Partagez | 
 

 Satins et fragrances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enju Hale
avatar

Umbra

Messages : 33

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier:
MessageSujet: Satins et fragrances   Sam 22 Oct - 1:44

CODE COULEURS:
 

Un pas, deux pas… Une heure qu’elles crapahutaient ainsi dans les rues de la capitale, et c’était encore loin d’être fini… Mais en même temps c’était couru d’avance. Kara soupira en prenant garde de ne pas se faire surprendre.

On avait livré des robes, ce matin, à la résidence Hale. De belles robes… Colorées, longues, imposantes… En guidant le tailleurs jusqu’aux appartements de sa maîtresse, l’esclave s’était prise à rêver de l’allure qu’elle aurait dans une autre de ces toilettes… Et à l’idée de pouvoir les porter sans se cacher… Avant de se reprendre et de frapper les trois petits coups réglementaires à la porte de la chambre.

Les essayages avaient duré pas moins de deux heures, et jamais sa maîtresse n’avait dénigré la moindre tenue. Elle s’était prêtée au jeu de bonne grâce et même avec plaisir. Mais Kara commençait à connaître Enju, et elle n’avait pas été dupe. Le couperet était tombé aussi gracieusement que subtilement :

- Ca fera l’affaire…

Ca fera l’affaire, tu parles. Le tailleur s’en était allé, presque guilleret à l’idée de la rentrée d’argent qui l’attendait, puisque rien n’avait été décliné. Il n’était pas encore au courant du processus… Au mieux, la jeune femme garderait 2 ou 3 robes… Elle en avait gardé une seule, et avait prié un coursier de ramener le reste à la première heure du lendemain.

C’est pour ça qu’elles se trouvaient là, maintenant. L’une splendide, même dans la tenue un peu masculine qu’elle arborait à ce jour, composée d’une chemise blanche de soie fine, d’un corset brun et d’un pantalon identique, et l’autre chargée de paquets encombrants, et affublée d’un semblant de turban qui dissimulait sa chevelure - Cette histoire de doublure ne lui disait d’ailleurs rien qui vaille – puisqu’il fallait combler les désirs d’achats de la noble blonde.

- Tu traînes…

D’une voix calme, mais sans appel, Enju enjoignit sa suivante à accélérer le pas. Décidément, il faudrait songer à se faire accompagner d’un serviteur homme lors de leur prochaine sortie… Mais comme à chaque fois, elle y pensait et oublierait.

Au moins, les choses s’étaient déroulées comme prévu, et cela fit sourire la jeune femme. Pauvre tailleur… Il n’avait aucune chance d’écouler tous ses modèles, ils étaient beaucoup trop fantaisistes pour être portés tous les jours. Bienséance obligeant, Enju en avait tout de même retenue une, qu’elle porterait d’ailleurs à l’occasion de son prochain bal. Elle ferait sensation…

- Tu ne penses vraiment qu’à t’amuser… Susurra une douce voix
- La vie est trop sérieuse pour m’y ennuyer tout à fait…
- N’as-tu pas envie d’aider cette pauvre fille ?
- Je la traite déjà bien mieux que beaucoup d’autres l’auraient fait… Et elle ne demande que ça
- Parce-qu’elle croit en tes capacités et en un retour de loyauté…
- Je sais… Je n’ai pas encore décidé ce qu’il adviendrait d’elle
- Parce-que tu n’es pas encore certaine d’atteindre la place que tu vises…

Touché. Le visage neutre s’assombrit légèrement, et Enju ne put s’empêcher de maudir un peu cette arrogante créature… Un peu trop perspicace à son goût.

- Plus vite, Kara.

Elle-même accéléra le pas tandis que l’esclave peinait un peu plus. Leur destination réelle était en vue : Le comptoir du Dragon.

