... on le lui avait volé... et...

Sous le choc, le jeune homme sorti machinalement de l'auberge, comme un fantôme, ou plutôt un être brisé, ce qu'il était. Le gérant le suivit avec peine du regard. Shataal qui n'était plus si sûr que ce soit réellement son nom, posa ses pieds dénudés sur le sable brulant. Il leva le nez vers le ciel et laissa le soleil l'aveugler, il se prit la tête entre les mains. Que s'était-il passé ? Ikar... Ses souvenirs lui arrivaient par flash, désordonnés, chargés de douleur et de peur. Haiiro... absent également... Alors son esprit sombra dans les ténèbres et quelques mots y résonnèrent de manière terrible "Tu vas souffrir."

Le jeune homme tomba au sol avec un cri de souffrance, il était complètement perdu et ne savait même plus qui il était.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/3940577/
 
Le fils brisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Le fils de Michel François a été assasiné
» 2ème entrainement de Nuage Brisé [PV Ombre du Crépuscule]
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: ERYA :: Castesias :: Les Villages Frontaliers-