Considérant les paquets que portait Kara, d’un coup d’oeil furtif, la demoiselle se demanda où elle rangerait ces tenues qu’elle venait d’acheter. C’est qu’au bout d’un moment, la penderie manquait de place… Elle soupira. C’était un peu triste d’avoir dû ruser à ce point pour en arriver là… Mais s’y rendre plus ouvertement aurait fini par attirer l’attention de ses parents. Oh ils auraient cédé, comme toujours, mais ils se seraient inquiétés et il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un excès d’inquiétude. Et puis il valait mieux rester discrète…

Elles arrivèrent donc à bon port, en Enju s’engouffra dans les allées du marché, suivie de près. Naturellement, elle n’était pas la seule à parcourir les dédales de ces rues, et comme toujours quelques têtes se tournèrent sur son passage, à cause de la tenue sans doute. Elle salua une ou deux personnes, mais ne s’attarda pas pour bavasser.

Elle gagna l’étal… Celui où elle savait pouvoir passer commande sans avoir à craindre les produits de qualité inférieure. Un étal directement approvisionné par le Comptoir du Dragon, et regorgeant de poudres et plantes exotiques. Enju était pressée, et s’adressa à la première personne qu’elle apperçut et qui ne ressemblait pas à un promeneur lambda.

- J’ai quelques requêtes…

Clair, net et concis… Avant de se rendre compte que cette personne ne ressemblait pas à un maraîcher.

- Il semblerait que je me sois trompée de personne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Skirata
avatar

Errantia

Messages : 41

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier:
MessageSujet: Re: Satins et fragrances   Mar 25 Oct - 10:27

* Allez p'tit frère, tu peux le faire ! Allez, relève le défis !*

* Pfff...*


Le jeune homme charge un sac supplémentaire sur ses épaules et commence à se relever. Doucement. Doucement...Bien. Il regarda autour de lui puis suivit a nouveau le flot d'homme. S'assurant de voir où il mettait les pieds, il avance prudemment, se méfiant des nombreuses traverses de la cale. Puis il monte monte l'escalier, à la suite du long cortège de marins déchargeant le navire.

" Allez, on se dépêche, je vous rappelle qu'on quitte le port ce soir !" rappela le quartier maître qui hurlait sur le pont principal. Il se tourne vers les quais. " Allez, mes dépêchez-vous oui ! Vous voulez traîner toute votre vie ici ou vous voulez allez saluer vos femmes et vos enfants ?! Alors remuez vous !"


Les marins réponde alors d'une voix tonitruante un : " A vos ordre !" si fort qu'il attire l'attention de toutes les âmes errantes sur les quais.
Voilà, le haut de l'escalier. Le marin devant lui doit faire partit de l'équipage du quartier-maître: ils abordent le même tatouage au même emplacement : un poisson ailé sur l'épaule droite.
Se reprenant, notre jeune guerrier raffermis sa prise sur les sacs qu'il portait. Il s’apprêtait a monter sur la planche qu'il manqua de se prendre les pieds dans une corde et failli bousculer son voisin.


" 'ttention !"

"S'cuse."


Puis il descendit avec prudence. C'était son dernier aller-retour. Avec ces sacs là, il aurait terminé.

* Bien joué frangin ! * s'exclama le mini-lézard dan sa tête.*Tu viens d'éviter la corde !*

Son interlocuteur gloussa intérieurement, essayant d'imaginer sa belle lui passer la corde au coup. *Ce serait plus une laisse.* ricana le lézard bavard.

Se concentrant un instant, notre "héros" se tourne vers le marchand qui tenait les rennes de la charrette et lui dit:


" C'est bon, tout est chargé. Nous pouvons y aller."

" Parfait, monte et allons y !"


Il ne se fit pas prier et grimpa à l'arrière, s'asseyant sur le bois qui avait déjà été chargé.

" Que va t'on faire du bois ?"

" Le livrer bien sur ! J'ai deux clients qui en on commandé pour près de deux cordes ! Alors crois moi, il faudra plus que cela !"
plaisanta le marchand en lui faisant un clin d'oeil.

Et il allèrent ainsi de bon matin livrer leur cargaison, l'aurore pointant le bout de son née dans leur dos.
Quand il eurent terminé, le marchand lui proposa un petit arrêt dans une des rivières du coin afin que le jeune hommes puisse se rafraîchir. Il accepta volontiers et fit même la planche sur le long cour d'eau paisible. Ils revinrent alors à la capitale où le marchand avait toujours des affaires à régler.

Ils se présentèrent à une boutique de la guilde spécialisé dans les plantes exotiques et poudres en tout genre. L'homme libre et "sauvage" qu'il était aimait cet étal car il lui rappelait d'où il venait.


" Tiens petit, prend la planche de compte et vérifie que tout y est tu veux bien ?" lui dit son acolyte. "Nous allons discuter à l'intérieur. Je compte sur toi."

" Pas de problème !"

* P'tit frère, t'es génial ! Tu me sauve la vie.*
dit moqueusement le totem.

Aussi notre -....futur marchand ? - se mit il à faire l'inventaire. Il y passa le début de la mâtiné mais tous les chiffres exacts et toute la marchandise était bien là. Mais alors qu'il reposait la tablette, une jeune noble l'aborda:

- J’ai quelques requêtes…

Et bien, au moins elle ne passait pas par quatre chemin. Le lézard lui avait cependant eu le regard attiré par autre chose et siffla presque d'admiration.

* Et c'est pas une planche a pain non plus elle !*

* Tais toi donc, pervers. Tu me déçois parfois frangin.* répliqua t'il sachant que sa belle n'avait rien a envié à cette noble.

*Bha tu comprendra plus tard mon frère, ce sont là des choses d'adultes développé.* se moqua gentiment le lézard.

- Il semblerait que je me sois trompée de personne…

Choisissant de l'ignorer, le jeune sabreur répondit :


"En effet gente dame je ne suis point le teneur de cette échoppe mais je peux en revanche surement vous aider car j'en suis cependant très familier et le propriétaire est en train de discuter avec mon collègue, je suis sur que vous ne préféreriez pas attendre." dit il d'un sourire qu'il voulait gentil et pertinent. Il n'aimait pas du tout ce jeux là mais à force de fréquenter des marchands, cela commençait à devenir une deuxième nature....

" Que puis-je faire pour vous aider ?" demanda t'il plutôt.

HRP et Couleur:
 


Dernière édition par Edwin Skirata le Lun 21 Nov - 5:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enju Hale
avatar

Umbra

Messages : 33

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier:
MessageSujet: Re: Satins et fragrances   Lun 21 Nov - 2:53

Satins et Fragrances

Alors l’hypocrisie était bel et bien présente partout… Même au milieu de la plèbe…

- Ne fais pas comme si ça t’étonnait…

C’est vrai que ça n’avait rien d’étonnant au final. Les enjeux n’étaient peut-être pas les mêmes, mais il fallait reconnaître à ces gens que leurs batailles devaient être plus ardues que les siennes.

- Serais-tu en train de prendre en considération autre-chose que ta petite personne… ? Susurra-t-elle d’une douce voix.

- Pas vraiment…

Parfois Enju se demandait pourquoi on l’avait affublée d’une créature aussi fondamentalement différente d’elle-même. Et à chaque fois, la réponse était la même : « Rien n’arrive sans raison ».

Mais pour l’heure, ces petits échanges étaient le cadet de ses soucis.

- Quelle sollicitude… Déclara-t-elle finalement, laissant un sourire se dessiner sur ses lèvres.

Tout d’abord, il fallait jauger. Cet homme avait beau être « Familier » au marchand, il n’en n’était pas un lui-même. Et on ne s’improvisait pas fournisseur en herboristerie facilement, surtout pour une cliente aussi exigeante qu’elle l’était.

- Dans ce cas… Je suis à la recherche d’une plante qui danse.

- Ne me dis pas que ces enfantillages t’amusent…

Et si. Enfin, « Amuser », c’est un grand mot. Mais puisque ce garçon souhaite se prendre pour un commerçant… Autant lui montrer que ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Ce serait une bonne leçon, au pire. Et puis il la lui fallait vraiment, cette plante.

Et tandis que sa maîtresse faisait la causette à ce garçon, Kara peinait avec son chargement.
Les paquets n’étaient pas si légers que ça au final, les tissus qu’ils contenaient pesaientt leur poids… Et puis le soleil tapait dur, malgré le fichu qui retenait les cheveux de l’accompagnatrice. Elle avait si chaud, que son visage commençait à réellement se couvrir d’une fine pellicule de sueur.

Mais Enju était bien trop occupée à son petit jeu pour se rendre compte compte du malaise de sa suivante. Et Kara, elle, était trop occupée à ne pas faiblir pour faire attention à ce qu’il se passait autour d’elle.

Quelle meilleure proie qu’une proie qui ne faisait attention à elle ? Il n’avait pas fallu longtemps pour que le duo attire les convoitises d’un jeune-homme. Il avait tout pour lui assurément. La jeunesse, la désinvolture… Et les mains baladeuses. Car ce jeune homme, que nous nommerons Ayden, n’était rien de moins qu’un pickpocket officiant dans les allées du marché, bondé à cette heure, de dizaines de clients aisés.

Ayden savait qu’à condition de faire preuve de prudence, il n’aurait besoin que de trois ou quatre heures de « labeur » pour rentabiliser sa journée. Et cette suivante, avec ses bras chargés de paquets, accompagnait assurément une personne aisée. Une belle prise quoi. La question était maintenant de savoir qui tenait la bourse…

Tant pis, il improviserait. D’abord elle, et puis si ce n’était pas elle, ce serait l’autre.
Et c’est ainsi, que, pendant qu’Enju tentait de piéger sons vis-à-vis, Kara s’était sentie partir en avant. Il avait suffit de presque rien. Juste un contact. Il faut dire qu’elle piquait du nez depuis un moment déjà, même si elle n’avait pas osé interrompre sa maîtresse.

Quel qu’était l’échange qui se déroulait entre la jeune noble et le vendeur improvisé, il fut aussitôt interrompu par le fracas de la chute.

Le premier réflexe d’Enju aurait été de réprimander son esclave pour sa maladresse, mais c’était sans compter le grand dadais qui se tenait juste derrière Kara, l’air à la fois coupable et surpris, et la main lestée d’une bourse…

- Madame je suis désolée… !

Oh… Un peu de distraction…

- Tu ne vas pas oser…

Mais si.

En une fraction de seconde, la jeune femme se métamorphosa. Le sourire mutin qui flottait sur ses lèvres jusque là fondit comme neige au soleil, et son expression se peignit de désarroi.

- Mon dieu… Souffla-t-elle, plaquant sa main délicate contre ses lèvres.

Et Ayden ne bougeait plus. Parce-que non, vraiment, cette chute ce n’était pas prévu ! Et puis il n’y était pas allé si fort que ça ! Il fixa tour à tour la noble, l’esclave, et la bourse qu’il n’avait pas eu le temps de dissimuler, durant le moment de flottement. Et puis, puisque plus aucune information cohérente ne semblait plus parvenir à son cerveau, il étouffa un juron et tourna les talons.

Ce fut alors au tour d’Edwin d’être interpellé, alors qu’Enju, secouée et inquiète s’agenouillait auprès de Kara, qui comprenait seulement qu’on venait de la dépouiller.

- Faites quelque-chose ! S’il vous plaît, rattrapez-le !



ft. Edwin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin Skirata
avatar

Errantia

Messages : 41

Carte d'identité
Magie:
Palier de Puissance:
3/20  (3/20)
Métier:
MessageSujet: Re: Satins et fragrances   Lun 21 Nov - 5:18

Edwin manqua de laisser échapper un soupir. Il était incroyable pour lui que tous ces nobles le regarde de haut pour sa seule tenue. Dire que les gens le jugeait pour sa couverture. Ce n'est par pas parcequ'ils avaient appris dans des livres qu'ils étaient plus intelligent que lui qui avait apprit sur le terrain. Si elle savait qu’il travaillait pour Valeera Port de Vaillant, était aussi son conjoint et que son frère était  un de ses amis, elle serait peut être un peu moins prétentieuse. Mais évidemment, elle n’en saurait jamais rien vu que c'était là ses deux plus grand secrets. Prenant sur lui, Edwin réfléchit. Si elle voulait une plante qui danse elle était soit stupidement abrutit par les contes que lui racontait ses parents soit elle s’y connaissait particulièrement bien en plantes. Et dans un cas comme dans l’autre rien de bon ne viendrait en lui manquant de respect.


Cependant, il n’avait plus que trois Desmodium gyrans et a peine plus de Mimosa pudica ou de Mimosa pigra. Il devait s’assurer que c'était bien là ce qu’elle voulait. Et il devait s’assurer qu’elle saurait s’en occuper.
Jetant un coup d’oeil à sa servante, il ne vit rien qui pourrait avoir un sens avec sa demande. Et sa servante commence à atteindre sa limite. Edwin claqua sa langue intérieurement. Définitivement une personne détestable. Ne se rendait elle pas compte de ce qu’elle infligeait à sa suivante ?
Prétentieuse pour prétentieuse, il allait tout de même lui rendre la monnaie de sa pièce :



“ Et laquelle voudriez-vous ? Car nous en avons quelques une qui répondent à cette description, Madame. Que recherchez-vous précisément ? Pour quel usage ?”


Mais alors qu’il discutait, il vit une ombre se glisser dans le dos de la suivante. Et ce fut trop tard. Edwin la vit chuter lourdement.


L'espèce d'empaffé qui avait tenté de lui faire les poches avait eu la main bien lourde et venait maintenant d’augmenter sa charge de travail….Car s’il avait réussi, cela l'aurait débarrasser de cette cliente peu aimable qu’il aurait pu envoyer balader sous prétexte qu’elle n’avait pas d’argent. Mais maintenant….



“ Faites quelque-chose ! S’il vous plaît, rattrapez-le !”


Tiens, elle avait appris la politesse soudainement se dit Edwin en haussant un sourcil déjà prêt à se lancer après l’avorton impertinent. Il était vraiment risible de voir à quel point un noble devenait pathétique des qu’il n’avait plus d’argent. Un instant, il sourit presque à l'idée de voir comment tous ces nobles feraient s’ils perdaient tout leur fortune.
Et se reprit immédiatement. Il avait mieux à faire.


Sautant par dessus le comptoir d’un bond, il lança instantanément sa magie sur lui même. Il était hors de question qu’un client soit dépouiller publiquement devant une boutique qu’il gardait. Il ne lui fallut que quelques bonds aériens pour rejoindre l’infortuné voleur et il lui asséna un coup directe derrière le genoux, stoppant nette sa course. Puis, avant qu’il ne puisse se relever il l’attrapa par le col et lui appliqua une clef de bras ferme, menaçant de disloquer son épaule.
Deux gardes ne tarderont pas à arriver suite au boucan cause par toute la foule qui les regardait. Edwin se retint de toute ses forces de juger qu’il n'était pas une bête de foire et récupéra la bourse que le voleur avait chipé.
Sans plus se préoccuper du reste, il désactiva rapidement sa magie et regagna l'étale qu’il avait délaissé quelques instants. Il avait encore une femme prétentieuse a servir….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Satins et fragrances   

Revenir en haut Aller en bas
 
Satins et fragrances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novam Vitam :: ERYA :: Theonova :: Le Marché Doré-